Accueil » Actualité, Communiqués, Headline

Démission de Monsieur Rémy Aron de la Présidence de La Maison des Artistes

30 avril 2018 11 commentaires

 

 

Démission de Monsieur Rémy Aron de la Présidence de La Maison des Artistes

 

Chèr(e)s Artistes,

Ce communiqué annonce la démission de Monsieur Rémy Aron de la Présidence de La Maison des Artistes.

Cette démission fait suite à une décision personnelle de ce dernier. Il l’explique et développe les raisons qui le guident dans une lettre que vous pouvez consulter ici.

Elle évoque son propre positionnement vis-à-vis d’un engagement militant sur le long terme, ses désillusions et sa lassitude face aux efforts engagés sans que les perspectives qui lui tiennent à cœur ne soient modifiées, dans un contexte actuel de changements. Il souhaite retrouver sa liberté de parole et de contestation en tant qu’artiste peintre.

Cette démission ne change en rien les missions conduites par l’association et les valeurs qu’elle défend : la solidarité, la défense et l’accompagnement des artistes professionnels ainsi que la représentativité de la diversité artistique dans son ensemble.

Le Bureau de La Maison des Artistes reste soudé et engagé. Il continue d’incarner et de conduire les missions de l’association pour lesquelles il a été élu. Il assurera également l’intérim jusqu’à la prochaine élection qui sera organisée à l’automne prochain.

Le Bureau de La Maison des Artistes

 

 

11 Commentaires »

  • jean letourneur dit :

    Bien joué, Rémy Aron sauve l’honneur à lui tout seul des membres de l’Institut n’ayant pas voté pour Hyber, mais qui sont confortablement restés le cul sur leur confortable fauteuil sans se rendre compte qu’ils sont déjà morts. Morts du déshonneur de ne pas avoir claqué la porte d’une maison devenue indigne de nous représenter.

  • Alain dit :

    Il est regrettable que la candidature malheureuse de Rémy Aron au fauteuil de Chu Teh-chun nous prive aussi de sa présence à la maison des artistes.

  • Jean-Pierre Rousset dit :

    Bravo Monsieur Rémy Aron pour votre lettre qui réussit à exprimer ce que nous ressentons majoritairement en tant qu’artistes sans pouvoir le dire avec assez de force face à une idéologie artistique et financière hostile à la sincérité artistique, qui nous impose d’entrer en résistance.

  • Loeb Béline dit :

    Monsieur
    je n’ai pas eu l’occasion et surtout l’honneur de vous connaitre personnellement mais j’apprécie votre dignité dans cette lettre, votre vrai cri du coeur quand à défendre l’Art dans sa pureté! Aujourd’hui ce mot perd son sens comme hélas beaucoup d’autres valeurs et je me demande ce qu’il va rester de la culture dans ce pays…Espérons des jours meilleurs
    Je vous souhaite de retrouver comme beaucoup d’entre nous le plaisir immense à retourner à la création et au plaisir d’admirer la nature tant qu’elle se maintient encore!
    Très cordialement

  • JEROME DUFAY dit :

    Je regrette cette démission et Rémy Aron. Sa voix ne portera plus aussi fortement. Dommage.
    Sa lettre expliquant les motifs de cette démission est une bouffée d’oxygène.
    Si le “plus gros savon du monde” figure au livre Guiness des records, le temps est-il venu pour le plus gros mangeur de boudin du monde soit élevé au rang d’artiste et fasse à son tour son entrée à l’Académie des Beaux Arts ? Ou encore le recordman mondial du craché de noyau de cerise ?
    Les nouveaux horizons des arts plastiques n’ont pas de limites.

  • Pierre Loeb dit :

    Cher confrère,
    Nous nous sommes rencontrés au salon d’Angers, croisés quelquefois depuis.
    J’ai bien lu ta lettre de démission et comprends ton désir de te mettre en retrait après avoir beaucoup donné.
    Bonne chance et bon travail.
    Bien amicalement.
    Pierre Loeb.

  • Le Houelleur Yann dit :

    Cher Monsieur Rémy Aron, votre démission m’a à la fois choqué et enchanté car vous avez apporté beaucoup à notre association mais vous avez su reprendre ce qu’il y a de plus cher dans nos parcours d’artistes : la liberté, la dignité de pouvoir dire « non », avec tout ce que cela peut coûter en terme de tensions intérieures, au « système ». Et le système actuel est basé, je crois, sur le mépris d’un certain art honnête et même populaire (dans le sens « compréhensif » par le plus grand nombre ) au profit d’une élite qui dicte des codes esthétiques, intellectuels et surtout marchands.
    J’ai consulté quelques articles sur la personne dont l’élection à l’Académie des Beaux Arts vous a révulsé. Quelle horreur ! Que de prétention dans ces installations très puériles en définitive !
    Je regrette de vous avoir si souvent contré lors des AG de la Mda, quand j’ai essayé de défendre une conception de l’Art que selon moi la Mda n’aura pas su promouvoir suffisamment : l’art vraiment populaire fait en présence des amateurs de créations artistiques hors ces circuits commerciaux aux mains des lobbyings les plus infects. Après tout, et vous le savez fort bien, ce que j’ai dénoncé, à travers mon expérience (mes ennuis avec la Mairie de Paris), n’a jamais débouché sur grand-chose quant à des résolution concrètes sous l’égide de la Mda. Mais je ne saurais vous en vouloir car j’imagine qu’en votre qualité de président de notre association vous étiez obligé de ménager la chèvre et le choux, d’avaler plein de couleuvres, de mettre en exergue la conciliation entre des courants et pressions très divers.
    Je vous ai toujours trouvé très digne et très humain dans vos réponses. Je pense que vous avez apporté à la Mda énormément d’humanité et de bienveillance tout en ne cessant de dénoncer la précarisation de nos métiers et un certain cynisme de nos décideurs en matière culturelle.
    Maintenant, je pense que si la MdA est un espace incontournable, qu’elle doit continuer à vivre et même à prospérer, c’est à chacun de nous, aussi, de nous battre à notre niveau dans la mesure de nos moyens et de nos consciences. C’est à nous de ne pas accepter cette « perversion qui perdure » dans la vie artistique et culturelle de notre pays : la soumission très lâche d’une grande partie de la classe artistique aux autorités et aux forces de l’argent. Là haut, dans les cercles du pouvoir qui copulent avec les spéculateurs et autres accrocs au fric, on méprise bien évidemment les artistes authentiques (tels que vous, d’ailleurs) et on est prêt à acheter notre liberté, notre dignité, notre honneur, avec des combines mesquines et des petites flatteries de toute sorte. Oui, nous sommes trop souvent serviles, et la Mda, hélas, a trop souvent joué ce jeu sans même le vouloir.
    Un artiste n’est pas seulement un créateur : c’est un guerrier qui se bat avec ses armes et qui mène un combat allant bien au-delà de son égo et de ses prétendues œuvres. Un artiste acheté, par contre, est pour nous nécessairement un ennemi et un vers dans le fruit de notre belle profession autant que vocation.
    Alors, Monsieur Aron, puissiez vous reprendre très vite votre liberté, vous épanouir pleinement dans ce que vous avez envie de faire et dire les vérités en votre cœur que votre statut nouveau (ex-président de la Mda, homme à nouveau libre) vous permet de dévoiler. Pourquoi pas un livre retraçant tout ce que vous avez vécu lors de votre engagement à la Mda ?
    Avec mes sincères pensées.
    Y.

  • de bruyn patrick dit :

    bonne route Remy , surtout prend du plaisir , soit toi et profites en ,tu l’as bien mérité . Merci pour ton action , mais “papeur” , l’art émotionnel continuera malgré l’incidence fourbe de comportements opportunistes spéculatifs . Cette élection est malheureusement trop cohérente avec notre système social-politique et montre à quel point les postes à responsabilités sont tenus par des tocards qui n’ont rien à dire , ceux qui n’ont rien à exprimer sont plus faciles à manœuvrer …et en cette période anniversaire quinquagénaire , garde confiance , ploum , ploum , tralala , l’art narchiste vaincra … PdB

  • DECOMPOIX Yves dit :

    Je regrette sincèrement votre démission, cher Rémi Aron. Vous avez œuvré pour le meilleur, c’est à dire pour l’union de la grande famille des artistes. Votre bienveillance, votre action au service de tous restera dans mon cœur; je forme des vœux de force, de confiance et d’épanouissement pour vous-même et pour la Maison des Artistes.

    Yves Decompoix

  • jorge S Galego dit :

    je souhaite à Rémy que cette démission lui redonne plus de temps pour ses créations et sa fidélité à sa conception de l’Art ! Merci pour le temps consacré à essayer de défendre certaines valeurs de l’Art !
    Malheureusement la MDA n’est que le pot de terre face au pot de fer de la machine à broyer du “marché de l’Art” et son réseau cerclé d’un mur de Berlin triplé épaisseur !
    Jsg

  • Yves Calméjane dit :

    Très touché et impressionné par votre lettre de démission.
    Vous remercie pour toutes vos actions en tant que peintre pour nous les autres peintres et plasticiens. La route continue, bonne route !
    Chaleureusement, Calméjane Yves

Laissez un commentaire :

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou trackback depuis votre site. Vous pouvez aussi vous abonner à ces commentaire via RSS.

Restez courtois et dans le sujet.

Vous pouvez utiliser ces tags :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>