Accueil » Actualité

Le SMdA-CFDT, une nouvelle voix syndicale des artistes plasticiens

28 novembre 2012 8 commentaires

Pourtant présent depuis 2008, le syndicat Solidarité Maison des Artistes (SMdA) s’est heurté à l’indifférence de l’Administration. Nous affichons publiquement la couleur : SMdA est une des composantes de la CFDT. Il sera désormais difficile de l’ignorer.

Et il faut aussi le dire haut et fort : nous ne sommes pas LE “syndicat” de La Maison des Artistes, mais bien SOLIDARITE Maison des Artistes.

En effet, nous sommes fermement attachés à la pérennité de NOTRE maison. C’est bien elle qui a été agrée par l’État pour gérer une des branches du régime des artistes-auteurs. C’est elle qui, légitimement, en a la responsabilité. Un régime privilégié dont pratiquement tous les artistes du monde souhaiteraient bénéficier, un régime nettement bénéficiaire même !

Bien sûr, nous le savons tous, il y a de nombreux points à améliorer encore dans la vie professionnelle des artistes (politique d’ateliers d’artistes, accidents du travail, maladies professionnelles…).

Nombre de nos revendications rejoignent d’ailleurs en cela celles de bien d’autres syndicats et/ou organisations professionnelles avec lesquels nous travaillerons – si possible ! –  de concert. Sur cette volonté, pas de mystère.

Le syndicat SMdA-CFDT, pouvant ester en justice, éventuellement en nom et place d’un adhérent, s’applique également à défendre les intérêts des artistes-auteurs dont les droits professionnels seraient lésés.

L’essentiel est de placer l’art et les artistes au centre des choses de l’art, et non plus d’en supporter l’utilisation comme simples ornements rhétoriques. SMdA-CFDT s’attachera à soutenir le Manifeste récemment publié par La MdA, sur un plan plus strictement syndical, dont, particulièrement, la diversité d’expression de l’art contemporain, celui de nos contemporains, mais aussi :

•        La réhabilitation de la transmission des savoirs et pratiques.

•        Les obligations sociales et fiscales

•        Les rémunérations dues aux artistes

•        L’incitation fiscale (“défiscalisation”)

•        Le 1% artistique et la transparence et l’équité du système d’attribution des subventions publiques et des marchés publics d’achats d’œuvres d’art (nous y avons consacré une étude fort édifiante !).

•        Les ateliers d’artistes

•        Le renforcement des droits sociaux des artistes (accidents du travail et maladies professionnelles).

Quoique les points du Manifeste repris plus haut fassent partie de nos revendications, celles, d’ailleurs de tant d’artistes, nous devons en outre travailler le sujet de la formation continue (à laquelle les artistes ont droit depuis cet été).

Un de nos chantiers, resté en friche à cause de sa complexité, est celui d’un label “MdA”, reconnaissance de la qualité des salons et manifestations proposées aux artistes. Le corollaire de ce label est la lutte contre les arnaques et abus, y compris celles des “loueurs de cimaises”. Les galeries réellement professionnelles devraient pouvoir être identifiables, à la fois par les artistes et par le public. Mais bien d’autres dysfonctionnements sont à corriger dans le champ des arts plastiques. C’est pourquoi nous faisons appel à toutes les bonnes volontés, même en marge des arts proprement dits (professeurs, journalistes, juristes…) pour nous aider à clarifier et à vivifier ce qui a été longtemps l’honneur de la France : l’art et l’amour de l’art.

Charles Pasino, pour SMdA

Lire l’interview du SMdA dans le BNN du mois de Décembre

Lire le Manifeste

8 Commentaires »

  • ricart dit :

    pour repondre à Saïd (même en retard) car la finalité d’une certaine réflextion sur la démocratie mérite au moins une réponse et pourquoi pas une écoute. Bien sur Angélique a eu le tord de son ignorance en allant présenter ses aquarelles à Montmartre le soir de 14 Aout 2012 et d’après la loi elle était passible d’une réprimande, d’une amende voire même d’un procès pour sa petite infraction (suivant le degré d’intolérance retenu par ce flic qui a tout pouvoir). Cette jeune femme avait effectivement commis une INFRACTION par MÉCONNAISSANCE qui devait obligatoirement être suivit d’une procedure avec justificatifs écrits. Mais comment peut t-on appeler le dysfonctionnnement de ce commissaire qui sans aucun papier d’enlèvement ‘sans aucun PV, sans aucune procédure et en renommant avec le mot “chose” tout l’enlèvement , le matériel de peinture pour une valeur de 350€ et 75 aquarelles ORIGINALES (d’une valeur approximative de 5000 €). Il me semble que cela est un véritable DELIT de la part de cet homme censé représenter la loi et la sécurité de chaque citoyen .De plus comment admettre dans notre pays de voir un policier détruire (si destruction il y a eu) des œuvres qui tombent sous la loi du droit morale et intellectuel (droit inaliénable et imprescriptible qui interdit toute détérioration d’une oeuvre plastique ou intellectuelle. Le courrier du procureur de la République est à votre disposition si vous voulez confirmation de mes dires. Comme vous pouvez juger à présent il y avait aucune commune mesure entre la petite INFRACTION d’Angélique et le DÉLIT ( que le procureur de la République appelle “DYSFONCTIONNEMENT”. Un an après ,autant vous dire que cette vilaine histoire a TERRIBLEMENT marqué cette jeune femme qui ne peut plus voir un uniforme policier sans avoir des nausées. Quant à moi après avoir assisté à cela ,je n’ai plus le même regard sur la police et la justice de mon pays.Tout a été fait pour ne pa en arriver là et si vous en avez la curiosité , une quinzaine de documents écrits (en recommandés) à partir du 15 Aout 2012 pourront confirmer mes affirmations courriers au commissaire lui même a 2 procureurs ,au Maire Vaillant, au ministre de la culture et à différentes administrations.

  • ricart dit :

    pour repondre à Saïd (même en retard) car la finalité d’une certaine réflextion sur la démocratie mérite au moins une réponse et pourquoi pas une écoute. Bien sur Angélique a eu le tord de son ignorance en allant présenter ses aquarelles à Montmartre le soir de 14 Aout 2012 et d’après la loi elle était passible d’une réprimande, d’une amende voire même d’un procès pour sa petite infraction (suivant le degré d’intolérance retenu par ce flic qui a tout pouvoir). Cette jeune femme avait effectivement commis une INFRACTION par MÉCONNAISSANCE qui devait obligatoirement être suivit d’une procedure avec justificatifs écrits. Mais comment peut t-on appeler le dysfonctionnnement de ce commissaire qui sans aucun papier d’enlèvement ‘sans aucun PV, sans aucune procédure et en renommant avec le mot “chose” tout l’enlèvement , le matériel de peinture pour une valeur de 350€ et 75 aquarelles ORIGINALES (d’une valeur approximative de 5000 €). Il me semble que cela est un véritable DELIT de la part de cet homme censé représenter la loi et la sécurité de chaque citoyen .De plus comment admettre dans notre pays de voir un policier détruire (si destruction il y a eu) des œuvres qui tombent sous la loi du droit morale et intellectuel (droit inaliénable et imprescriptible qui interdit toute détérioration d’une oeuvre plastique ou intellectuelle. Le courrier du procureur de la République est à votre disposition si vous voulez confirmation de mes dires. Comme vous pouvez juger à présent il y avait aucune mesure entre la petite INFRACTION d’Angélique et le DELIT de ce commissaire. Un aDE d 4 Un ° – Tet aCv Ii5SUIVA.on

  • Pasino dit :

    @ Hancotte :

    Il y a maldonne : il ne s’agit de “formation à l’art et à l’histoire de l’art”, mais de formatage des jeunes esprits.
    Il s’agit d’araser l’art “ancien”, ou du moins tel qu’il était compris autrefois. En fait, il s’agit surtout de préparer ces “chères têtes blondes” – et les autres ! – aux délices de la consommation artistique, pas plus. Pourquoi s’em… à expliquer Rembrandt, Corot, voire Picasso alors que personne, pratiquement, ne peut plus s’offrir ce genre d’oeuvres, sauf à venir en troupeau bêlant et bêtifiant dans les musées. Ces artistes ne sont plus que des alibis. Il s’agit de consommer, scrongneugneu !
    Et puis, c’est dangereux, les esthètes. Pensez donc, ce sont des gens qui pensent ! Verboten ! Strengstens verboten ! Strictement interdit de penser en dehors des clous !

  • Hancotte dit :

    tout à fait d’accord avec l’ensemble des objectifs du syndicat et avec les points du manifeste.
    Une difficulté qui me semble être le frein fondamental à la réussite de ces combats est l’ignorance quasi générale du public

    Nous agaçons tout le monde quand on parle du respect du métier d’artiste professionnel.Nous perturbons les organisateurs de salons quand on leur parle de cotiser à la MDA plus intéressés qu’ils sont par le nombre d’artistes présents (déclarés ou non) que par le respect de la législation. (ce n’est pas cela qui ferait venir le maire et le conseiller général)
    La formation sur l’art et l’histoire de l’art semble devoir s’incrire prochainement dans nos écoles et c’est peut être ce qui permettra un jour au regardeur de faire la différence, mais ça c’est pour la prochaine génération
    J’ai vu plus haut que notre régime était bénéficiaire, ça devrait permettre un budget pour une belle opération de communication comme certaines professions libérales ou artisanales ont su le faire.

  • PEYRET dit :

    Bonjour,

    Après avoir parcouru les diverses interventions concernant le Manifeste et les positions soutenues par le SMDA-CFDT avec lesquelles je suis bien évidemment d’accord quant au respect de la législation et des artistes, je souhaite ajouter ma contribution:

    1. Ex-militant CFDT ( secrétaire du Syndicat des Banques St Etienne, DP,DS,CE, Membre du Bureau National CFDT-Caisses d’Epargne), j’ai une sensibilité toute particulière pour le SMDA-CFDT et y apporte mon entier soutien.

    2. Du paracommercialisme et du respect de la Profession d’Artiste:
    Oui, il est insupportable de se trouver confronté régulièrement au paracommercialisme. Je le combat depuis de nombreuses années, y compris contre France2 qui diffusait une émission présentant des sites de vente sans distinction amateur/professionnel (dépôt de plainte).
    Toutes les mairies, offices de tourisme, banques, restaurants, magasins, etc,etc… sont dans l’illégalité.
    Alors, on peut discuter de l’opportunité de modifier les règles, mais tant qu’elles existent, elles doivent s’appliquer à tous de la même façon.

    3. Je viens de lancer un concept ( je n’ai rien inventé!) dans ma région, qui peut contrer ces dérives: la location d’oeuvres d’art. Ça a l’air de prendre… (voir sur le site : http://www.plateforme-athenee.org)
    Pour un hôtel, restaurant, banque ou autre, plutôt que d’exposer illégalement, je conseille de louer avec les avantages fiscaux qui sont liés et les facilités proposées : souplesse, changement, limitation des risques…
    Ce n’est pas parce que les murs sont bien “décorés” que l’artiste va pour autant vendre son travail. Par contre, en louant ce travail, l’entreprise contribue sans que celà ne lui coûte à faire vivre cet artiste.
    Ce concept devrait se développer naturellement sans que cela ne soit l’apanage des sites spécialisés et autres opportunistes intervenants sur le net.

    4. D’accord également pour la large diffusion du Manifeste.
    Petite question :
    comment faire respecter par exemple le 1% lorsque un Maire dit “NON” ? comment faire respecter le droit de présentation lorsque une mairie ou un Office de Tourisme ou une Association, ou autre… se satisfait d’amateurs qui ne coûtent rien, qui sont même prêts à payer pour se faire voir!…

    5. Qu’en est-il également des magasins tels que CULTURA qui exposent sans vergogne avec affichage des prix, sans préoccupation du statut de l’exposé et SANS être soumis aux obligations de diffuseur d’art!
    Va-t-on enfin agir ou sont-ils intouchables?
    Je suis prêt à le faire si tant est qu’une délégation de pouvoir par la MDA m’est donnée !
    Prenons l’argent où il se trouve et pour aider réellement les artistes – sans l’aide des institutionnels et autres CIPAC, DRAC etc…

    Monsieur le Président de la MDA, votre rôle est, je le pense de guider vos brebis ( et non pas vos moutons), artistes qui seront prêts à défendre leur métier.
    Une lettre revendicative auprès de chaque député est-elle envisageable?
    Une pétition en ligne “protégeons le métier d’artiste” est-elle possible?
    d’autres idées sont à émettre.
    Seul, nous sommes faibles. Ensemble nous devons gagner.
    Pal
    MDA P552442

  • pasino dit :

    A propos du “post” précédent :
    il y a-t’il le moindre document, PV,ou quoi que ce soit établissant un délit ou décrivant ces faits ?

    Quel que soit ce qui s’est passé, il faut bien comprendre que la seule parole d’Angélique James sera évidemment insuffisante face à celle d’un commissaire de police.
    Qu’on aime ou pas, je ne crois pas que l’on puisse vendre quoi que ce soir sur la voie publique sans autorisation, artiste ou pas. Cela doit donc pouvoir faire l’objet d’un procès-verbal et de la saisie des “marchandises”. Marchandises qui ne “valent” pas 10 000€, mais que VOUS estimez à 10 000€, nuance importante !

    Et puis, perso, j’aimerais bien voir de mes propres yeux la lettre du commissaire en question. Il a certainement donné une une explication, non ?

  • ricart robert dit :

    Bonjour ,
    Je suis adhérent à la maison des artistes depuis 1973 et de ma longue carrière d’artiste je n’ai jamais vu une situation aussi scandaleuse que celle dont je suis témoin et que je vous décris ci dessous mettant en scène une jeune artiste aquarelliste en herbe avec le commissaire de police du 75018.
    Devant cette situation que je trouve intolérable et que le procureur de la République lui même qualifie de grave dysfonctionnement, je sollicite votre aide et vos conseils pour venir en aide à jeune femme.
    Le 14 Aout 2012 en début de soirée Angélique James est ‘naïvement) montée sur la place du Tertre à Montmartre pour y vendre 3 ou 4 aquarelles de son cartonnier afin de commencer sa vie d’artiste en se déclarant par la même occasion à la maison des artistes qui exige cet acte de vente afin pouvoir s’inscrire. Ce soir là , sur la délation d’individus qui n-ont rien à voir avec l’art mais qui font la loi u carré des artistes de Montmartre? 7 policier se sont précipités sur angélique et lui ont saisit tout son matériel de peinture, papier aquarelle , pochettes,et chevalet neuf ainsi et surtout 75 AQUARELLES ORIGINALES DE SA CRÉATION EXÉCUTÉES SUR 3 ANS DE SA VIE dans mon atelier que je lui avait prêté et sur mes conseils . LE TOUT POUR UNE VALEUR MATERIEL DE 10000€. Devant ses supplications les agents l’ont ce soir là rassurée en lui disant qu’il fallait qu’elle attende son procès et qu’en attendant cette saisie était en parfaite sécurité au commissariat du 18.
    Devant cette surprenante intervention policière Angélique leur a demandé leur matricule…..Ils ont refusés de s’identifier. Elle leur a demandé le talon de son PV ainsi qu’un document de la saisie……Ils ont refusés ET sont partis comme des voleurs devant les touristes médusés de ce qu’ils venaient de voir.
    Le 22 Aout 2012 UN COURRIER DU COMMISSAIRE CLOUZEAU parvenait en annonçant LA terrible nouvelle de LA DESTRUCTION DE TOUS SES OUTILS DE TRAVAIL AINSI QUE SES 75 AQUARELLES ORIGINALES. Sur la simple décision de ce commissaire SANS JUGEMENT NI AUTRE PROCÉDURE , le commissaire CLOUZEAU avait fait disparaitre comme par magie 3ans de travail pour une valeur matérielle de 10000€. Sans parler de l’atteinte au droit moral et intellectuel dont il s’est complètement moqué.Pourtant il avait été mis au courant par lettre recommandée le 15 Aout. Pour moi cela ressemble à un véritable HOLDUP ET UN ABUS DE POUVOIR INDIGNE D’ UN COMMISSAIRE DE POLICE;Si par naïveté cette jeune femme a commis une infraction passible d’une petite amende au plus, ce commissaire a commis délibérément un véritable délit en se rendant coupable d’un dysfonctionnement de procédure pour une finalité pour le moins très suspect vu l’importance finab créant un de que pouvons nous faire?

  • MEUBLAT Georges dit :

    L’Art,L’Amour de L’art et La Passion des Artistes…
    Félicitations!
    Georges MEUBLAT
    Commission “Arts Vivants et Nouvelles Technologies”

Laissez un commentaire :

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou trackback depuis votre site. Vous pouvez aussi vous abonner à ces commentaire via RSS.

Restez courtois et dans le sujet.

Vous pouvez utiliser ces tags :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>