Accueil » Non classé

IRCEC… RAAP…. 8% POUR TOUS LES COTISANTS …

3 juillet 2014 27 commentaires

QUELLE RÉALITE POUR LES ARTISTES AUTEURS ?

LA CONCERTATION S’IMPOSE…

Comme tous les artistes auteurs cotisants au régime de retraite complémentaire (celles et ceux affilié(e)s au régime de sécurité sociale des artistes auteurs ou les assujetti(e)s ayant choisi d’y cotiser) La Maison des Artistes et le syndicat SMdA CFDT ont pris connaissance du courrier de l'IRCEC-RAAP (923) daté du du 05 mai 2014 et transmis avec l’appel à cotisation 2014.

Ce courrier quelque peu laconique et peu explicatif annonce une évolution qui consiste à passer du principe de cotisation par tranche à un taux égal pour tous les cotisants de 8%.

Si nous regrettons que cette initiative n’ait pas été étudiée en concertation avec l’ensemble des organisations syndicales et professionnelles des artistes auteurs, nous avons souhaité prendre le temps de la réflexion et de l’écoute avant de vous soumettre notre analyse sur une décision qui prendra effet qu’en 2016.

Cette décision appartient au conseil d’administration du RAAP – IRCEC qui est réputé pour être représentatifs des artistes auteurs et souverain pour fixer les conditions d’application et de temporalité de la réforme envisagée.

D’après nos informations, l’IRCEC qui gère 3 régimes de retraites complémentaires, le RAAP (artistes auteurs des arts graphiques, plastiques et photographiques), le RACD (auteurs et compositeurs dramatiques et auteurs de films et le RACL (auteurs et compositeurs lyriques), a été en quelque sorte obligée par la direction de la sécurité sociale d’agir en ce sens à la suite des rapports de la Cour des comptes et de l’IGAS et afin d’être en conformité avec le cadre de la loi en application depuis janvier 2014 et de ne pas risquer de perdre son statut actuel.

En effet, le système de classes optionnelles en matière de cotisations est du ressort des assurances privées, ce que n’est pas l’IRCEC, caisse de retraite complémentaire obligatoire liée à ce titre au régime général de sécurité sociale dans lequel la proportionnalité entre revenus et cotisations est obligatoire.

Mais cette évolution « contrainte » n’est pas sans conséquences pour les auteurs.

Si le système d’une cotisation de 8% pour tous les cotisants peut sembler juste et équitable, le sera-t-il pour les artistes auteurs dont les revenus sont égaux ou juste supérieurs au seuil de cotisation RAAP ?
Non, bien évidemment, car pour ces artistes auteurs dont nombre d’entre eux sont en situation précaire et qui optent dans le système actuel pour la classe SP (438€), la cotisation due sera presque doublée.

Et même ceux ou celles qui ont un revenu artistique annuel en équivalent mensuel d’un smic (près de 1 500€ brut/mois) mais qui pour beaucoup optent également dans le système actuel pour la classe SP (438€), verront leur cotisation multipliée de plus de 3 fois (de 438€ à 1 440€).
Nous portons à votre sagacité ce lien sur la réforme du RAAP en 2016 (1147).

Alors que nous défendons la spécificité du régime de sécurité sociale des artistes auteurs et son taux de cotisations (15,60%), et, que depuis juillet 2012 nous avons une cotisation de 0,35% pour la Formation Professionnelle, ce qui veut dire qu’avec une cotisation retraite complémentaire à 8% pour tous, nos charges sociales vont être à près de 24%.
Cette dernière représentera un tiers de nos cotisations sociales !

Dans le périmètre professionnel des arts visuels, ce sont les artistes auteurs des arts graphiques et plastiques qui vont pâtir le plus de cette augmentation de leur cotisation de retraite complémentaire, même s’ils bénéficient de possibles et hypothétiques aménagements comme leurs collègues cotisants au RACD ou au RACL.

A la différence de leurs collègues auteurs publiés et illustrateurs du livre qui bénéficiant d’une aide de 50% de la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’Écrit) seront soumis à une cotisation non pas de 8% mais de 4%. Mais à l’avenir, la SOFIA pourra-t-elle continuer à abonder en ce sens ? La question reste posée…

Nous comprenons que l’objectif de l’IRCEC et du RAAP en particulier est d’améliorer la pérennisation du régime de retraite complémentaire et d’offrir aux artistes auteurs une véritable retraite.

Il faut l’admettre et être pragmatique, la classe SP pour laquelle optent de nombreux artistes auteurs, ne leur apporte, lorsqu’ils font valoir leur droit à la retraite, qu’un appoint financier dérisoire.
Ce qui d’ailleurs provoque étonnement et colère chez les artistes auteurs qui croient pour la plupart s’être préparé une retraite confortable.

Cependant nous nous posons légitimement des questions car comment oublier les cas d’artistes auteurs qui, ses dernières années, ont été mis en demeure par l’IRCEC avec intervention d’huissiers alors qu’ils n’avaient pas l’obligation de cotiser étant en deçà du seuil.

– Cette « obligation » de réforme du régime de retraite complémentaire obligatoire, d’où vient-elle ?
D’une obligation européenne, française, des rapports IGAS et Cour des Comptes, d’une volonté de la Direction de la Sécurité Sociale, nous manquons sérieusement d’explications précises à ce jour de la part des interlocuteurs des pouvoirs publics.

– Ce taux de cotisation décidé à 8%, pourquoi 8% ?
A ce jour, nous n’avons pas tous les paramètres explicatifs de la raison de ce taux, mais nous espérons vivement que le RAAP saura nous éclairer sur sa démarche.

– Et le seuil d’affiliation au RAAP, sera-t-il toujours sur la base actuelle ?.. ou sera-t-il abaissé ?

– Cette augmentation du taux de cotisation à 8%, à qui va-t-elle bénéficier ?

Aux artistes auteurs ?…qui certes pour les plus bas revenus du seuil cotiseront plus mais auront plus de points retraite (10 au lieu de 6 dans le système actuel de la cotisation en classe SP)… mais qu’en sera-t-il de la réalité ?
au RAAP directement ?
à l’IRCEC dans son ensemble ?,
ou à la totalité du Groupe Berri ?… groupe privé de protection sociale créé en 2011 pour gérer 4 caisses de prévoyance obligatoire exerçant une mission de service public sous la tutelle des ministères des affaires sociales et de l’économie et des finances : la CAVEC, la CAVOM, la CIPAV et l’IRCEC qui mettent en commun leurs moyens de gestion et de personnel…

La décision actuelle sera effective qu’après validation des textes réglementaires obligatoires, nos diverses informations nous assurent qu’il n’y a aucune date butoir impérative et qu’une concertation en amont peut avoir lieu.

C’est pourquoi, nous terminons cet article sur ces questions qui demeurent en suspens, pour lesquelles nous allons poursuivre, seuls ou avec l’ensemble des organisations syndicales et professionnelles, nos investigations et nos interventions auprès des interlocuteurs concernés notamment le conseil d’administration du RAAP et le Ministère des Affaires Sociales.

Nous sommes à l’écoute, nous sommes ouverts à toute discussion mais restons vigilants…afin de servir au mieux les intérêts professionnels des artistes auteurs.

 

La Maison des Artistes SMdA CFDT



27 Commentaires »

  • GUY dit :

    Bonjour à tous

    A 8% des revenus, comme beaucoup, je suis dans l’impossibilité de régler cette cotisation, en tous cas en une fois.

    Que se passe-t-il pour ceux qui ne peuvent pas payer ?
    Des aménagements sont-ils possibles ? Il n’en est fait mention nulle part.

    A quoi s’expose-t-on si on refuse de payer ? Prélèvement à la source ??

    Je n’ai pas vu de “menace” de majoration si le paiement n’est pas fait dans les temps…

    Merci

  • provenzano dit :

    Je reçois mon 2e appel de fond raap…je suis heureux!!!

    je passe de la classe sp à 500e l’année à 5000€! on me fait un x10 sur mes taxes!

    Cela pour m’assurer une meilleure retraite me dit-on! En me prenant autant tous les ans, je pense surtout que je vais stopper mon activité comme beaucoup d’autres. Déjà que je cotise sur mes revenus MAJORES de 15%. Pourquoi cette majoration? Je me fais contrôler et je n’ai jamais triché.

    La tva est passée de 5.5 à 7 puis à 10%

    Maintenant le RAAP passe à 8%….

    l’objectif est bien de nous raquer à fond.

  • Fabio dit :

    L’IRCEC prend t-il le chemin du RSI ?
    Le RSI devrait être supprimé par Mr Macron, en espérant qu’il tienne sa promesse. La nouvelle proposition sera peu être plus intéressante au niveau du % de cotisation total, tout le monde quittera la MDA et l’AGESSA…

  • LAGIER dit :

    Je propose qu’en masse nous envoyons un mail à ce service
    pour qu’ils puissent déjà nous faire un dossier

    Contentieux ou recours : recouvrement@ircec.fr

  • LAGIER dit :

    Bonjour,

    oui, la cotisation ircec est tout simplement impossible,

    il faut donc, touts ensemble ne pas la payer.

  • Drochon dit :

    Bonjour à tous,

    Je vous envoie copie d’un courrier adressé hier, à l’IRCEC, qui n’en tiendra pas compte très certainement…mais il faut exprimer sa colère quand elle est là.
    Cette augmentation de la cotisation est juste incroyable…de 400 à 1600 en ce qui me concerne… et comment fait -on l’année suivant pire que la précédente, que durant des mois on ne vends rien?
    C’est un soutien qu’on attends, pas une charge supplémentaire…
    N’y a t-il rien à faire ?

    Un artiste en colère et écœuré.

    Ch. Drochon

    Madame, Monsieur,

    J’ai reçu le premier appel de ma cotisation obligatoire. Pour être précis, ma cotisation annuelle passe de 449 euros à 1.686,35 Euros. Et comment fait-on pour assimiler un telle différence sur un budget annuel déjà plu que tendu?
    Vous allez me dire, que si le montant est conséquent, c’est que l’année a été meilleure? D’abord, le meilleur n’est pas le même pour tout le monde et peut-être que un petit mieux a eu lieu très exceptionnellement. Mais les mois suivants ont été beaucoup plus difficiles. Donc les sommes conquises, ont permis de boucher les trous, et le reste à essayer de tenir le plus longtemps possible. Pas de quoi dire que tout va bien. La corde est toujours aussi tendue. L’année suivant devient donc plus que difficile, puisque le calcul se fait sur l’année précédente…
    N’y a t-il personne pour comprendre que ce système est difficile à gérer?

    Le système forfaitaire de la cotisation jusqu’ici, me paraissait acceptable, même si j’y étais réfractaire. J’avais au moins la liberté, le choix du forfait,et surtout pas les moyens de payer plus. Et puisque je ne crois en rien à propos de l’avenir de cette retraite promise, pour laquelle on me demande de cotiser, j’avais donc choisi le minimum de forfait afin de ne pas augmenter ma charge annuelle.

    Aujourd’hui, dans une période plus que difficile pour les artistes, ou aucun euro ne peut être mis de côté ou être utilisé à autres choses que de payer des cotisations et des impôts, voilà que pour uniformiser une Europe que je ne souhaite d’ailleurs pas telle qu’on nous la propose, quelqu’un décide de passer à un calcul basé sur le chiffre de l’assiette de l’année précédente.

    Là, ça ressemble plus à un moyen supplémentaire, de nous en prélevé davantage, qu’à une réel besoin sociale. Quel bénéfice en tirons nous? Pas plus de point de calcul au final? mais une cotisation plus lourde à payer. Quel progrès…!!!
    IRCEC Créateurs d’avenir? Quelle blague.. Je n’y crois plus, pas une seconde.

    S’il existe un service pour recevoir et faire la statistique des réactions diverses et des plaintes, merci de transmettre mon indignation et ma colère, aux services concernés, et aux personnes à l’origine de la mise en place de ce nouveau calcul étouffant d’avantage des artistes comme moi, qui ont bien du mal à vivre de leur création, dans une époque déjà aussi troublée que difficile.

    PS : Merci de transmettre mon indignation et ma colère, aux personnes concernées, à l’origine de la mise en place de ce nouveau calcul étouffant d’avantage des artistes comme moi, qui ont bien du mal à vivre de leur création, dans une époque tout aussi troublée et difficile.

  • Rochereau dit :

    Bonjour,

    je comprends bien la critique qui concerne les bas revenus et le risque de voir doubler ou tripler certaines cotisations.
    Par contre quand vous dites “la classe SP pour laquelle optent de nombreux artistes auteurs, ne leur apporte, lorsqu’ils font valoir leur droit à la retraite, qu’un appoint financier dérisoire.
    Ce qui d’ailleurs provoque étonnement et colère chez les artistes auteurs qui croient pour la plupart s’être préparé une retraite confortable.” Je pense que c’est franchement exagéré : L’IRCEC communique chaque année la valeur du point et le total de points pour chaque cotisant, il n’y a qu’à lire… passer 20 ou 30 ans à ne pas lire les infos qu’on vous donne c’est de l’irresponsabilité. Par ailleurs si vous comparez ce système de retraite complémentaire aux autres existantes c’est l’un des plus rentables en France, il faut tout de même le souligner.

  • laussedat dit :

    Sculpteur Je suis sidéré par le manque de solidarité des artistes une pétition circule contre la réforme de l’IRCEC elle en est a ……5300 signatures
    Les auteurs de bandes dessinées nous donne des leçons sur ce qu’il faut faire

    Bougeons nous !

    Lionel laussedat sculpteur

  • Calcul de la rentabilité d’un livre (papier ou ebook) pour un auteur indépendant… | L'Auberge Blévalienne dit :

    […] pas affilié, 20% s’il est affilié) et 8% au RAAP (taux en passe de devenir une réalité, cf cet article) au titre de la cotisation retraite […]

  • RAAP-IRCEC… La retraite complémentaire des artistes auteurs au taux unique de 8% dès 2016 | La Maison des Artistes dit :

    […] En juillet 2014, La Maison des Artistes s’interrogeait sur les conséquences d’une retraite complémentaire au taux unique de 8%, qui sans nul doute allait pénaliser les artistes auteurs affiliés les plus précaires. (lire l’article http://www.lamaisondesartistes.fr/site/ircec-raap/) […]

  • Le mythe de la rémunération de 70% d’amazon et autres peccadilles chiffrées | L'Auberge Blévalienne dit :

    […] faut encore ajouté 8% de cotisation au RAAP (taux en passe de devenir une réalité, cf cet article) au titre de la cotisation retraite […]

  • lamaisondesartistes dit :

    Réponse à Tienou,

    Bonjour,

    Toutes nos excuses pour le retard avec lequel nous vous répondons.

    Le mieux serait que vous contactiez directement l’IRCEC/RAAP pour vos différentes questions, voici le site http://www.ircec.fr

    Bonne journée.

  • tienou dit :

    Bonjour,

    graphiste free-lance depuis 15 ans, je cotise à la MDA, à hauteur de 16% environ
    de mon BNC. Si la réforme IRCEC va au bout, ça rajoutera 8%,
    je cotiserai donc à hauteur de 24% de mon bénéfice. Considérable.

    Trois questions, que j’adresse à la MDA :

    • Si nous sommes TENUS de cotiser à une retraite complémentaire,
    sommes nous obligés de passer par l’IRCEC, ou pouvons-nous voir ailleurs,
    en clair, avons-nous le choix ?

    • A ce jour, vers quoi se dirige t-on, quand à ces 8% initialement annoncés ?
    Selon qu’un graphiste gagne 10 000, 20 000, 30 000, 40 000 /an,
    ce pourcentage de 8% sera t-il le même quel que soit le BNC ?

    • Selon qu’on soit affilié Agessa ou MDA, y aura t’-il une différence quand
    au montant/pourcenatge de cotisation de la complémentaire retraite ?

  • méli dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce post qui explique très bien la situation.
    Et je viens en soutien à Pendelio dont je partage totalement le post.

    Aujourd’hui la pérennité des versements des caisses de retraites semble plus que compromise, donc en ce qui me concerne j’ai préféré opter pour une cotisation au forait le plus bas auprès de l’IRCEC afin d’épargner en parallèle afin de mieux préparer ma retraite.

    Donc une questions demeure, ces ,par exemple 8% qu’aujourd’hui je verse ailleurs afin d’être plus sereine sur le fait de me les voir reverser au jour de ma retraite, on me forcera à les verser à l’IRCEC ?
    N’ai je donc pas le choix de préparer ma retraite comme bon me semble ?
    Ma question peut sembler idiote, mais l’important si j’ai bien compris c’est que les artistes auteurs touchent une retraite convenable, pourquoi cela devrait obligatoirement passer exclusivement par l’IRCEC , si l’on peut prouver que nous préparons correctement notre retraite autrement ?

    Suivre cette nouvelle proposition de retraite si je suis sûre d’en profiter à sa valeur le jour de ma retraite, d’accord, mais le contexte actuel ne semble pas aller dans ce sens…

    Merci de m’éclairer,
    Méli

  • lamaisondesartistes dit :

    Réponse à Gallag,

    Toutes nos excuses pour l’important retard avec lequel nous vous répondons.
    Il existe des dispositions qui permettent de prendre sa retraite tout en continuant l’exercice professionnel de son activité (vous pouvez vous rapprocher de nos services administratifs de sécurité sociale à ce sujet (ils reçoivent sans rdv du L au V 60 rue du FBg Poissonnière de 9h30 à 12h)), pour votre autre question peut-être serait-il bon que vous vous rapprochiez de l’Ircec directement, sinon étant adhérent de nos services associatifs vous pouvez demander un rdv avec notre conseiller juridique, le planning étant quasi-complet pour les dernières consultations de cette année,vous pourriez nous recontacter à contacts@lamaisondesartistes.fr en janvier prochain si vous le souhaitez.

    Bonne journée.

  • GALLAG dit :

    J’ai cotisé en classe A également pendant 178 trimestres.
    Maintenant à la “retraite”, pour je continue à verser des cotisations sociales même au titre de la retraite également sans contre partie.
    De plus le gouvernement à fait voter une loi imposant aux caisses de retraites complémentaires de passer du versement trimestriel au versement mensuel, cela pour TOUTES les caisses SAUF… CELLES DEPENDANT DE l’ETAT donc les bénéficiaires de l’IRCANTEC continuent à percevoir leur pension au trimestre…
    Est-ce cohérent???

  • TYO dit :

    La cotisation pour la retraite des Artistes Auteurs me semble indispensable, cependant que prévoie la réforme pour les Artistes qui cotisent déjà en loi Madelin?
    Pourquoi demander Aux Artistes actuels de cotiser pour financer la retraite des aînés qui ne l’on pas fait?
    Il doit exister un minimum de responsabilité individuelle concernant le l’avenir des Artistes Auteur: Comment imaginer toucher une retraite en ne cotisant que 400 ou 800€ par an? Comment envisager ou planifier des retraite avec des loi et des fonctionnement qui changent tous les 5 ans?

    L’opacité du fonctionnement de l’IRCEC et cette réforme qui “infantilise” les Artistes Auteurs méritent vraiment que l’ensemble des acteurs de ce statu indispensable se mobilisent…

  • md dit :

    réponse à la mda son message du 23 juillet;

    à l’heure actuelle et compte tenu des problèmes en matière des retraites, ça m’étonnerait qu’un artiste puisse cumuler et ses ventes et sa retraite de base ! …

    md, affilié

  • Ramona dit :

    Une page facebook contre cette réforme :

    http://www.facebook.com/artistesencolere

  • admin dit :

    Réponse à Galatioto

    Faire valoir ses droits à la retraite n’empêche pas de rester inscrit à La Maison des Artistes et de continuer à vendre ses oeuvres.
    Demander la liquidation de votre retraite vous permet d’avoir un revenu de base fixe, qui peut effectivement être complété par la vente d’oeuvres.

    Cordialement,

    La Maison des Artistes

  • galatioto dit :

    ce qui n’est pas juste pour les artistes auteurs d’oeuvres graphiques c’est qu’ils ne cessent pas de créer quand arrive l’age de la retraite au contraire leur carriere est plus aboutie et parfois sont plus sollicités…..enfin je veux dire par la que si a 65 ans gagosian vend mes toiles a 100000 euros , je ne reclamerai pas ma retraite et continuerai a peindre 2 toiles par an ce qui me suffira amplement

  • Greg dit :

    Bonjour aux artistes,
    Les auteurs sont confrontés aux mêmes problème et ont réagit. Lettre à la Ministre, rencontre avec un représentant. Il faut avouer que pour le moment ça n’a pas changer grand chose. Je ne vois aucune réaction de la part des artistes (dont je fais parti). Il faudrait que tout le monde se regroupe pour crier plus fort , non ?
    Quand les premières cotisations vont réellement tomber, combien ne pourront plus suivre ?
    Greg

  • md dit :

    au dela des 8400 euros de revenus, les cotis ircec sont obligatoires , mais l’ircec met le flou; – je vois très bien l’ircec reverser des cotisations à un artiste qui prend sa retraite et qui a cotisé , dans la mesure ou celui- ci ne gagne rien.

  • pendelio dit :

    Bonjour,

    Je réagis de façon pragmatique et pose des questions ; je payais jusqu’ici des cotisations sociales incluant une retraite d’artiste auteur ; en complément, l’ircec m’envoie depuis quelques années un papier m’indiquant mon obligation de paiement à hauteur de 400€ environ, ceci pour retraite “complémentaire” (aucune information bien sûr sur ce que nous toucherons et à partir de quel âge, les tranches, etc.)

    L’opacité administrative dans toute sa splendeur.

    Aujourd’hui on m’informe que je devrai payer à partir de 2016 (si j’ai bien compris)non pas un fixe, mais un pourcentage ; 8% de mon revenu en cotisations. Rien que ça.

    L’année dernière j’ai gagné 50 000€, si j’ai le même revenu en 2015, je devrais donc payer en 2016 4000€ ce qui fait sur le papier 1000% d’augmentation rapport aux 400€ que je payais auparavant.

    Si je fais de gros efforts et mets mes toiles en vente dans de nombreuses galeries, en communiquant beaucoup, admettons que je vende pour 100 000€.

    Cela fera donc 8000€ de cotisation “complémentaire retraite”, soit 2000% d’augmentation… Est-ce qu’on prend les artistes pour des animaux broutant de ci de là, faisant de la laine et qu’on peut tondre autant qu’on veut ? Qui se donne droit ainsi à grever leur efforts autant que ça ? En prélevant à hauteur arbitraire et automatisée de leurs ventes et mérites personnels ?

    Est-ce qu’on ne prend pas en haut lieu, des dispositions qui tuent littéralement l’envie de donner le meilleur de soi-même ? De mon point de vue, on tue l’idée de prospérité, d’avancer pour les artistes ; se donner les moyens de faire du bronze (technique couteuse) d’avoir son atelier à soi, une maison avec une partie de travail… etc etc.

    Nous n’avons par contre aucune information sur ce que nous toucherons à la retraite (pour la raison que l’argent que nous payons aujourd’hui n’est pas conservé pour nos retraites mais sert à payer celles de nos ainés du moment ; question qui s’impose, à ce compte qui paiera (ou qui sera assez fou pour payer) dans 25 ans des cotisations probablement encore augmentées, pour payer ma retraite ?)

    Et deuxième question : si j’exerce mon activité tard (étant artiste je ne me vois pas cesser mon activité à 60 ou 65 ans, mais seulement quand mes moyens physiques ou intellectuels m’amèneront à cesser), aurais-je encore à payer des cotisations vieillesse, sachant que je suis déjà théoriquement en retraite ?

    Est-ce que ces sujets ont été débattus ou alors est-on dans une logique d’augmentation arbitraire, fonction des désidératas de nos édiles, ou de se conformer aux règles en vigueur en ce qui concerne les prélèvements sociaux ?

    Quelles règles d’ailleurs seraient applicables pour les artistes ? A-t-on un salaire fixe ? sommes-nous protégés par des rentrées régulières, ou un soutien financier (chômage des artistes plasticiens qui n’existe pas quand ils ne vendent pas ou peu) ?

    Comment à ce moment peut-on parler d’application d’une règle en vigueur qui vaudrait pour d’autres activités, et par voie de conséquence pour la nôtre, comme une harmonisation qui ne peut être, nous ne faisons pas le même métier qu’autrui et assumons nos risques d’une vie d’auteur ?

    Aussi, est-ce que ces organismes para-gouvernementaux, ce sont des organismes fiables à qui l’on pourra écrire dans 20 ans ? J’en doute, elles auront changé de nom et d’ici là, j’aurai versé des cotisations obligatoires.

    Je songe à démissionner de la MDA, dénoncer mon activité en France et me faire salarier d’une boite que je créerai à l’étranger ; ou me faire salarier d’une galerie étrangère ; en cotisant volontaire en France.

    N’importe quelle solution plutôt qu’accepter de voir tout augmenter en permanence.

    Parce que ces gens étouffent la création et rien d’autre.

    Et je ne suis vraiment pas content !

  • adam dit :

    La comptabilité des cotisations sociales, ce doit d etre tenue avec rigueur, mais en aucun cas,etre dirriger par la logique de profit.

    Question ? Pourquoi les ministeres des affaires sociales de l économie et des finances s en remettent a un groupe privé.

  • Labrousse dit :

    J’ai cotisé en classe FP pendant des années, sans cela je n’aurais pas pu nourrir mes enfants!augmenter les charges sociales d’artistes indépendants aux petits revenus relève d’une incompréhension totale de leur réalité!Maintenant j’ai pris ma retraite avec le droit de continuer à travailler (ayant cotisé 178 trimestre + les 6 non comptabilisés vu le décalage d’un an et demi) je suis donc assujettie et continue à cotiser pour la sécurité sociale,l’assurance vieillesse et la formation professionnelle, sans contre partie.
    les cotisations forfaitaires sont très injustes et vont mettre en grande difficulté beaucoup d’artistes.

  • Angy dit :

    Que dire à part …Trop dur d’être créateur de son propre emploi

Laissez un commentaire :

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou trackback depuis votre site. Vous pouvez aussi vous abonner à ces commentaire via RSS.

Restez courtois et dans le sujet.

Vous pouvez utiliser ces tags :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>