Accueil » Actualité, Communiqués

Colloque au Sénat : les artistes se “Manifeste”

6 avril 2012 12 commentaires

“Artiste, un métier ?”, c’est la question que La Maison des Artistes et la revue Area ont souhaité mettre en débat, lors d’un colloque au Palais du Luxembourg le 30 mars dernier.

Initié par une étude menée par la revue area, ce débat a été alimenté tant par des politiques, que par des experts du monde culturel et, bien sûr, par des artistes.

En effet, plus de 200 artistes étaient présents pour confronter la réalité de leur quotidien professionnel aux administrateurs et experts présents.

Culture : patrimoine ou création ?

Si la question fondamentale de la culture, abordée en première partie de ce colloque, a permis de faire émerger plusieurs visions de l’art et de sa place dans la société (vision dite “ethnologique”, vision économique ou encore vision sociologique), celle du métier d’artiste a suscité de vives réactions de la part de tous car, se poser la question du métier, c’est s’interroger sur l’activité, sur la rémunération et sur le statut social de l’artiste.

Autant de thèmes qui ont provoqué les réactions des artistes présents, témoins de leur condition actuelle, pour la majorité tenus à l’écart des politiques culturelles et pour qui l’Administration confisque les actions culturelles au détriment des créateurs eux-mêmes.

Administration vs création ?

Pour les responsables politiques présents, la question fondamentale est celle des moyens mis à la disposition de la culture et des arts plastiques : se pose-t-on la question de ce qui est faisable compte tenu des moyens alloués ? ou, à l’inverse, dotons-nous la politique culturelle de moyens à la hauteur des objectifs fixés ?

Bien que tout le monde s’accorde sur la nécessité de plus de transparence des politiques culturelles, les revendications concrètes des artistes, issues du Manifeste des Arts Visuels porté par La Maison des Artistes, ont fait émerger une souffrance et une révolte de la part des artistes sur tout le territoire.

 

A un congrès de gynécologues on n’invite pas les bébés…

Qu’il s’agisse du désengagement de l’Etat pour les Salons historiques, de la concurrence déloyale des artistes non déclarés ou encore de l’opacité des procédures de commandes publiques, les artistes sont unanimes : il faut remettre l’artiste professionnel au coeur de l’expertise.

Les thèmes du droit d’auteur et notamment du droit de suite, de plus en plus remis en cause par la Commission européenne, ou encore du projet d’incitation fiscale en faveur de l’achat d’oeuvres d’art d’artistes vivants par les particuliers ont, quant à eux, constitués des mesures d’action indéniables pour la valorisation de la condition de l’artiste. 

Un Manifeste unique pour une action collective

Le Manifeste des Arts Visuels est certes la synthèse des revendications des artistes professionnels mais, au-delà, il constitue le point de départ d’une action solidaire et collective pour la valorisation de la condition de l’artiste. Plus qu’un simple constat, c’est une force de proposition indéniable, une véritable Charte des droits des artistes.

Faire abstraction de ce Manifeste, c’est nier la parole des artistes professionnels qui, au quotidien, contribuent à nourrir la richesse des arts plastiques dans toute sa diversité.

La Maison des Artistes a 60 ans cette année mais le combat des artistes reste plus que jamais actuel.

12 Commentaires »

  • regina dit :

    bonjours .je ne sais pas si je serait lus etant residente en italie ?je suis peintre .comment le marcher de l arts? peut t’ il fonctionner et evoluer.avec tous ses stampes qui viens de chine etccc.comment peut t -on faire des peintres passionner .autodidactes. amateurs .professionel.quand on sais que c’ est la croix et la galere’dans le monde artistiques .sans compter les copistes. ils est ou le respects de ses passionner? avec une patience indeterminer.des annees d etudes .les hommages de maitres…mais avec ses stampes . …. alors essayer si je peut me permettre.d evaluer le n ombres d industrie de stampes marcher exterieur.et le nombres d artistes en france memes exterieurs qui pourrait apportez leurs contributions aux charges sociales.et contribuer a la crise actuelle.je n ai rien contre a la thecnologie.car je ne serais pas entrain de m exprimer pour le moment.car je pense que nous les artistes tous milieux q’uils soit et d etres valeurisez .je ne pense pas q un artiste exprime sont arts pour le commerciale .mais ils demande seulement une identitee de sont metier une reconnaissance aux niveaux de ca passion.c’est valeurs.mais le plus important c est que nous artistes ont est incapables de faire autres choses que de peindres. c est pour cette raisons aussi q uils d oit etres considere commes un metier reconnus ..surtout pour moi et autres artistes.. le metier le plus fanstastiques et le plus beaux du monde..ils dois etres considerez et approuver fraternellement artistes regina

  • md dit :

    concernant l’adagp ( message ci dessus) et la réponse de la mda;

    en cas de versements d’argent à un créateur d’une oeuvre , l’adagp pourrait très bien informer une institution sur ce versement , que celle- ci soit l’urssaf ou autre; cela éviterait la fraude publique qui consiste à des amateurs de percevoir des droits sans respecter les règles, ce qui est toujours le même dilemne.
    Evidemment l’adagp n’est pas dépendante de la mda, elle n’a donc pas à demander une quelconque inscription à la mda pour un créateur; mais est- ce que l’adagp incite à la pratique amateur concurencielle avec le professionnel ?
    est- ce que l’adagp définie le statut d’artiste ?

    md

  • josdam dit :

    Nous , prenons des risques ; nous, offrons ce qu’il y a de meilleur dans la société pour sa culture ; Nous , partons en laissant au patrimoine sa cerise sur le gâteau; en réalité l’artiste , professionnel , vaut bien plus que son oeuvre , et l’amateur bien loin de mériter plus d’éloges …!

  • corinne dit :

    Bonjour,

    J’aimerais bien le lire ce manifeste ou du moins en connaitre le contenu. J’en soutiens l’idée activement, notamment dans le cadre de ma profession principale qui m’amène à accompagner des “artistes” pour leur “professionnalisation”.

  • Joly dit :

    Au cours des dernières décnnies, la notion d’art a été amplement voire totalement “dé-définie”. Peut-être serait-il temps de la redéfinir un peu…

  • stephane dit :

    je m etonne qu ‘on puisse encore se poser ce type de question aujourd’hui “Artiste, un métier ?” en tout les cas je pose ces questions “politiques, experts du monde culturel, un métier?” à quand un débat de fond sur la confusion du terme” les métiers d’art” et” le métiers de l’art ” ?

  • La Maison des Artistes dit :

    Réponse çà josdam

    Autant tout artiste qui retire un revenu de son activité doit s’identifier à La Maison des Artistes, autant tout auteur – qu’il tire un revenu ou non de son activité – peut déposer ses oeuvres auprès d’une société de droit d’auteur pour en surveiller l’exploitation ou la diffusion.

    En cas de versement de droits d’auteur, l’ADAGP informe l’artiste de La Maison des Artistes mais n’a pas capacité à soustraire les artistes sociétaires à la condition d’identification sociale et fiscale.

    Par ailleurs, la carte de La Maison des Artistes n’est pas une carte professionnelle : elle est le signe de votre appartenance volontaire à l’association en tant que membre même si, indirectement, cela signifie que vous êtes professionnel puisque seuls les artistes professionnels (avec un numéro SIRET et un numéro d’ordre) peuvent être adhérents.

    La Maison des Artistes.

  • vonny dit :

    ma souffrance en tant qu’artiste ne date pas d’hier mais du jour où je suis née! comment “élever” un artiste dans la société qui accélère de plus en plus le pouvoir matériel et rend obsolette toute discution
    qui n’est pas tournée vers “une valeur”qui ne ressemble en rien à la valeur d’un artiste ; MERCI aux artistes reconnus de placer la barre tres haut dans la “valeur monétaire” de leurs oeuvres afin d’un mème mouvement de tenter de détruire ce mot qui est l’objet de notre éternel souffance ! et que dire à propos d’un salaire pour une quelquonque reconaissance? imaginez vous plusieurs artistes en quète d’un mème projet et d’une mème personnalité pour créer une mème oeuvre
    pour un seul “tarif” divisible en salaire??
    imaginez vous plusieurs artistes gardant leurs propre individualité pour leur oeuvre et vendre au mème prix pour une quelquonque association qui redistriburait ensuite un mème salaire à ses employés? BRRR…. à vous de poursuivre et d’imaginer!

  • josdam dit :

    merci pour ce message ;
    mais à ma connaissance , et surtout de mémoire l’ADAGP (société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques) pour une parution dans leurs fichiers photographiques ne m’a jamais demandé si je suis affilié à la mda ! jamais de photocopie de ma carte d’adhérent…
    une seule chose compte : être “l’auteur des oeuvres” … !

  • La Maison des Artistes dit :

    Réponse à Josdam

    La question que vous posez est finalement celle qui a été mise en débat le jour du colloque : Etre artiste, est-ce un métier ?

    Car si on pose la question du métier, c’est s’interroger sur la place de l’artiste dans la société, non comme un penseur, un électron libre sans encrage autre que celui que son public veut bien lui donner, mais comme un véritable acteur de la cité, qui n’est pas isolé mais influe sur son environnement.

    Que l’on parle de juridique, d’administratif ou de philosophie, c’est bien la question de la place de l’artiste qui est posée et l’identification sociale est la réponse qu’apporte La Maison des Artistes pour une reconnaissance de l’artiste dans la société.

    La Maison des Artistes

  • jorge GALEGO dit :

    Tant qu’il y aura une concurrence déloyale des salles de ventes comme DROUOT avec les pseudos experts comme complices,les Artistes vivant ont du soucis à se faire!..pour les autres métier il existe un salaire minimum! pourquoi ne pas instauré un prix minimum décent et obligatoire des oeuvres vendues en salles de ventes?!..mettez vous 2mn à la place des acheteurs!..entre les prix en Galerie et les salles de ventes,le choix est vite fait!..il me semble qu’il existe un délit de concurrence déloyal dans notre état de DROIT !?!..JG.

  • josdam dit :

    chers !
    à chaud comme ça, est -il important , en tant que tel , que le créateur d’une oeuvre soit à la mda ou pas ? après tout quand je suis devant une oeuvre , je suis devant une oeuvre et je juge de la qualité de l’oeuvre, c’est ce que je cherche dans l’oeuvre, et si il y a “culture” elle est dans l’oeuvre; la question du créateur lui même devant ses droits et devoirs c’est l’objet d’une autre affaire , du juridique et autre…
    à +……?
    josedam

Laissez un commentaire :

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou trackback depuis votre site. Vous pouvez aussi vous abonner à ces commentaire via RSS.

Restez courtois et dans le sujet.

Vous pouvez utiliser ces tags :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>