Accueil » Actualité, Headline

Historique de la rue Berryer – Première partie

22 novembre 2017 4 commentaires

« Une Maison d’art »

 

En 1882, s’achevait la construction de l’Hôtel Salomon de Rothschild, demeure de la baronne Adèle de Rothschild (1843 – 1922), épouse du baron Salomon de Rothschild (1835 – 1864), grand collectionneur de livres, d’objets décoratifs et de photographie. Adèle de Rothschild, elle aussi, possédait une importante collection d’œuvres d’art et de livres.

Au XVIIIème siècle, l’hôtel particulier abritait déjà les collections du couple. Entreposées dans un cabinet de curiosités, des pièces de mobilier de la Renaissance ainsi que des collections de porcelaines et d’art oriental témoignaient de l’appétence de la famille de Rothschild pour l’art.

A sa mort en 1922, Adèle de Rothschild légua l’hôtel à l’Etat en exprimant le vœu que ce dernier devienne une « Maison d’art », accueillant toute à la fois des expositions, des réunions d’artistes, des fêtes et des ventes de charité au profit des artistes.

Ce contexte historique permet le développement d’une série d’initiatives dont vous êtes les témoins aujourd’hui.

Nombre d’entre vous partage des souvenirs rattachés à une coopérative d’artistes.

Une coopérative d’artiste.

Fondée en 1946, au 11 rue Berryer, elle a été créée dans un élan de solidarité, perpétuant ainsi l’esprit du legs d’Adèle de Rothschild.

Cette coopérative avait pour objectif d’aider les artistes à se fournir à moindre coût en matériel de peinture.

V.Clouët des Pesruches témoigne : « On y était toujours bien accueilli, bien sûr les prix [étaient] avantageux, on se sentait chez nous […] ». Elle se souvient également du lieu qu’elle décrit comme « très peu commercial, plutôt une réserve », un local situé à gauche à l’entrée de la cour qui « sentait bon les fournitures pour peintre ».

Les artistes pouvaient y acheter de la peinture, du papier, des châssis, des toiles… ce que souligne A. Innocenzi-Felzines : « Je venais acheter mes couleurs entre 1957 et 1958 ».

Fermée en 1997, le lieu avait très bonne réputation auprès des artistes comme le rapporte A. Lemonnier : « La coopérative était très fréquentée. Je venais toutes les semaines, le matériel était de grande qualité et le personnel compétent et cordial ».

Un lieu solidaire pour et par les artistes

Pendant 51 ans, la coopérative d’artistes a incarné une démarche solidaire pour et par les artistes. Vous avez tous évoqué, à travers vos témoignages et vos souvenirs, un lieu solidaire et d’entraide.

Vous avez également souligné l’empreinte positive laissée par la coopérative dans la vie des artistes qui l’ont connue et l’importance de ce type d’actions, hier comme aujourd’hui.

Nous développerons prochainement plusieurs autres volets de l’histoire de l’Hôtel Salomon de Rothschild et du lien fort entretenu avec les artiste.

 

 

Carte de visite de la coopérative d’artistes

 

 

 

Logo de la coopérative d’artistes, réalisé par André Lemonnier en 1996

 

4 Commentaires »

  • Mio de Milliot dit :

    Bonjour,

    Je suis un heureux de la Maison des Artistes depuis les années 80′. et souhaiterais avoir quelques réponses.

    J’ignorais qu’il y avait une coopérative à notre MdA alors que les cash and carry s’étaient développés.
    De même, je m’étais inscrit à la Spadem où j’avais déposé nombre de “Grafs”.
    Etait-ce une erreur ? La “Com” de la MdA était trop discrète en rapport à l’efficacité de l’Adagp.

    Maintenant, la rue Berryer, est-elle propriété de l’Etat, de la Mda, ou d’une autre Institution ?
    Les quelques ateliers d’artistes ou Fnag et autres, ne sont-il pas entrain d’être remodelés à d’autres propriétaires qui n’ont peut être pas la “Bonté” de leurs donateurs ?

    Je remercie Adèle de Rothschild et l’équipe de la Maison des Artistes, son Président pour leur passion et leurs aides.

    Courtoisement, Mio de MILLIOT.

  • raffestin dit :

    Bonjour, et maintenant, à quoi sert cette maison d’art si il n’y a plus cette coopérative ? Merci !

  • cazaux d'artagnan dit :

    Je ne sais pas si je suis votre plus vieil adhérent, 1973, à l’époque où Monsieur Terrail était président.
    Après toutes ces années, je vois que vous ne m’oubliez pas. Bon an mal an, vous restez un port d’attache pour vos artistes.
    Pourtant, terriblement lésé ici à Toulouse depuis que le Maire a plaçé Pierre Esplugas à la culture, il cencure sans rien comprendre et aucun dialogue n’est possible avec lui.
    Si je n’habitais pas aussi loin de Paris, je pourrai vous rendre visite.
    Bien à vous, mes amitiées à monsieur Aaron.
    CAZAUX D’ARTAGNAN

  • MUSOLINO dit :

    Bonjour

    je suis interessé pour votre invitation et aussi pour cette initiative, je aimerai, bien savoir comme ca marche , pour faire un exposition d’art de mon tableau , cette anné , or si il a un plage pour me farie exposer , je suis un artiste de l’association maison des artiste INTERANTIONAL cette année je faire un petite exposition dans un région, et mattenent je déménage pour travailler, a lyon, me ne pas de poste pour exposer ;

    Je veuillez trouver mon cv et mon lettre de motivation
    merci de votre attention
    cordialement

Laissez un commentaire :

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou trackback depuis votre site. Vous pouvez aussi vous abonner à ces commentaire via RSS.

Restez courtois et dans le sujet.

Vous pouvez utiliser ces tags :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>