Contact

Commande publique et achats des citoyens


Le plan de relance pour les artistes visuels publié la semaine dernière prévoit 113 M€ en soutien pour les artistes et jeunes créateurs à travers des aides à l’emploi de 13 M€ dont 6 M€ directement aux arts visuels, un programme exceptionnel de commande publique pour 30 M€ et un renforcement de l’enseignement supérieur culturel pour 70 M€.

L’idée n’est pas de mettre en cause la commande publique en tant que telle mais cette commande publique peut être soumise à des défauts structurels, car le choix des artistes qui en bénéficieront repose sur des intermédiaires et donc par nature restreints à leurs propres champs, sélections et compréhensions des économies artistiques. Nous souhaitons promouvoir d’autres alternatives et solutions de relance, citoyenne et impliquante.

Notre recommandation est ici d’une autre nature et vient compléter celle du plan de relance : développer le champ de l’acquisition aux particuliers, en leur ouvrant le mécanisme fiscal dédié au mécénat et à l’achat d’œuvres d’art d’artistes vivants. C’est un mécanisme vertueux qui replace le citoyen comme intervenant et arbitre majeur et qui favorise un soutien qui fournit du travail et une rémunération aux artistes. Il serait mis en place pour de petits montants et donc bénéficierait à tous les artistes professionnels, quel que soit leurs circuits de diffusions et économies, au-delà des réseaux institutionnels. Il aurait aussi comme conséquence de pousser les artistes qui ne se préoccupent pas d’être dans les règles à régulariser fiscalement et socialement leur situation et donc à contribuer à l’équilibre financier de cette ouverture tout en participant à la solidarité professionnelle.

La Maison des Artistes a travaillé fin 2019 avec les commissions culturelles du Sénat et de l’Assemblée Nationale sur un amendement de la loi mécénat et sur les acquisitions des PME et TPE afin de rééquilibrer son accès, plus en faveur des grandes ou très grandes entreprises.

Il faut désormais tirer parti des mécanismes existants pour lutter contre la crise actuelle et ainsi promouvoir un système vertueux et efficace. L’incitation fiscale liée aux achats d’œuvres d’artistes vivants et son ouverture aux particuliers en est un bon exemple.

François de Verdière
Président de la Maison des Artistes

Catégorie(s) : ,

21 commentaires

  • Sylvie Bourniquel

    Bonjour,
    Ce serait une bonne chose et rapidement si possible. Je rejoins les remarques sur les expositions qui acceptent les amateurs mais surtout leur permettent de vendre. Un amateur a le droit de montrer, pas de vendre. L’inscription sociale et fiscale est une obligation dès le premier euro perçu. Certains organisateurs font signer un document demandant aux artistes amateurs de régulariser leur situation en cas de vente. Cela protège les organisateurs mais vérifieront-ils qui a fait quoi l’année suivante ? C’est dommage et pas vraiment réglo surtout quand c’est pratiqué par des mairies.

  • REY Marina

    Effectivement 2020 est une année noire qui s’est déroulée avec peu de vente.
    Une baisse de 80% au moins non remplacé par quelque aides que ce soit et c’est pas faute d’avoir essayé !
    J’espère aussi que les particuliers ne vont pas miser sur les artistes côté et « hyper » côté pour grossir leur compte en banque plus tard et favoriser plutôt les artistes côtisants (Je rejoins André-Laffaye Claude) qui créent de magnifiques oeuvres et participent au bien être de la société contrairement à certains.

  • veronique egloff

    Bonjour à tous
    pourvu que cela ne soit pas encore une « arlésienne », pour donner une bouffée d’air pur aux artistes professionnels,
    pourvu aussi que les collectivités locales ou autres organisations aient le bon goût de proposer leurs espaces dédiés à l’art, là encore aux artistes professionnels,
    pourvu que les associations ou autres prestataires culturels aient de plus en plus l’audace de faire appel au professionnalisme des artistes pour donner corps à leur projet,
    pourvu que le monde des entreprises fassent de plus en plus confiance aux artistes pour embellir leur quotidien,
    et pourvu que les artistes ne baissent pas les bras, mais de cela je ne doute pas car les artistes sont animés par un haut degré de résistance.
    merci à vous et bonne bataille

  • Alice Biais-Bélard

    un grand merci de votre intervention en espérant qu’elle portera ses fruits. les annulations successives d’exposition rendent la vie de l’artiste bien difficile. et la présence des artistes non déclarées devient vite pénible….
    quoiqu’il en soit , merci de votre soutien ! cordiales pensées

  • FARIVAR

    Excellente initiative.
    Merci pour cette proposition car cela peux nous ouvrir des possibilités pour vente et diffusion des œuvres à une échelle plus accessible.
    Merci

  • wINCKLER

    très bonne initiative ,qui devrait aider à relancer les ventes très faibles en ce moment .

  • Francine Perseval

    Oui! Bravo! Il faut avancer vers cette direction! Merci.😊

  • Aimef Marie-France

    Espérons que cette fois la piqure de rappel prendra corps. Cela fait des années qu’on le demande.
    Aujourd’hui c’est encore plus nécessaire que jamais
    J’avais essayé auprès de mon Député qui ne m’as même pas reçue.
    Merci à la MDA pour les initiatives et communications qu’elle fait maintenant

  • ANDRE-LAFFAYE Claude

    Bonjour,
    Merci pour cette initiative. Je souhaite que cela permette, aux artistes déclarés, d’être reconnus, de vendre leurs œuvres à des prix correctes et d’éjecter les amateurs non déclarés qui envahissent les expos et cassent les prix.
    Encore merci !

  • beatrice Bonnafous

    C’est une très bonne initiative car c’est une incitation à acheter pour les amateurs inquiets bien sûr en ce moment.

  • Caranove Michèle

    Depuis le temps que l’on attend une telle incitation!!!
    Je ne demande pas à être sous perfusion de l’etat. Je demande a cet etat de mettre en place des mecanismes me permettant de vendre et vivre de mon travail.
    Les achats par l’etat c ‘est l’exclusion d’un grand nombre d.artistes qui sont aussi une economie souvent locale et qui se sentent au mieux ignorés, au pire méprisé.
    Ça suffit.

  • TRAGEL Claire

    Belle initiative mais sera-t-elle entendue ?

  • leroux philippe

    voilà une très bonne idée !

  • Masseaut Franchet

    Oui ce serait formidable !
    Et incitatif pour l’achat et donc la survie des artistes dont la vente d’oeuvre est encore trop assimilée à un « produit de luxe ».
    Et si cela pouvait aussi réduire la profusion d’artistes « du dimanche » qui envahissent les expositions…
    Bon courage pour mener le projet jusqu’au bout !

  • Hartmann

    Je trouve cette proposition judicieuse et issue d’une analyse pertinente. Bravo!

  • Christine Philippe

    Bonjour et merci pour votre travail , l’incitation fiscale aux particuliers est une très bonne solution mais il serait également bien d’aider les associations dédiées aux enseignements culturels (qui emploient des artistes) serait également très bénéfiques pour nous : les adhérents étant souvent frileux pour participer aux cours malgré les mesures mises en place, soit les assis deviennent déficitaires voire disparaissent ou emploient moins d’intervenants… les associations organisatrices d’evenements devraient également lorsqu’elles se battent pour maintenir leur évènement avec toutes les précautions sanitaires seraient également à considérer car leur budget se trouve très impacté. J’utilise ma propre expérience pour ces réflexions mais c’est dans le partage qu’on avance ! Merci encore. Artistiquement votre. Christine.

  • Pascal Langevin

    Ce serait en effet une bonne initiative et un levier de développement de notre activité.
    Il faudra qu’ elle soit communiquée au plus grand nombre pour incitation.
    Cela peut-être aussi un moyen de rapprochement du grand public vers les « petits » artistes .

  • sonzogni colette

    Bonjour, représentant l’ ADAGP auprès de l’ AFDAS pour les études de dossiers pour la formation continue des Artistes, il est constaté que nombre d’ artistes jettent l’ éponge pour se former pour d’ autres métiers; je m’ oppose systématiquement à toute demande ne relevant pas d’ une formation complémentaire artistique. En effet il serait utile que des formations soient proposée et développées même dans les écoles d’ Art pour des formations traditionnelles dans lesquelles il manque des spécialistes ( fresque à la chaux, travail de la feuille d’ or etc).
    D ‘autre part la généralisation du mécénat culturel est la seule voie permettant la liberté de création des artistes ( les galeries exposent ce qui se vend et surtout pas d’ Art engagé); cela permettrait aussi de contrôler les ventes et de certifier les oeuvres: il serait indispensable alors que les artistes codifient leurs oeuvres sur un catalogue ce qui permettrait déjà de limiter à l’ avenir les faux ou les copies. Personnellement toutes mes oeuvres sont codifiées au dos et le code est reporté sur un catalogue; une oeuvre vendue est tout de suite notée en marge de sa référence.

  • Hélène le Roux

    « et donc bénéficierait à tous les artistes professionnels, » parfait à condition que ce soit contrôlé. Je vois régulièrement des « artistes » amateurs, par ailleurs salariés ou retraités, sans siret ou immatriculation quelconque, qui sur les multiples « salons ou festivals des arts », salons d’associations (qui de plus ne paient pas les salles en général) affichent sans complexe le fameux article 238 bis et s’en revendiquent pour vendre leurs oeuvres. Je rappelle que ce genre de manifestation est assimilée pour le participant amateur aux vide-greniers, limitée à je crois 3 par an. Je ne connais qu’une association ( à St Denis lès Bourg) qui demande aux participants non immatriculés une déclaration sur l’honneur concernant ce nombre de participations. D’autres doivent le faire. Le problème c’est que ce devrait être TOUTES, c’est la loi.

    • Jean Grisot

      Bonjour,
      J’ai apprécié votre réaction a ce déploiement de bonne volonté de la part de l’Etat en donnant un peu d’argent aux « artistes ».
      Un artiste professionnel n’a pas de statut m’a-t-on répondu à la Maison des Artistes. C’est vrai! Je vis en Bretagne et me rend compte que de nombreux « artistes » amateurs prennent la place de professionnels dans tous les lieux ou l’on pourrait montrer notre travail.
      C’est, dans une petite ville, un village, la Mairie qui a tout pouvoir pour octroyer des lieux d’exposition. Nous savons l’intérêt que portent les Maires de ces petites villes à la culture! Peut-être aussi manquent-il d’associations d’artistes professionnels comme cela
      était le cas il y a bien longtemps. Les artistes ont fermés leurs ateliers, il n’y a plus de lieux d’échange à part le virtuel, donc plus d’humanité. Bonne journée.

  • Crespel Cedrix

    Bonjour,
    Oui c est essentiel. La vraie voie qui soutiendrait le process de creation jusqu aux collectionneurs.
    Mais qu en est il ? quelle potentialité d écoute de la part du gouvernement ?

    On a besoin de connaitre la realite de ce projet et dans combien de temps. (les expos se fanent de semaines en semaines)

    cdlt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.