Contact

Appel à participation

La Maison des Artistes poursuit sa mission de représentation et de transmission des préoccupations majeures des artistes professionnels dans le cadre de la rédaction d’une lettre ouverte aux institutions.
Nous vous appelons aujourd’hui à réagir par rapport à la notion de diversité et à nous faire part de toutes les problématiques que vous rencontrez quotidiennement en tant qu’artiste professionnel.

Votre témoignage viendra nourrir l’écriture de cette lettre qui vise à alerter, faire réagir, et provoquer la mise en place de véritables actions d’ouverture et la prise en compte de chacun, comme créateur et citoyen.

Les artistes visuels demandent le respect de la diversité.

En ces temps de débats sociaux, nous souhaitons réagir avec vous sur le fonctionnement d’un système institutionnel (le Ministère de la culture, DRAC et Centres d’Art). André Malraux définissait ainsi les limites de son intervention : « L’État n’est pas fait pour diriger la création, mais pour la servir ».

L’instauration des DRAC, initialement pertinente, s’est vue avec le temps détournée de son but premier notamment à travers l’ingérence personnelle dans un cadre étatique de conseillers artistiques. Leurs décisions, individuelles et normatives, orientent la question du choix esthétique et impliquent des acteurs couramment cooptés et choisis, qui répondent à des critères établis et restrictifs.

Les aides et subventions sont dirigées vers un faible segment de la création, du fait de cette non prise en compte de la diversité artistique accentué par l’ignorance de cette dernière et de la réalité du terrain, excluant de fait la plupart des artistes professionnels.

Une grande majorité d’artistes récuse la façon dont le choix de ses attributions est fait.
Nous ne contestons pas les œuvres et les artistes choisis, nous contestons un système de choix restrictif.
Si dans une démocratie un Ministère de la Culture existe, c’est bien pour que la diversité soit prise en compte, et qu’il s’en porte garant.
L’argent public doit être utilisé pour la collectivité des citoyens –  les artistes en faisant partie – et non pour le bénéfice exclusif d’une minorité.

Il est donc urgent que soit mis en place un système permettant d’entendre la parole de tous les artistes et protagonistes concernés représentant la diversité de la création actuelle.

N’oublions pas que créateur ou non, chacun est citoyen à part entière.
Nous vous invitons à partager vos observations à : communication@lamaisondesartistes.fr

Catégorie(s) : ,