Accueil » Actualité, Headline

Appel à signature – Les artistes des arts visuels en danger !

22 mars 2013 152 commentaires

Signez la pétition en ligne

Partagez sur Facebook

Émis sans aucune concertation avec le Président de La Maison des Artistes, représentant légal de la structure agréée, le projet de création d’une caisse anonyme de sécurité sociale, fait l’objet d’une mission d’inspection.

Les pouvoirs publics en collusion avec tous les syndicats et organisations professionnelles veulent casser la structure de La Maison des artistes.

Rien n’est décidé, tout peut encore changer, réveillons nous pour défendre La Maison des Artistes !

152 Commentaires »

  • La Maison des Artistes en ligne de mire ! | La Maison des Artistes dit :

    [...] Lire l’article Appel à signature – Les artistes des arts visuels en danger ! [...]

  • phiso dit :

    Pas étonnant que la maison des artistes soit excédentaire, les appels à cotisation sont déments, les poursuites via l’Ursaff courantes, et les dossiers perdus régulièrement………. vous avez ruiné ma vie.
    comment peux t’on payer 6700€ de cotisations quand on fait 4000€ de bénéfices ?
    Par contre vos locaux sont somptueux entre autre.

  • C’est officiel : Marcel Duchamp n’est plus contemporain ! / Par Nicole Esterolle | Le Vadrouilleur urbain dit :

    [...] Et voilà , comme ça le tour sera joué, exit l’association MDA avec ses 18000 adhérents (sur les 60000 affiliés à la Sécu MDA) qu’on n’entendra plus une fois pour toute, pour laisser la parole aux 4 ou 5 syndicats d’artistes ( SNAP-CGT, SNAA-FO, USOPAV, CAAP-FRAAP, etc.) avec leur 200 adhérents au maximum chacun, jaloux de la représentativité et de la vitalité de l’asso MDA, et qui pour cela désinforment à qui mieux mieux pour la tuer .. et d’autant virulents contre elle, qu’ils sont, par on ne sait quelle étrangeté de la nature syndicale, d’ardents défenseurs de l’esthétique duchampienne : le CAAP, par exemple parce qu’il est une émanation du CIPAC et des structures institutionnelles et para-institutionnelles subventionnées, donc formatées à la doxa d’Etat ; le SNAP –CGT, parce que le PC-CGT a toujours pensé qu’il n’y avait pas de raisons à ce que l’esthétique des classes dominantes et exploiteuses ne puisse pas profiter aussi aux classes laborieuses et dominées, afin de mieux les aliéner aux premières, etc… Je vous joins ci-dessous le lien, pour le document d’appel à signatures, qui explique ce que perdront les artistes, si on enlève son agrément à la MDA de telle sorte qu’elle disparaisse :http://www.lamaisondesartistes.fr/site/appel-a-signature-les-artistes-des-arts-visuels-en-danger/  [...]

  • lynn dit :

    desolee mais il m ont pourris la vie ce ne sont pas des artistes qui cotisent car si vous ne gagnez pas une certaine somme vous ne pouvez pas y rentrer et si par malheurs vous y arrivez vos cotisations sont prisent 2 ans en amonts et deux ans apres leur calcul est obsolete faux et debile non a la maison des artistes

  • blaise dit :

    T’as bien raison Pasino
    Sauf de classer fou qui ne pense pas comme on lui dit de penser (pour avoir sa bonne ration de foin)
    C’est un poil stalinien ce coup de pied. Pourquoi tu râles ?
    Il y en a ( au moins un ) à la MdA qui a reconnu qu’il est regrettable de ne pas m’a avoir ” accueilli” ( manque de fric argumentaire a taire) mais Ponce Pilate est sage
    Pour bénéficier des largesses de la MdA il faut être à la MdA.
    J’ai ouvert mes neurones.. Il se trouve que mes conclusions ( d’autodidacte ) sont les mêmes que celles de gens instruits ,spécialistes et actifs dont je découvre qu’elles ne sont pas de la veille de l’appel.
    La MdA n’est pas une maison des artistes, c’est une asso ou c’est une Sécu. Appellation nunuche? Embrouille monumentale,péché originel !
    L’eau a coulé sous les ponts. Les vielles casseroles sentent le graillon. Au bon vieux temps on commençait charbonnier et on finissait charbonnier.Fini le Manège des Apparences.
    Aujourd’hui il faut s’accrocher et s’adapter, se remettre en cause ( sans cumul)
    Je propose donc que le nouveau machin s’appelle la MdA ( Mutuelle des Auteurs),sans distinction d’expression ( pinceau/burin/ plume/…) ainsi on sera au RSI par raison d’égalité nationale et la spécificité de l’activité ( artiste n’est pas un métier) dorlotera les inscrits ( fini le brouillard sémantique entre affilies et assujettis) et ceux qui ne veulent rien comprendre ,croire payer peu pour être tranquilles et se foutent du sort des autres seront encore à la MdA…
    T’as bien raison de râler Pasino ; il vaut mieux m’avoir dans son camp. Et c’est la MdA ( vielle baraque) qui a choisi ( aveuglement ) que je n’y sois pas, comme beaucoup d’autres auxquels je donne un coup de main.
    La matière grise ne se conserve que si l’on s’en sert à l’air libre ( dans les pots de fer ça noircit).
    Bon dimanche.

  • PASINO dit :

    Mais, Blaise, je reviens sur tes petits soucis:

    D’abord, Agessa et Maison des Artistes sont deux canaux qui conduisent au même port : la Sécurité Sociale des Artistes.
    La MdA (anciennement “Entraide des Artistes”)a bataillé pour que ce régime voit le jour.Un régime qui a été conçu comme une aide à la création. Avant, il n’y avait rien, comme d’ailleurs il n’y a toujours rien dans nombre de pays, même les plus “avancés”.
    C’est La MdA qui a mis en forme ce régime et a qui en a été confié la responsabilité, à charge pour elle de respecter les règles IMPOSÉES par les ministères de tutelle. Ce n’est pas La MdA qui édictaient ces règles quoiqu’elle tentât constamment de les faire évoluer vers plus de souplesse.
    Un artiste, il y a 60 ans, c’était relativement facile de le cerner : en gros celui qui faisait de la peinturlure sur un rectangle de toile. S’il rentrait dans les clous des limites proposées par le Code des Impôts (les œuvres d’art originales, etc.), hop, il pouvait bénéficier de ce régime.
    Sur le modèle de La MdA, 10 ans plus tard, a été créé l’Agessa pour intégrer un autre périmètre de la création (en gros, les auteurs de l’écrit, dont les photographes). Le mode de rémunération de ces derniers étant différent, il a fallu placer d’autres filtres.
    Mais MdA et Agessa conduisaient au même régime dit “Maison des Artistes”. Pourtant le mode de fonctionnement ne pouvait être décalqué de l’une à l’autre, et puis tout se faisait à la main encore, avec du papier et un stylo. Pas d’informatique, pas d’Internet.
    Il y a quelques années déjà que MdA et Agessa envisagent de se rapprocher, voire de se fondre (on ne t’a demandé ton avis, ne te vexes pas !)mais chambouler des fichiers et systèmes informatiques concernant des dizaines de milliers de dossiers n’est pas aussi simple que de déplacer un rayonnage de bibliothèque. Quiconque a eu à transférer ses propres données d’un ordinateur à un autre en répondra.

    Je ne comprend pas, je ne comprendrais jamais les artistes qui s’acharnent contre la MdA : ils en sont les premiers bénéficiaires ! Je suis à la MdA depuis plus de 30 ans, comme bien des camarades, et je ne peux que m’en féliciter, même s’il a parfois des “bugs”. Sans la MdA, des milliers d’artistes en seraient réduits à d’incessantes magouilles pour passer entre les gouttes !

    C’est un peu faux, je devine la psychologie de ces gens mais elle est si peu intéressante qu’il est vain d’en débattre.

  • PASINO dit :

    @ Blaise :
    On dirait la grosse haine. C’est quoi le problème ? La Maison propose gratuitement non seulement des consultations comptables et/ou juridiques, mais aussi des consultations psychologiques. Tu devrais t’inscrire, tu sais ?

    Le “complot” dont tu parles, il est au grand jour depuis des lustres, avec des poussées de fièvre périodiques.
    Le truc, c’est que le régime dont nous bénéficions (c’est un régime, pas une caisse) est “piloté” (je simplifie) par l’Association – 20 000 adhérents, une paille : le tiers des assujettis et affiliés – et donc par les artistes eux-mêmes.
    Y’a un syndicat bien connu (100 adhérents, je suis large) qui fait la gueule car il n’a jamais pu prendre la tête de l’association et donc de ce régime. La solution : on casse le régime pour une caisse classique, en espérant bien rafler les sièges au CA de la-dite caisse.
    On risque donc de se retrouver avec une caisse pilotée par des administratifs “pur jus” et par un syndicat qui fera la loi.

    Ce syndicat dont je cause, mon grand, tout le monde le connait : c’est celui qui pousse à la grève jusqu’à ce que les usines se cassent la gueule, c’est celui qui bloque les trains ou le métro dès qu’il pleut un peu, tout ça au nom de “l’intérêt supérieur des travailleurs”. Enfin surtout des camarades syndiqués. Les autres, z’en ont rien à fiche. Et des artistes encore moins : ce sont des “vagabonds” à leur aune.

    C’est marrant, y’a des gens comme ça qui râlent, qui râlent. Mais on ne les voit jamais retrousser leurs manches pour donner un coup de main…

  • Blaise dit :

    12000 sur 60000 !:::::1/5 donc
    Au fait:
    Le président découvre ces jours-ci un complot ???
    Or, en travaillant on peut découvrir que :
    –Depuis des années, le cabinet d’Expertise Comptable Com’Com, spécialisé dans le secteur Culture & Média, annonce à qui veut l’entendre qu’un jour l’Agessa et la Maison des Artistes ne feront qu’un…..
    Et aussi :
    –L’année dernière déjà Eric Hainaut avait fait remarquer la nomination au poste de directeur de la MDA du directeur de l’Agessa, à savoir M. Thierry Dumas. C’était sans compter sur la fusion de l’informatique et de la comptabilité de ces deux organismes qui a été initiée.

    A vos claviers !

  • Projet de réforme des artistes-auteurs : La Maison des Artistes poursuit sa mobilisation | La Maison des Artistes dit :

    [...] avez été plus de 12 000 à répondre à notre appel à signature du 21 mars et nous vous en [...]

  • Solidarité MdA dit :

    @ mellow :

    La MdA et aussi SMdA relancent inlassablement les préfectures, les mairies, les organisateurs de salons, les responsables du Fisc ou des Urssaf, leur rappelant les règles fiscales et sociales. Avec fruit parfois, heureusement. Mais si les pouvoirs publics n’agissent pas, que faire ?
    La parade la plus efficace, lorsque vous avez connaissance d’exposition d’amateurs, serait de porter plainte auprès de la gendarmerie du coin pour “commerce illégal”.
    Mais voilà, souvent l’amateur en question est un copain, malgré tout, à tout le moins un “frère en art”. Vous sentez-vous capable d’aller dénoncer les copains ?

  • Solidarité MdA dit :

    @ Clemence, et à d’autres.

    La MdA n’est pas responsable de vos méventes. Et ce n’est pas elle qui reverse des prestations, c’est votre CPAM qui en a la charge. La MdA (côté Sécu) n’a qu’un rôle d’identification et de collecteur. Identification, c’est-à-dire qu’elle assure “qui de droit” que vous pouvez prétendre cotiser pour ce régime au vu de votre parcours professionnel, collecteur car elle a la charge d’émettre les appels à cotisations.
    Les cotisations “minimum” d’un artisan ou d’un commerçant sont bien plus importantes.
    Être artiste, c’est une chose, mais en tirer de quoi vivre est de la seule responsabilité du-dit artiste. Comme tout “fabricant”, l’artiste a le droit de faire commerce de ses productions (à condition d’être en règle avec les usages, lois et règles) mais il ne peut exiger de personne l’assurance d’en tirer un profit suffisant.

  • clemence dit :

    Je ne signerai pas.

    J’étais assujettie pendant plusieurs années, pensant être affiliée (je connaissais mal le fonction de l’organisme). J’avais très peu de revenus tirés de mes créations artistiques et je trouvais très lourd la cotisation forfaitaire minimum exigée. J’étais salariée par ailleurs. Il s’agissait de quelques heures de travail vacataires dont je tirais un très faible revenu également.

    Puis je suis tombée enceinte, je devais prendre un congé maternité. Je me suis adressée à la MDA qui m’a appris que je n’étais pas affiliée mais seulement assujettie et que donc je n’avais droit à rien. Comme j’étais salariée par ailleurs, je me suis tournée vers la CPAM mais voilà, je n’avais pas travaillé suffisamment d’heures pour avoir droit à une indemnité. Je me souviens de mon sentiment d’écoeurement et de mon désarroi. Avoir cotisé à deux caisses et n’avoir droit à rien ! Avoir versé tant d’argent à la MDA, argent qui m’aurait tellement aidé à ce moment là…

  • mellow dit :

    Je ne signerai pas la pétition ! Depuis des années je verse sans en pure perte des sommes élevées ( bénéfices + 15 % , pourquoi ? ) . Partout fleurissent des expositions de peintres “amateurs” qui ne déclarent rien et “cassent” les prix !J’ai vraiment l’impression d’avoir été le dindon de la farce ! C’est le sentiment de beaucoup de collègues …

  • Skall dit :

    Beaucoup d’ignorance de la part de beaucoup…
    La seule bonne chose dans tout ça reste la RAGE, et c’est cette RAGE qu’il nous faudrait canaliser avec intelligence…
    La MDA, (je confirme après 25 ans d’Affiliation et maintenant Assujetti pour manque de revenus… Et ayant travaillé au bureau de l’Association pendant au moins deux ans)
    RESTE LE SEUL ORGANISME AYANT TRAVAILLÉ À LA PROTECTION DES ARTISTES!
    Les Syndicats?
    À part empocher leurs subventions, notre conditions ne les intéresse qu’au point de recevoir une part de pouvoir… Comme cette part est et reste nul, on en a vite fait le tour…
    Quel syndicat s’est opposé aux plus injustes inventions des RONDS DE CUIRS BORNÉS ET INCULTES du gouvernement qui IMPOSENT leurs règlements (qui ne sont pas des lois, il n’y a aucune lois régissant les artistes…, il n’y a qu’un code de Sécurité Sociale…), et ce, devant une Association de plus en plus évincée des décisions et d’un quelconque contre-pouvoir?
    Les artistes sont descendus 2 fois dans la rue, et ce n’était pas à l’appel des Syndicats!
    Qui a laisser passé le fait d’être éjecté d’un système professionnel par manque de revenus?
    Qui s’est opposé au fait de calculer nos cotisations sur notre bénéfice majoré de 15% (sur quel critère de merde? Quel rapport avec nous et le SMIC?)
    Qui s’est opposé à la situation scandaleuse du Précompte?
    Qui s’oppose à nos déclarations d’activités de plus en plus proche d’une inquisition?
    Qui s’oppose au fait de refuser de prendre nos revenus de façon globale et de faire éclater nos savoirs?

    NOUS, ARTISTES, N’AVONS QU’UN SEUL SAVOIR POUR UNE MULTITUDES D’ACTIONS ET DEVONS EXIGER DE N’AVOIR QU’UN SEUL REVENU! IL NOUS FAUT REFUSER DE COMPOSER AVEC LES TROUS DU CUL DU MINISTÈRES ET DE REMPLIR LA CASE DES “ACTIVITÉS ACCESSOIRES” (case N°8, sur la déclaration des activités, pas plus qu’ils ont le DROIT de prétendre obtenir les doubles de vos factures!!!!! BOYCOTT!)
    NON, ce ne sont pas les syndicats qui s’oppose à ce totalitarisme!
    OUI, l’ASSOCIATION s’est plusieurs fois opposé à ces dictats!
    Qui s’est opposé à l’envoie annuel de photos de nos travaux sachant que PERSONNE au Pole Sécurité Sociale de la MDA n’a la compétence pour étudier ces documents?
    Qui s’oppose au fait que SEULS ceux en difficulté financières doivent le faire, et pas ceux qui vivent d’une activité salarié ou encore trichent en déclarant des revenus sans avoir la moindre activité?
    Qui s’oppose à la RADIATION des artistes en mal de revenus malgré une activité incontestable?
    QUI EXIGE UNE RECONDUITE DES DROITS DÉS QU’UNE ACTIVITÉ EST AVÉRÉE?
    L’ASSOCIATION !!!!!
    Qui s’oppose à la qualification même des “ASSUJETTIS”? Pourquoi des artistes à deux vitesses?
    Vous croyez encore qu’Assujettis et Affiliés ont les mêmes droits?
    Là encore, ce ne sont pas les Syndicats qui accordent , mais l’Association qui a toujours posé ces questions! (sans d’ailleurs la moindre amélioration ni la moindre écoute de la part des grossiers Ronds de Cuir des 3 Ministères de Tutelle!…

    Cette nouvelle entreprise de regroupement de l’AGESSA et de la MDA, pourrait être assez juste, si l’Association en recevait la gestion… Ou du moins un organisme réellement indépendant similaire…
    Mais venant directement des Ministères, cela ne peut-être qu’une entourlouppe pour mieux nous enfoncer leur bâtons de gendarmes fachos dans notre trou le plus sensible!
    N’en doutez pas: Quels que soient leurs intentions, ces gens sont DANGEREUX et MALFAISANTS!
    Ils se fouttent de l’Art et des Artistes, seul un contrôle sur la création les motivent!

    Parlons d’une seule voix, crions d’une seule voix, réagissons d’un seul corps, c’est notre seule chance!
    Soyons citoyens, d’être à 100 mètres ou 9 000km n’a pas d’importance: RÉAGISSONS!!!!!
    Réponse à Zaza de la Guadeloupe que l’on aime déjà pour sa RAGE, il n’y a pas d’argent pour hélas avoir une antenne en province, alors encore moins hélas dans les DOM-TOM… Mais par contre ce qui serait une bonne idée serait d’en devenir le RELAIS! Seriez-vous Partant(e) Zaza?
    Contactez l’Association…

  • zaza-Guadeloupe dit :

    Cette Maison des artistes, en fait c’est la maison des artistes de l’Hexagone.
    Rien du tout pour les artistes de DOM-TOM. Ils n’existent pas. Avec le fric de nos cotisations, il pourraient quand même créer des délégations dans les DOM ??

    ET bien non, aucune délégation, tu te retrouves à être géré par un organisme qui n’en a rien à faire de toi. MOI je dis Stop. Je ne signerai pas !

    La maison des artistes c’est de bla-bla, quand je suis à 9 000km et bien je n’ai pas d’avocat qui viens défendre mes droits d’artistes.

  • arheu dit :

    OUI : “SAUVONS L’ART !”, “Manif pour TOUS” !
    http://www.sauvonslart.com/
    avec La Maison des Artistes !

  • Serghei Litvin Manoliu dit :

    La MDA reflète la crise structurelle généralisée : monsieur le ministre Cauzac est co-signataire du projet, non ?

    Si la France n’était pas un pays de vieux fatigués, nous serions aujourd’hui entrés dans la guerre civile.

    Ah, j’oubliais : et vraiment trop de pseudo-artistes, des copieurs, des ringards… dans un monde saturé d’images jusqu’à vomir.

    La MDA abrite un nombre stupéfiant de nuls au mètre carré – et la FIAC le plus grand nombre d’escrocs.

    Dégraissons le mammouth MDA – mais qui décide ?

    Qui est l’expert en nullité dont l’expertise fait l’unanimité ? Vous ? Moi ? Tonton ?

    Débordons (comme dirait Guy) cette ManifPourTous bourgeoise pour que vive une Nouvelle MDA.

    D’accord ?

    On y va ?

  • arheu dit :

    Je pense que La Maison des Artistes devrait profiter du mouvement de “la manif pour tous” pour se faire connaitre. L’union fait la force !

  • qrevaar dit :

    Les artistes des arts visuels en danger ?! Mais oú était la MDA quand les graffitis artistes se faisaient arrêter à tour de bras? Les artistes ont toujours et seront toujours en danger parce qu’ils sont différents et libres.
    Ceux qui ne le sont pas sont des privilégiés qui jouent à l’artiste. Une pétition? Wouaaah ! Quel moyen de défense dissuasif! Sûr que ça va les empêcher de déployer leurs plans. Faites donc une manif´ pour effrayer les pouvoirs publics tant que vous y êtes …
    le changement c’est maintenant et c’est tous nous changer en de biens dociles homo economicus rentabilis qui aiment leurs banquiers…bienvenue dans la matrice.

  • admin (author) dit :

    Plus de 11 000 artistes et amis des artistes ont répondu à la pétition du 21 mars !
    Beaucoup d’entre vous ont fait circuler l’information via leurs sites, leurs contacts, Facebook, etc.

    Certaines organisations professionnelles soutiennent le projet du gouvernement, c’est pour nous l’occasion d’expliquer la situation, nous leur répondons ici :

    Réponse à l’UPP : http://www.lamaisondesartistes.fr/site/wp-content/uploads/2013/03/R%C3%A9ponse-%C3%A0-lUPP.pdf

    Réponse au CAAP : http://www.lamaisondesartistes.fr/site/wp-content/uploads/2013/03/R%C3%A9ponse-au-CAAP.pdf

    Réponse à l’AFD : http://www.lamaisondesartistes.fr/site/wp-content/uploads/2013/03/R%C3%A9ponse-%C3%A0-lAFD.pdf

    Réponse au SNSP : http://www.lamaisondesartistes.fr/site/wp-content/uploads/2013/03/R%C3%A9ponse-au-SNSP.pdf

    Réponse à la FRAAP : http://www.lamaisondesartistes.fr/site/wp-content/uploads/2013/03/R%C3%A9ponse-%C3%A0-la-FRAAP.pdf

    La Maison des Artistes

  • ma dit :

    m.a. cause;
    les deux adresses de(s) MDA (poissonière ,et berryer ) ne simplifient pas la compréhension du problème, de la confusion qui règne dans la mda assoss et mda sécu; c’est donc quand même difficile de croire que ça peut rester comme ça; il faudrait peut être que la MDA propose un plan global, qui serait mieux que de réunir tous les artistes à l’agessa…

    Mais il y a aussi , en filigrane en dehors du problème ci- dessus, la difficulté d’affirmer les spécificités de la sculpture et de la peinture , pas si évident! autrefois on parlait d’arts majeurs; aujourd’hui , dans une époque médiatisée les arts plastiques se font discrets ! leur valeur est matérielle, ce qui n’est pas le cas de bien d’autres arts; on peu aussi “relativiser” la notion de “sculpture” et dire que la définition n’est pas si simple ou qu’elle s’est élargie , mais on peu aussi manquer de précision dans la définition “artiste”, celui qui n’est pas forcémment regroupé à la maison des A.

    @ +

  • baba2006 dit :

    Je ne signerai pas non plus! Ou est le texte interministériel qui est contesté? le projet vise un regroupement des la MDA et des AGESSa. Je suis photographe Auteur et les Agessa nous maltraite, nous sanctionne, nous demande de remplir des formulaires à leur sauce pour aller fouiller dans nos comptes pour voir avant tout si on a pas tricher. Mais nos retraires et notre sécu ils en ont rien a foutre. c’est leur petite place qui compte et défendre leur job. Qu’ils aillent se faire F….

  • Solidarité MdA dit :

    @ MEAILLE :

    “vous avez lu quelque chose sur le Web”, dites-vous.Serait-ce donc là une nouvelle Évangile ?
    Vous semblez méconnaître l’expression “n’écouter que le son d’une cloche”.
    Quel que soit votre âge, n’avez-vous pas encore compris que lorsque l’on cherche à vous vendre un “nouveau” produit, de quelque sorte qu’il soit, on s’arrangera TOUJOURS pour le présenter comme un “mieux” par rapport à ce qui existe.
    EN quoi une “meilleure gestion” ? Passer de 40+35 employés à 45 ou 50, c’est une garantie d’efficacité ? Passer d’un régime “Maison des Artistes” (c’est le même pour la MdA et pour l’Agessa), dont la responsabilité est confiée à une association d’artistes (20 000 artistes, une paille !) à une caisse anonyme gérée uniquement par du personnel administratif sans aucune connaissance des problématiques de la profession, un progrès ?

  • MÉAILLE dit :

    Je viens de lire ceci sur le web et je suis tout à fait d’accord avec;
    À vous de vous faire votre avis:

    Oui à la caisse de sécurité sociale unique pour les auteurs !

    Dans une pétition du 21 mars 2013, la Maison des Artistes (MDA) sollicite la signature des artistes-auteurs pour s’opposer à la création d’une caisse nationale de sécurité sociale pour les auteurs, annoncée par une lettre interministérielle (Santé-Budget-Culture) en date du 23 janvier dernier. L’Union des Photographes Professionnels est opposée à cette pétition !

    Auditionnée à ce sujet par les inspecteurs des ministères de tutelle, tout comme l’ensemble des organisations professionnelles représentant les artistes-auteurs, l’UPP a clairement pris position pour la création de cette nouvelle caisse.

    La création d’une caisse unique de sécurité sociale ne peut être que bénéfique pour les auteurs qui verront leur statut renforcé.

    L’harmonisation des pratiques de la MDA et de l’AGESSA au sein d’une caisse nationale est une nécessité, et les économies d’échelle permettront de gagner en efficacité et en qualité de gestion.

    A cette date, les auteurs ne bénéficient toujours pas de couverture sociale pour les accidents du travail et les maladies professionnelles, or, il est prévu que ces couvertures soient intégrées dans la réforme. En outre les procédures de recouvrement se verront simplifiées.

    La création d’une caisse unique de sécurité sociale serait une avancée notoire dans la protection des intérêts des artistes-auteurs : en tant qu’organisation professionnelle représentant leurs intérêts nous soutenons ce projet !

  • Gricha ROSOV dit :

    Ou en est-on de la pétition et surtout de ce projet, la MDA est elle finalement réellement en danger ?!

  • Xana dit :

    Ou en est on avec cet appel, où est la liste des signataires? Il est temps de faire le point, de rendre la chose publique avec des noms. Qu’on en finisse avec l’opacité et l’hypocrisie de la pseudo représentativité

  • c1gag dit :

    LISEZ CET ARTICLE LIRE :
    http://www.fraap.org/article550.html

    “Ni l’association La Maison des artistes, ni le régime spécifique de Sécurité Sociale des artistes auteurs ne sont en danger. La pétition de l’association La Maison des artistes entretient volontairement le quiproquo entre ses activités associatives et la gestion de la sécurité sociale dont elle n’a pas la charge.”

    “Beaucoup de diffuseurs et d’artistes confondent l’association La Maison des artistes avec la MDASS (Maison Des Artistes – sécurité sociale).”

  • FACE À L’ART se mobilise pour soutenir la MDA | Face à l’Art – Paris dit :

    [...] et rejoindre les artistes, la pétition c’est ici pour les informations de la MDA c’est ici pour celles de la FRAAP c’est [...]

  • Blaise dit :

    Au risque de tuer le Pair …
    Et parce que j’ai le QI entre deux thèses suite à l’excommunication de 1992)
    Quel avenir,dans un contexte de passage à la transparence, y a t’il pour un paradis fiscal ?
    MdA signifierait donc aussi- Manoir des Alchimistes- ( ceux qui transmutent la mine de plomb en mine d’or).
    Alors quand ceux là nous jettent la pierre, la moindre des solidarités serait qu’elle soit philosophale.
    La liste des non-exclus est elle publique?
    Quand la mouche argumente sur son BEE( bilan économique excédentaire ) elle se flingue. Il faut avoir un projet compatible avec le Présent.
    A vous lire….

  • Concordia dit :

    DE NICOLE ESTEROLLE, MERCI MADAME!!
    la Maison Des Artistes ne doit pas disparaître

    (ce texte a été envoyé par mail à chacun des députés et sénateurs)

    S’il est possible que le duchampisme ambiant disparaisse officiellement il serait en revanche consternant que la MDA en fasse autant , alors qu’elle est la seule organisation à avoir su opposer une résistance structurelle à ce même duchampisme intitutionnel qui, depuis trente ans s’est employé à exclure systématiquement de son champ de vision 95% des artistes de ce temps
    Et c’est pourtant à cette disparition de la MDA que s’emploient aujourd’hui certains hauts fonctionnaires du Ministère de la Santé, relayant en quelque sorte ceux du Ministère de la Culture. C’est un idée qui leur est venue comme ça, un beau matin d’automne 2012 : « Et si on mettait dans la même grosse caisse la MDA (Organisme agréé par l’État depuis 1969 qui s’occupe de la gestion de la sécurité sociale des artistes auteurs pour la branche des arts graphiques et plastiquesà. et l’ AGESSA (Organisme qui assure la protection sociale des écrivains, illustrateurs du livre, photographes, auteurs compositeurs) ? Alors , ils proposent conjointement cette idée géniale à Madame la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, à Madame la Ministre de Culture, à Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances. Ceux-ci , à première vue et peu informés des réalités, pensent que cette idée qu’elle est bonne, et envoient illico une lettre de mission à leurs chefs de services avec l’objet suivant : « demande de mission sur l’unification des organismes en charge du régime de sécurité sociale des artistes auteurs ». et avec un rapport à rendre sur le sujet pour le 1er juin.
    Et voilà , comme ça le tour sera joué, exit l’association MDA avec ses 18000 adhérents (sur les 60000 affiliés à la Sécu MDA) qu’on n’entendra plus une fois pour toute, pour laisser la parole aux 4 ou 5 syndicats d’artistes ( SNAP-CGT, SNAA-FO, USOPAV, CAAP-FRAAP, etc.) avec leur 200 adhérents au maximum chacun, jaloux de la représentativité et de la vitalité de l’asso MDA, et qui pour cela désinforment à qui mieux mieux pour la tuer .. et d’autant virulents contre elle, qu’ils sont, par on ne sait quelle étrangeté de la nature syndicale, d’ardents défenseurs de l’esthétique duchampienne : le CAAP, par exemple parce qu’il est une émanation du CIPAC et des structures institutionnelles et para-institutionnelles subventionnées, donc formatées à la doxa d’Etat ; le SNAP –CGT, parce que le PC-CGT a toujours pensé qu’il n’y avait pas de raisons à ce que l’esthétique des classes dominantes et exploiteuses ne puisse pas profiter aussi aux classes laborieuses et dominées, afin de mieux les aliéner aux premières, etc…
    Je vous joins ci-dessous le lien, pour le document d’appel à signatures, qui explique ce que perdront les artistes, si on enlève son agrément à la MDA de telle sorte qu’elle disparaisse :http://www.lamaisondesartistes.fr/site/appel-a-signature-les-artistes-des-arts-visuels-en-danger/
    Là, j’ai une énorme bouffée de fureur qui m’envahit…Car cela fait bien trente ans que l’Etat ignore la quasi totalité de ses artistes – hors le gibier de FRAC conforme au calibrage duchampien – et voilà que brusquement il s’intéresse à eux , non pas pour les aider à vivre , à créer ou à exposer, mais pour briser un organisme qu’ils ont construit et conquis de haute lutte, qui fonctionne bien, qui les protège, qui les rend solidaires, qui correspond à leur spécificité professionnelle, etc…

    Oui, la colère me submerge,
    - Quand je pense à tout ce que l’Etat a dépensé pour le « rayonnement artistique » de la France en soutenant exclusivement les produits formatés à l’international, quand dans le même temps, il ignorait et disqualifiait 95% des artistes et tout ce qui fait la richesse,la diversité, la vitalité et la vérité de la création de ce pays

    - quand j’apprends que le Président de La Maison des Artistes et les membres du Bureau, représentants élus de l’Association, n’ont même pas été consultés par les pouvoirs publics en amont de la lettre des trois ministres.Ce qui est tout de même un comble, dans la mesure où, juridiquement, la Maison des Artistes est la structure agréée par l’Etat… Et quand je vois la Maison des Artistes ainsi niée par les services de l’Etat dans son existence, sa réalité et sa représentativité…Et quand je vois ce que cela signifie au-delà, en termes de mépris et de désinvolture vis à vis d’une majorité d’artistes
    - quand je me souviens du lynchage médiatique subi en 2007 par Rémy Aron, le Président de la MDA, accusé d’ avoir obtenu un entretien avec le staff du candidat de l’UMP, seule formation politique ( avec le NPA de Besancenot ) à avoir répondu à la proposition de rencontre qu’Aron avait envoyée à tous les candidats pour leur parler de la la condition des artistes…Quand je me souviens de ce gros titre du journal Libération : « UN RÉAC À LA TÊTE DE MA MAISON DES ARTISTES ! », qui n’a pas empêché le réac en question d’être réélu à son poste plusieurs fois depuis avec une majorité écrasante…Ce qui prouve bien, disent les lyncheurs de Libé, France-ku, Les Inrocks, Le Nouvel Observ’ma sœur, et le chœur de la gauchiasse duchampiste, que les artistes de la MDA sont en majorité des ringards et des réacs et qu’il faut détruire leur organisation…(rassurez-vous, malgré cela j’ai toujours voté à gauche et continuerai)
    - quand je vois l’Etat acheter pour 800 mille euros d’œuvres à la FIAC pour soutenir le business – art spéculatif privé , alors que le MDA qui est aussi un organisme d’aide sociale, d’assistance administrative aux artistes, n’a jamais eu un kopek de subvention de l’Etat et ne vit que des cotisations de ses adhérents
    - quand je pense aux millions engloutis dans le réseau conceptualo-morbido-minimalo-kitsch-duchampiste internationaliste, pour des opérations marketing culturel hexagonal et de mise en orbite internationale d’ artistes comme nos éternels vieux bourins de Buren, Boltanski, Venet, Mosset, Orlan, etc… dont les cotes restent ridiculement basses par rapport à celles des grosses pointures telles que Cattelan, Hirst, Koons, Delvoye,ect., dans le même registre du cynisme et de l’arrogance financiers.
    - quand je pense que tout cet argent public n’a non seulement bénéficié qu’à une minuscule frange de faiseurs opportunistes, à l’exclusion scandaleuse de 95% de l’ensemble des artistes , mais a surtout servi, en détruisant tous les repères esthétiques et éthiques historiques, à livrer la création artistique à la seule logique de l’argent et de la spéculation artistico-financière.
    Je garde cependant espoir, sur la capacité de mobilisation des artistes contre un projet aussi absurde, qu’injuste, inopportun et insensé, et sur la capacité des ministres concernés de revenir sur ce projet dès qu’ils en auront compris les inévitables méfaits pour l’art et les artistes.

    Appel à signature – Les artistes des arts visuels en danger ! | La Maison des Artistes
    http://www.lamaisondesartistes.fr
    Signez la pétition en ligne Partagez sur Facebook Émis sans aucune concertation avec le Président de La Maison des Artistes, représentant légal de la

  • MDA 125 m/g dit :

    Si je signe la pétition, le standard téléphonique de la MDA me répondra t’il?

  • PASINO dit :

    Tu causes, “ma”, tu causes.
    Et à part enfiler des perles sans consistance, tu fais quoi dans la vie.
    Ah oui, “artiste”! Où avais-je la tête ?

  • ma dit :

    je pense là que la peinture et la sculpture n’ont jamais été très expressives !! l’expressivité c’est pour la danse , le cinéma ( à voir ) la musique ( et encore ), tout ce qui bouge , tout ce qui fait du bruit ! la mda (assoss) connait-elle la sculpture , et la peinture ? ne cherche t-elle pas tout ce qui bouge et qui fait du bruit ? pour faire bouger la peinture il faut sortir de sa toile, et là est- ce que je trouve encore de LA peinture ?

    Restaurez la peinture , et la sculpture, cessez de gigoter !

  • Solidarité MdA dit :

    Les “Blaise” et autres “MA” parlotent tranquillou dans leurs petits bacs à sable maternalo-sociétaux. Whouah ! Qu’y sont tout bien intelligents !

    Et puis il y a plein d’artistes de seconde zone – ceux qui font de l’aquarelle comme le disent si facilement dédaigneusement les ceusses qui ont l’insigne honneur de microter sur “France-culture”- de ceux qui mettent de la peinture sur de la toile (bouh, les rétrogrades, même qu’ils font ça avec des brosses et des pinceaux, si, si, Madame, je l’ai vu !), des gens, quoi, qui ont les mains dans la glaise et les pieds dans la boue, vous savez, ceux qui n’ont pas droit au Titre si l’on en croit M. Blaise et Cie.
    Ben, mon brave Blaise, mon bon MA, ce sont « les petits, les obscurs, les sans-grades, [...] sans espoir de duchés ni de dotations… » qui ont besoin de cette MdA que vous méprisez et dédaignez, voyez ?
    C’est aussi simple que ça !

  • Blaise dit :

    Salut
    La mouche de la Mouche repique au jeu
    Pendant qu’une centaine de plasticiens ( rôle et nombre insignifiant pour MADAME la Ministre -t’es pas galant Solidarité par toi même ) se grifouillent et tritouillent le sujet ( pas de recopiage de recette gagnante, on est donc dans de l’artistique) ,,,c’est un chocolatier qui cause à France Culture.
    Est-ce que la MdA et la MdA vont grignoter la cagnotte de cet entrepreneur?
    Il a un métier et il le transcende . On lui donne la parole et son discours est celui d’un sculpteur sachant sculpter.
    Un boucher s’est fait couturier, et une chanteuse mannequin: boum sur les télés du monde entier.
    Madeleine descendait de Nanterre vendre ses petits gâteaux aux Tuileries…Proust tire les marrons du feu.
    Gainsbourg vend encore ses sucettes a l’anis.
    Bravo ils ont osé jouer en dehors du terrain et c’est être ARTISTE.
    Artiste c’est faire ailleurs et autrement, mais pas sans esprit.
    Ils mettent les pieds dans le plat. Et la MdAAA ( artiste affilié,adhérant) kesse kéfé?
    Un excédent et des excédés.
    Un bilan n’est pas suffisant ,il faut avoir un projet .(c’est quand le Menu Artiste dans tous les restaurants ?)

  • ma dit :

    pour répondre à solidarité mda ci- dessus : la mda (poissonnière, sécu )joue un rôle dans la détermination de qui est artiste-affilié ou non- affilié; cet organisme voit cela par les déclarations et les travaux exécutés par le déclarant; c’est du chiffre dont il s’agit (déclarer un bénéf de + de 7286 euros), mais pas seulement semble t-il…
    Par ailleurs la suppression de la mda (assoss )?: les artisans ont leur chambre de métiers départementales ; les professions libérales leurs maisons… j’en vient à penser que la mda assoss regroupe les artistes plasticiens , mais c’est un peu aléatoire; beaucoup ne sont pas adhérents à l’assoss, et combien ?? les artistes sont “atomisés” ; pourquoi l’agessa n’aurait -elle pas un rôle dans l’écoute et le dialogue avec les artistes plasticiens ? et même indirectement: intérêt des artistes…

  • Solidarité MdA dit :

    La question n’est là, nul ne nie le besoin de “simplifier”, et de réunir autant que possible l’Agessa et La Maison des Artistes sous une seule entité.
    Mais ce ne doit pas être le prétexte à la suppression de l’agrément de la Maison des Artistes. Et d’ailleurs, pourquoi le supprimer ? Pour créer une caisse totalement anonyme, où seule une administration régnera et décidera de ce qui bel et bon pour les artistes et les auteurs ?

    Nous avons participé, dernièrement, à deux réunions au Ministère de la Culture. A chaque fois nos interlocuteurs (œuvrant bien sûr pour le bien des artistes, n’est-ce pas ?) étaient à cent lieux de la réalité du terrain. Pour eux, “l’artiste”, c’est celui qui a une page en couleurs dans “Beaux-Arts Magazine” (mais surtout pas dans “Artension”, grands dieux non !, c’est celui qui a l’insigne reconnaissance de la présentation d’une oeuvre dans une Drac, un Cac, ce genre de choses.
    Hors ce système bling-bling, pas de réalité artistique. Quelques amateurs plus ou moins estimables, pas plus. La pietaille, les dizaines de milliers d’artistes “anonymes” (anonymes pour ces Messieurs sachant seul savoir), ça n’existe pas.

    Ça n’existe pas, sauf quand La MdA, cette satanée association joue la mouche du coche. Et, ça, ils aiment pas, ces “Messieurs”.

  • Noémie dit :

    Pour Sourgins (premier commentaire tout en haut) : c’est absolument lamentable d’opposer la Maison des Artistes au Régime des Intermittents. Dans un cas il s’agit de protection sociale (MdA) dans l’autre de solidarité nationale face au chomage (interm.). Plus on montera les gens, les uns contre les autres, plus notre société s’enfoncera dans l’obscurantisme. Vous jouez le jeu des journalistes qui prennent leurs renseignements uniquement sur internet sans jamais bosser leur sujet.
    D’autre part, beaucoup d’artistes sont intermittentes du spectacle (ce qui veut seulement dire “salarié à employeurs multiples dans le domaine du spectacle”) et ne touchent pas les indemnités chômage, et beaucoup d’intermittents sont artistes et ne profitent pas de la Maison des artistes …

  • GARDAIS dit :

    Cf les commentaires de la Fédération des Réseaux et Association d’Artistes Plasticiens: “En demandant aux artistes de signer une pétition pour que “la maison des artistes développe sa mission de sécurité sociale”, l’association La Maison des artistes entretient sciemment le quiproquo entre ses activités associatives et la gestion de la sécurité sociale dont elle n’a pas la charge.”

    Pourquoi Mr Rémy ARON se plait-il ainsi à bloquer une réforme bien plus fondamentale? un seul organisme de sécurité sociale pour la branche des arts graphiques et plastiques, et celle de l’Agessa (droits d’auteurs des écrivains, auteurs et compositeurs de musique, cinéma et télévision, et des photographes).
    Sans doute l’avenir est il à multiplier les organes de gestion des prestations sociales: un pour les peintres, un autre pour les sculpteurs, un troisième pour les photographes etc… à moins que d’autres motifs, plus politiques, poussent à cette mise en scène!

  • Michel Duvoisin dit :

    Michel Duvoisin
    Si la MdA est excédentaire c’est surtout parce qu’on est pas 23 jours par ans en arrêt maladie comme les fonctionnaires de la territoriale.

  • mars2013 dit :

    VIVE LE MDMA!!!

  • Gerussi Daniel dit :

    Je pétitionne encore et toujours contre ceux qui portent atteinte à nos fondations ….. liberté tu vacille !!!!! laissez nous tranquilles et régler nos cotisations !!!!!

  • moutet dit :

    Rebonjour,

    juste une petite rectification pour solidarité MdA, qui s’obstine à penser que le statut d’auto-entrepreneur ne dure que trois ans.

    Il n’y a pas de durée limite légale à ce statut à l’heure actuelle. Nous pouvons donc l’exercer at vitam eternam, sans paperasserie excessive…
    Le sujet de la limitation a été abordé par les deux gouvernements (tronchu et nounours) mais ce n’est plus d’actualité.
    La seule chose qui nous ramène au chiffre 3 est que nous sommes exonérés de CFA durant la première année et les deux qui suivent, peut-être que l’origine du quiproquo est là.

    Voilàààà….bonne semaine!

  • aubert dit :

    très chaud le débat.
    parce que depuis 1995
    *je crée sans vendre,(malheureusement), mais quel stock pour mes héritiers !
    *je donne des ateliers de savoir-faire

    alors je ne relève pas de la MDA
    (organisme collecteur pour le compte de la SECU SOCIALE NATIONALE)

    en conséquence je cotise au RSI (organisme collecteur Sécu qui s’appelle la RAM régime des indépendants)et le % de cotisations sur bénéfice qui va avec…

    on peut dire toutes les conneries que l’on veut mais autant essayer de ne pas en dire.

    fin juin j’abandonne les ateliers pour m’inscrire à la MDA (organisme collecteur de sécu) plus à MDA pour faire solidaire avec les gens qui refusent de faire de l’ART “modélisé” qui va plaîre et se vendre.

    La création ne se décide pas. Elle est nécessaire à l’individu pour se sentir vivre de l’intérieur. Par le passé beaucoup de passionnés de création l’ont payé chèrement, souvent de leur santé voire de leur vie…
    J’ai seulement 69 ans ! Nous disposons d’un régime national de sécurité sociale. Défendons-le ! Je viens de passer 20 jours à l’hôpital car un vilain bacille s’était logé dans mes bronches. L’absence de revenus ne me permettait pas d’avoir plus de 13 degrés dans mon appartement, je ne pense pas être le seul !

    Si la Sécu, quel que soit le guichet MDA ou RSI, devait se réduire encore, que deviendront les accidentés, les avc,les malades du coeur, des poumons, du sida etc… que deviendrait l’ART non commandé par le commerce par la sincérité de la création..
    Soyons tous responsables et pensons plus à l’artiste moins favorisé que vous en défendant notre guichet MDA qui prend en compte notre situation de créateur.

    L’histoire de l’art est émaillée d’artistes (fortunés)qui ont aidé sur le plan financier les artistes moins fortunés.

    Que dire des artistes qui ont partagé leurs gains avec ceux qui ne gagnaient rien.

    D’autres, depuis toujours aussi, ont refusé le crouton sec à leur voisin artiste “sans crouton”.

    Je rappelle qu’il est possible de s’expatrier pour ne plus cotiser avec et pour les copains. Je suis preneur de l’info sur ce pays magique… Entre deux créations ou problèmes de santé j’aurai ainsi le loisir de REVER !

    Pardon si je parais MORALISTE mais au lieu de déconner et de tourner en rond il y a sûrement de la création à exprimer.

    J’ai lu tous les avis.. Je respecte chacun mais !!!!

  • Serco dit :

    A MdA. Que faites vous de ceux que vous avez radiés sans état d’âme et sans qu’ils puissent même être entendus ; ceux qui ne demandaient qu’à rester Affiliés et étaient disposés – comme moi – à cotiser y compris, le cas échéant, sur la base forfaitaire ? Vous réexaminez leur dossier ? Chiche même, vous répondez au dossier de recours qu’ils vous ont adressé ? Pas cap ?

  • Solidarité MdA dit :

    Jérôme Cahuzac ? N’était-il pas Ministre délégué au Budget ?

    Bon, il ne faut pas pour autant accabler l’administration de ce ministère !
    Quant à Mesdames Filippetti et Touraine (les deux autres signataires), elles sont éminemment sympathiques et il est certain que l’on puisse leur accorder toute notre confiance. Leurs parcours politiques respirent l’honnêteté, loin de l’affairisme de certains caciques.

  • Bob-art 1er dit :

    Au fait, un certain Jérôme Cahuzac était l’un des signataires de cette fameuse lettre de mission, non ?

    Je dis ça, j’ai rien dit.

    Je suis sûr que la MDA a planqué une cagnotte en Suisse. Faut voir !

  • Blaise dit :

    L’heure est grave…
    ON me répond nominément. C’est très rare si rapidement.
    Je ne bois que de l’eau et ne m’enivre que de bonnes paroles, et suis trop souvent ivre de colère (seulement ) confronté à l’inequitable.
    Qui est le chronométreur? Le calculateur, infernal cadenceur?
    Pour 1’30/ dossier “on” aurait donc établi pour rentabilité du Machin une équation réductrice du nombre d’artistes éligibles, sur des critères exclusivement économiques ( mon vécu vers 1993). En LA république qui est la notre ?
    En condamnant les moins-vendants à payer deux fois plus que les mieux-vendants, à ne regarder le gâteau sans même en connaître le goût des miettes.
    Inepte.
    Je comprend que les pouvoirs publics cherchent ( enfin lucides) à simplifier, à dissiper le brouillard, à gommer l’erreur…
    Tous les cotisants ne sont pas affiliés. Tous les affiliés ne sont pas adhérents à l’asso( loin de là ).
    Peut-on adhérer à la Mda quand on n’est pas affilié à la MdA.
    Quand je cuis mon pain dans la gaziniére de famille, dois-je payer une taxe à quelque plate forme boulangère.?

  • ma dit :

    la retraite à 65 ans !! pour un artiste ?? mais aucun n’a le nombre de trimestres suffisants !

    j’ai dit PLUS de 20 %

  • Solidarité MdA dit :

    Moi pas comprendre : 16 + 20 = 36, non ?

    Et non , on paye pas les charges sur un chiffre d’affaire, mais sur un bénéfice. A condition d’avoir un statut professionnel qui permette de déduire les charges. Ce que je disais plus haut : “revenus – frais = bénéfice”. par contre, oui, les auto-entrepreneurs payent sur le chiffre d’affaire, en bloc. Et ce statut n’est envisageable que pendant 3 ans. Il est considéré comme étant provisoire, un galop d’essai en quelque sorte.

    Retraite : l’artiste peut demander à profiter de sa retraite, comme les copains, à 65 ans (pour les anciens). Et continuer, cependant, à avoir une activité professionnelle (en cotisant, toutefois, au prorata de ses revenus).

  • ma dit :

    ma encore !

    je répète : … Les 16 % de cotisations ERREUR ! tous payons ces 16 % , y compris les artisans ; la différence est que les artisans ont plus de 20 % de cotis -obligatoires- en PLUS : urssaf et retraite obligatoire … , ce que n’ont pas les artistes mda (ou artistes – auteurs ) . quand on dit que l’on paie ses charges sur un chiffre d’affaire ERREUR ; c’est peut être bon ça pour le nouvelles micro- structures (micro entreprises , auto entrepreneur …) à voir:

    au bout du compte tout est presque pareil : les artistes-auteurs paient moins , mais ils COTISENT moins ; la différence est qu’un maçon arrête tout à 65 ans parce qu’il a travaillé sur les genoux pendant 40 ans; l’artiste lui c’est un peu différent!!

    @ +

  • Solidarité MdA dit :

    perso, moi qui vous écrit, ne bois de l’eau que troublée d’anis.
    @ Blaise :
    Oui, il y a 45 (environ) “employés administratifs” rue du Fg-Poissonnière (et une trentaine d’autres pour l’Agessa). Et ils ne disposent que d’une minute et demie pour traiter les dossiers soumis. N’importe lequel d’entre nous qui a travaillé dans une administration (je l’ai fait, oui, et aussi à la plonge ou à l’usine et ailleurs encore) sait ce que cela veut dire.
    Il en faudrait plus ? Oui, bien sûr, mais qui paye ?

    Charges déductibles (quel que soit le %) : qui le nie ? A condition d’être “professionnel”. A moins que tu ne préfères payer des charges sur tes frais également. Il y a des gens, comme ça, qui pensent exister parce qu’ils casquent, et casquent encore.
    N’empêche qu’il vaut mieux avoir 16% de charges que 40, ou alors, dis-le moi, je retourne à l’école. Tu sais, le coup : “revenus – frais = bénéfice”. On apprenait ça en cours élémentaire, peut-être même préparatoire. Mais, c’est vrai, il y a eu des réformes depuis. On apprenait aussi à ne ne pas mélanger les poires et les canards… ou le cheval. Un autre monde, quoi.

    Les comptables publics ne sont pas “complices”. On leur fournit des factures approuvées par les “politiques”, ils payent, point.

  • Blaise dit :

    Solidarité MdA , c’est toi qui te noyes. ( cf l’appel a signatures )
    Et ton eau est trouble.
    Tu nous ( je te tutoies car RA me dit être mon ami ) confirmerais donc qu’il y a quarante cinq pékins qui gagnent leur croûte a collecter pour le compte de la Sécu
    Qui est l’employeur?
    A propos de 16/20/40%
    Les charges d’entreprise sont déductibles. Donc il doit falloir en gagner un gros max pour que ça devienne juteux.
    Être à la MdA revient donc à ne pas être austracisé par les diffuseurs subjugués par un discours , une communication “simplifiée”.
    Y a t’il un diffuseur qui participerait ?

    Je n’ai travaillé qu’avec des CG /régions et Ville .
    Les comptables des deniers publics sont ils les complices ?
    Et de toute façon la SIMPLIFIXATION PRÉSIDENTIELLE EST INÉLUCTABLE.

  • Solidarité MdA dit :

    Et, sacré Nom, oui, l’association “a à voir” avec la Sécu, c’est elle qui en a l’agrément, c’est ce qui lui permet de casser les c… de l’administration.
    Vous avez déjà vu un fonctionnaire se démener pour améliorer votre situation (il y en a, c’est vrai, mais leur hiérarchie les bride).
    vous parlez, Titus, “d’informations sur les statuts”. Mais quelles informations ? C’est clair et net : si on est “producteur” d’œuvres d’art originales, on se déclare à La MdA (en deux coups les gros), on tient une comptabilité (simplifiée), on fait une déclaration (vers le mois d’avril) et basta ! Demandez à un artisan la somme de paperasse que lui, est tenu de fournir. Juste pour voir, pour SAVOIR.
    Il n’y a pas besoin d’avocats, “d’accompagnateurs d’artistes professionnels”, de béquilles ! Qu’est-ce que c’est que ce monde d’handicapés sociétaux à qui il faut tenir la main (ou autre chose) sans cesse ?

  • Solidarité MdA dit :

    Mais sacré bon sang, vous êtes couvert par LA Sécu, pas par “La Maison des Artistes” !
    Cette MdA est un service de collecte, mais ce n’est pas elle qui gère vos dossiers “maladie”, c’est votre caisse, celle qui est proche de votre domicile, qui en a la charge.
    Vous ne financez pas la “Sécu-artistes”, mais la Sécurité Sociale, la seule, celle de vos voisins, de l’ouvrier d’à côté ou du PDG qui habite au bout de la rue, lesquels cotisent eux aussi comme vous qui êtes salarié, dites-vous !
    La MdA ne met pas les cotisations dans sa poche, elles sont reversée à la Sécu, pas plus.
    Et que les artistes, même non affiliés, cotisent, ce n’est que contribution au regard de leur activités économiques.

  • Titus dit :

    Moi en tant qu’artiste professionnel non couvert je suis pour que le gouvernement fasse évoluer la Maison des artistes qui n’a même pas d’annexe en Région et qui ne fait rien pour le défendre. De plus que les assujettis financent la couverture sociale sans être couverts, c’est un scandale! En tant que salarié, j’accompagne les artistes professionnels en Région et c’est très compliqué d’avoir accès aux informations sur les statuts. Il est enfin temps que soient séparés la Sécurité Sociale “Maison des Artistes” et l’Association “Maison des Artistes” qui n’a rien à voir avec la Sécu. Il faut enlever cette confusion qui ne rend service à personne. Je suis pour l’unification des deux Sécus AGESSA et MDA sous une nouvelle entité!

    Vous Maison des Artistes faites croire que la Sécu est en danger, en faisant vibrer la fibre revendicatrice des artistes auteurs (le danger des amateurs?!)Vous êtes opaques. C’est sûr, cette remise à plat et ces nouvelles orientations vont mettre à mal votre position quand on sait que la lutte est acharnée entre les syndicats dont la plupart ne sont pas de votre bord idéologique. Pensez simplement et d’abord à l’intérêt des artistes qui demandent à être entendus et défendus!

  • Solidarité MdA dit :

    Thierry B. a bien résumé le problème .
    Bagarrons-nous comme des chiffonniers, et tout le monde se retrouvera le bec dans l’eau !
    On sait bien que les gens qui se noient ont une nette tendance à emmener les copains avec eux (y compris au sens psychologique).

    TVA ? Oui, et d’ailleurs les artistes peuvent s’y astreindre volontairement. Et oui, c’est intéressant, évidemment, quand le poids des fournitures atteint un certain chiffre. Nul ne l’a jamais nié, mais c’est là un calcul comptable.

    (pour ceux qui ne le savent pas, le professionnel fait la balance entre ce qu’il doit au Fisc – la TVA réglé par son client – et ce que le Fisc lui doit – ce qu’il a payé en TVA sur ses propres fournitures. Je simplifie un peu.)

    Cotisations ? 16% + 20%, cela fait… 36%, non ?

    ADAGP et autres : tout le monde peut en bénéficier, y compris sur une photo de vacances à la plage si cette photo est publiée.

  • ma dit :

    “solidarité Mda” il y a des confusions !! la tva n’est obligatoire pour les travailleurs indépendants qu’ à partir d’un chiffre d’affaire de … 36000 euros ( environ ) !!!…
    pour faire bref !

    Les 16 % de cotisations ERREUR ! tous payons ces 16 % , y compris les artisans ; la différence est que les artisans ont plus de 20 % de cotis -obligatoires- en PLUS : urssaf et retraite .

    Le communiqué qui parle de la concurrence avec les amateurs : cessez de me faire rire ! l’ ADAGP verse au nez de tous les artistes , de la mda , et du fisc , des droits d’auteurs à ceux qui leur fournissent des images de leurs oeuvres, y compris les amateurs ; les sommes sont faibles me direz- vous , mais le geste est là !

    solidarité Mda ; avez – vous lu le rapport de 2005 ? comment expliquez -vous cette guéguerre interne au sein de la mda (assoss) , ( pour ne pas dire “flandre” )? ne pensez- vous pas qu’on s’en passerait bien ?

    mad

  • mariette.feuerbach dit :

    ok

  • mariette.feuerbach dit :

    pour le pouasson d’avril…

  • Blaise dit :

    Concernant la TVA
    Ce n’est pas un cauchemar.
    On n’est un peu lésé ( puisque collecteur non rémunéré) mais on la récupère au centime près.
    Et en tant que sculpteur ( les matériaux sont chers ) j’ai cessé malgré la microcité de mes revenus d’en faire cadeau à l’état qui n’en était même pas reconnaissant.
    La MdA défend manifestement certains artistes, mais pas tous les Artistes.
    Et les refoulés sont “gentiment” ainsi condamnés à payer 40 % au lieu de 16.
    Solidarité MdA plus tu écris plus tu patauges et dévoiles ton sectarisme ombragé.
    Et si on créait le MdA – le Machin des Autres- ça en ferait trois ?
    ( remarquez que nous sommes le 1/04 et qu’il y a des traditions )

    Qui signe pour sauver le pouasson d’avril ?

  • Thierry B dit :

    Bonjour

    Je viens de lire l’ensemble de cette page, et je suis assez surpris de la tournure en règlements de comptes des nombreux post qui vont à l’encontre de l’association de la MdA.

    Le statut d’artiste en france est probablement la seule vrai aide à la création qui existe dans ce pays par le faible taux des cotisations demandé en rapport avec la couverture sécurité sociale qu’elles autorisent.

    Comparez simplement avec des artisans (inscrits au régime des indépendants) si vous en connaissez ou demandez à un expert comptable, et vous comprendrez , à bénéfices égal, l’intérèt de ce statut.

    Il faut aussi arrêter de se chamailler en faisant des comparaison avec le statut d’auto-entrepreneur, ils n’ont rien à voir.

    Le propos n est pas celui ci à mon sens car cela est acquis.

    L’enjeu principal est probablement le fait qu’en n’adressant pas cette lettre au président de l’association de la MdA, les ministres refusent symboliquement de reconnaître l’existence de cette structure.
    Hors c’est cette association qui défend nos droits, notamment ceux liés à la sécurité sociale, face aux décision gouvernementale, actuellement et historiquement.

    Elle représente une interface agréé par l’état devenue probablement gênante maintenant…

    l’autre enjeu qui apparait entre les lignes est celui du motif de la demande. Les raisons semblent obscures. Dans quel but veulent-ils nous noyer dans la masse alors que la caisse est excédentaire et fonctionne depuis 1964?

    En ce qui nous concerne, il est évident que plus nous serons noyés dans la masse, moins nous pourrons obtenir de réponse fiable et moins nous seront soutenus. l’union fait la force…

    C’est la le risque encouru si l’association de la MdA était démise de son rôle.

    L’étape suivante serait que nous soyons passés au régime des indépendants et là qui pourrait se mobiliser pour tenter de l’en empêcher?

    Sans doute pas une bonne partie des personnes qui se plaignent ici, bien plus de problèmes personnel que des enjeux réel sous-jacents à cette décision ministérielle.

    Enfin, en ce qui concerne les post des personnes qui se plaignent d’un mauvais fonctionement de la caisse de la MdA, et qui ont sans doute rencontré des dificultés administratives, il faut bien qu’ils se disent qu’ils en rencontreront dans n’importe quelle administration en France, et que le changement demandé par les ministres ne garantie aucunement une telle amélioration.
    Nous avons tous connu au moins une fois l’enfer des guichets et la prise de pouvoir que peuvent parfois prendre certain fonctionnaire

    En l’occurrence nous sommes aussi beaucoup d’artistes qui n’avons pas renconté de dificultés majeures avec cet organisme administratif, et qui en en dehors des avantages économiques qu’il apporte, nous semble d’un usage simple et rapide.

    nous devons aussi élever le débat au dela de tout regard politique.

  • Solidarité MdA dit :

    @Sigurdur :
    Sourgins ne confond pas les choses, elle rappelait que, par contre le public, lui, risque de les confondre.

    il n’y a pas, non plus, de “caisse MdA, mais un régime.

    Le système “intermittents” (un régime, non, là aussi ?) est assez complexe lui-même, c’est vrai. Mais surtout le public y a vu l’abus qui en a été fait au détriment des artistes du spectacle eux-mêmes, des artistes et des métiers du spectacle. Et cette image est restée.

  • Sigurdur Mikason dit :

    @ Sourgins: La “caisse” des intermittents n’existe pas, tout comme son prétendu déficit. L’Unédic ne possède pas de sous-caisse ou je sais quoi. Elle indemnise tous les chômeurs avec une seule et même caisse sans faire de différences entre les uns et les autres. Je vous remercie de ne pas tout confondre et faire preuve d’objectivité: comment les 100.000 intermittents dont les 90% ne dépassent pas le smic chaque mois pourraient décemment être tenu responsables du déficit énorme de l’Unedic qui indemnise les quelques 3.187.700? Ayez un peu de jugeote, et ne tirez pas pas sur ceux que vous connaissez mal, vous jouerez alors le jeu du gouvernement, quel qu’il soit. Et vous ne pourrez plus demander aux autres de vous venir en aide lorsque votre propre statut sera (est?) dans leur ligne de mire.
    Merci.

  • Solidarité MdA dit :

    Et puis, Régis toujours,

    C’est quoi, c’est qui, pour vous, “ses dirigeants” ?
    En êtes-vous encore à cette haine infantile du “patron” ? Mais nous n’avons pas de patrons, nous sommes nos propres patrons.
    En souhaitant la suppression d’une institution qui nous nous avantage, vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis.
    Par “nos avantages”, je veux dire simplement non ppas nos privilèges mais que, déterminés comme “artistes”, cela nous permet d’exercer selon des règles et lois qui protègent peu ou prou nos professions. Par exemple, pas de TVA sur les Oeuvres d’Art originales, par exemple droits de suite, par exemple droits de l’image, par exemple cotisations sociales minimum (16% au lieu de 40%)…
    Putain d’artiste privilégié ! A la lanterne !

  • Solidarité MdA dit :

    @ Régis encore :
    Le Facteur Cheval n’a jamais “exercé” en tant qu’artiste, de plus il avait son traitement de… facteur.
    Le Douanier Rousseau avait, lui aussi, son traitement de… douanier (employé de l’Octroi, d’accord) et n’a entrepris de carrière professionnelle qu’après avoir pris sa retraite.

    Mais les conditions économiques et sociales ont nettement évolué depuis l’époque ! Outre que l’espérance de vie à doublé, sinon parfois triplé (pour les femmes surtout), il n’y a pas eu d’impôt sur le revenu avant 1914, donc pas de “paperasses” à fournir. Si vous n’étiez propriétaire de rien, vous n’aviez que vos dépenses personnelles à assurer (dont médicales, notez-le bien). Quelques taxes, de-ci, de-là, c’est vrai, mais pas plus.
    On vivait heureux, quoi (?).

  • Solidarité MdA dit :

    @ Régis :
    Bien évidemment, il serait plus simple de mettre tout le monde dans le même sac, à qui le dites-vous.
    Allez, hop, tout le monde au RSI (40% de cotises, quand même, plus TVA et diverses taxes pour bien border le tout : bon appétit !). Les artistes, les “amateurs”, les danseurs, les musiciens, les comédiens, les écrivains, les journalistes, les sportifs, tout le monde, allez ! Hop, hop !
    C’est d’ailleurs ce dont rêvent nos chères têtes dites pensantes. On y verrait plus clair.
    C’est vrai, quoi, pourquoi s’emmerder avec ces putains d’artisses !

  • Régis dit :

    Il y a pléthore de régimes différents..
    Donc de caisses, services divers, quasi-fonctionnaires…

    On ne voit pas bien ce qui, sur le plan des cotisations, devrait distinguer un artiste d’un autre professionnel, artisan, profession libérale, musicien, ou autre…

    S’il faut lutter contre les supposés “amateurs” qui viendraient manger le pain des artistes “professionnels” (subtile distinction, voir le Douanier Rousseau ou le Facteur Cheval… LOL), on peut peut-être détacher cette noble mission du recouvrement des cotisations…

    Le % considérable de sommes en liquide non déclarées dans le milieu artistique donc non taxées (TVA, cotisations, impôts, etc…), me parait être un problème bien plus grave pour la survie des régimes sociaux que de savoir si la MDA doit ou non être dissoute, ce qui n’aura vraisemblablement un impact que pour ses dirigeants devenus inutiles…

    Enfin bref, encore un combat d’arrière-garde corporatiste!

  • toto dit :

    Je ne suis pas mda et pourtant auteur mais à l’agessa, sans doute parce que plus simple au début quand on commence, et aussi parce que la mda me parait trop éloigné pour ne pas dire étriqué ( d’une défense des pratiques d’un artiste contemporain), elle est pour moi plus à l’image d’une conception de l’artiste du 19è. Je ne prêche ni pour l’un ou l’autre. Quelques amis artistes de grande valeur sont à la mda. Je ne suis pas pro syndicaliste, mais ouvert à toute pensée, je pense qu’il appartient aux artistes non pas de défendre (en gros raleurs franchouillards ) mais de réellement travailler sur le statut. En effet la mda et d’autres créent ici un écran de fumée embrumant les esprits rajoutant de la confusion, là ou pour beaucoup de jeunes sortant des beaux arts ou autres conservatoires recherchent une situation permettant d’exercer dans un cadre légal. Alors oui pour une création d’un organisme unique, permettant enfin aux jeunes artistes et aux autres d’y voir clair, mais dans une réflexion concertée tant avec les services des impôts, la sécurité sociale. Je me souviens des visites aux services des impots concernés au tout début, ou il ne connaissait pas ni l’agessa ni la mda, me renvoyant vers des services moins compétents.
    Alors je pense qu’un peu de ménage dans tout cela ne fait pas de mal, et qu’une création dune seule structure pour les artistes qui prenne en compte vraiment ce que signifie qu’être artiste aujourd’hui, et ce que sont ses médiums.
    Aussi je pense que la création d’un deuxième organisme est nécessaire beaucoup d’artistes font de temps à autres de la conception de site web facturé comme oeuvre, d’autre réalisent des encadrements ou même des montages de films pour d’autres artistes (qui eux ne pipent rien à la technique ). Pour ma part être artiste ( est être légitime par rapport à ce statut) ne signifie pas seulement penser à dessin c’est à dire concevoir, incarner une pensée au travers la réalisation concrète d’une oeuvre (mais cette réalisation doit être faite par lui même.
    A ce jour, j’ai rencontré beaucoup d’imposteurs ( soit disant documentaristes, réalisateurs, compositeurs) qui ne maitrisaient rien techniquement, ni la prise de vue, de son, le travail d’écriture…
    et même penser à dessin , et pourtant ils se retrouvent à l’agessa, ou la mda…
    J’ai vu des personnes assez mal-honnêtes prétendre être créateurs sonores de l’installation x ou y dans des grands lieux type palais de tokyo et autre. Alors qu’y s’agissait d’un travail avec plusieurs personnes, une pour l’image, une pour le son,une pour la sculpture, et une et une autre pour la programmation informatique temps réel. Bien sur sur le carton ils ne sont nullement nommés et dans la réalité, ils sont rémunérés ( s’ils ont la chance de l’être comme simples techniciens). pourtant toutes ces personnes sont autant auteurs chacun dans leur médiums respectifs.
    Alors il est nécessaire de définir le statut d’auteur, et de reconnaître ce qui appartient à Cesar…et de le rémunérer en droits d’auteurs.
    Il me semble aussi que toute rémunération de note d’auteur devrait être plafonnée, afin de permettre de découvrir de nouveaux et réels talents.
    Cela éviterait de se retrouver dans une capitale morte culturellement, ou l’artiste est la personne d’un soir qui fréquence galerie et autre vernissage, se servant d’autrui comme faire valoir. Flattant l’égo de tel ou tel conservateur en ayant rien de plus à dire ni aucun regard critique sur la société de consommation ( si n’est que des vieux poncifs) et exposant des centaines de livres de Baudrillard ( limite en revendiquant la paternité). Bref ces personnes n’ont rien compris, il me semble au statut d’auteur, ni à qu’une citation mérite des guillemets. L’artiste est-il toujours opportuniste, usurpateur et impuni?
    Alors afin de définir véritablement, et peut-être de travailler sur des textes de lois, une piste sans doute : http://www.snapcgt.org/

  • Patricia dit :

    Pour moi il est hors de question de changer de caisse de cotisation et surtout pas le RSI, j’ai cotisé à cette caisse il y a 20 ans et je peux vous dire que ça fais mal.Si cela devait changer, je crois que beaucoup d’autres choses dans ma vie changerons. je crois en moi en mon art, mais ne sommes nous pas les seuls à croire en nous. Alors je garderais tout cela pour moi et n’existerais que pour moi.

    La Maison des artistes porte bien son nom, cela ne doit pas changer.
    Le Rsi doit rester la caisse des chefs d’entreprise, des indépendants,des auto-entrepreneurs,des artisans, des commerçants, aux professions libérales, et aux industriels.

    La Maison des Artistes doit rester aux Artistes.

    Bien cordialement
    Patricia Mazzeo

  • Christian Siloé dit :

    Il y a un an, la Maison des artistes diffusait un manifeste demandant que l’on prenne enfin en compte la diversité de la création dans les Arts plastiques. En effet, depuis trente ans, c’est les seuls post-modernes qui sont mis en avant et qui sont soutenus par la Délégation nationale aux Arts plastiques.
    La pétition a obtenu des dizaines de milliers de signatures mais, à ma connaissance, aucun média n’en a rendu compte.
    Et pourtant !
    Trente petites années seulement de cette politiques culturelle ont confirmé et même amplifié l’affaiblissement de l’image de la France à l’étranger. Le mépris institutionnel pour “l’art rétinien” a accompagné la déshumanisation de notre société ; il a aussi interdit aux artistes toute idée de progrès et exigé d’eux qu’ils développent une post modernité mortifère. Dans cette logique encore, l’institution culturelle, a soumis les artistes aux exigences de la novation obligatoire et ravalé ainsi leurs oeuvres au rang d’une simple marchandise de consommation.
    La droite comme la gauche (y compris communiste) mais aussi les écologistes portent la même responsabilité de ce bilan. Quant à l’extrême droite, elle utilise cette politique culturelle comme fond de commerce et y prend appuis pour cracher sa haine de tout et de tous.
    Alors, est-ce en raison du succès rencontré par ce manifeste qu’aujourd’hui de graves menaces pèsent sur la Maison des Artistes ?
    Christian Siloé

  • Blaise dit :

    Encore de la question questionnante. (ce,qui va me faire des copains chez les poseurs de réponses non précédées de la question coordonnée.
    C’est laquelle qui est excédentaire ?
    La MdA ou la MdA?
    Et pourquoi l’association vertueuse et réconfortante des uns ( mais pas des autres) ne pourrait pas exister dès lors que la vilaine MdA (c’est la MdA qui le dit ) aura été balayée?
    En revanche ,1789 ce furent 100 jours pour abolir les privilèges …Est-il bien raisonnable ,sous l’œil de big brother,de claironner qu’on en a remis sur le marché dans les années 50 et qu’on y tient ( probablement quand on en profite)?
    Bblaise
    PS :( je ne bosse pas au black,j’ai un URSSAF de proximité où l’on me dit bonjour quand je m’y rend)

  • Solidarité MdA dit :

    Voilà qui est nettement dit !
    Ce sont, en effet, ceux qui auraient le plus intérêt à être “MdA” qui crachent dessus le plus méchamment.

    Dans le même ordre d’idées, il faudrait retrancher la Côte d’Azur de la carte météo, et même la vider de ses habitants, car il fait beau alors qu’ailleurs, pluies et brouillards ! Dehors la Côte d’Azur !

    PS : on me dit qu’il y pleut en ce moment. Bien fait !

  • tusinski dit :

    et je rajoute à ceux qui ne comprennent rien aux cotisations hé bien il n’y a rien de plus siple que la MDA. et vous ne devriez pas oublier di dire que grâce à la MDA vous touchez des allocations familiales alors que vous ne cotisez pas… et si nous n’avons pas droit au chomage c’est normal puisque nous ne cotisons pas alros allez voir du coté du rsi vous comprendrez l’intérêt de cotiser à la Mda c’est beaucoup beaucoup moins ! alors d’accord vous n’aurez ni chomage ni grosse retraite mais il me semble que nous sommes tous libres d’exercer comme nous l’entendons : si certains se plaignent de cela alors faites vous salariés il faut accepter les risques de travailler en indépendant sinon passez les concours de fonctionnaires et ne bavez pas sur la MDA. ou cotisez au RSI et vous comprendrez votre douleur
    en ce qui me cocnerne j’y suis depuis 13 ans et je n’ai jamais eu aucun problème pour mon affiliation….

  • tusinski dit :

    et ras le bol de tous ces autoentrepreneurs qui n’ont aucune obligations comptables, qui déclarent ce qu’ils veulent la plupart du temps rien du tout et qui sont une concurrence fort déloyale en cassant les prix puisqu’ils en déclarent ce qui les arrange…. nous les mda nos clients cotisent au 1,1 % diffuseurs ce qui alimentent les caisses de la Mda…. pas les clients des autoentrepreneurs que je sache
    alors quand on est autoentrepreneur on ne vient pas donner des leçons aux mda qui remplissent les caisses…. le statut d’autoentrepreneur n’est que du travail au noir légalisé quand un “artiste” me dit qu’il est autoentrepreneur ça me fait rigoler ! c’est un bidouilleur pas qq de sérieux
    moi je paie un centre de gestion un comptable et mes clients versent le pourcentage diffuseur alors vive les artistes mea sérieux !

  • tusinski dit :

    si la mda est excédentaire c’est peut être parce que les artistes professionnels affiliés ne profitent pas comme certains des congés maladies et travaillent et cotisent sérieusement. Et si certains artistes ne sont aps affiliés c’est qu’ils ne travaillenet pas assez alors les commentaires un peu aigris des non affiliés fait sourire. et peut être que certains ne sont aps affiliés car ils ne déclarent pas toutes leur rentrées… et j’en connais qui sont toujours sur le fil pour ne pas justement être affiliés.
    bref assez de ce débat ridicule on est Maison des artistes, fiers de l’être on bosse beaucoup et on cotise !
    alors ras le bol de tous ceux qui se prétendent artistes mais qui ne remplissent pas les caisses en bossant au black… et ras le bol aussi de voir toujours l’amalgame fait avec les intermittents : dès qu’on parle d’artistes dans les médias allez hop on nous parle encore des intermittents et artistes de spectacle vivants. et les autres ? et pourquoi on a redescendu la tva des spectacles vivants à 5,5 et on a laissé celle des artistes mda à 7 % ????? je ne comprends pas bien…. encore ceux qui larmoient le plus qui obtiennent le plus ????
    et tous ces artistes exposants dans toutes les manifestations de France et de Navarre et qui ne déclarent rien ????? on se trompe de cible : voilà ceux qui devraient être contrôlés….. et il y en a des tonnes….
    allez demander aux exposants de tous ces trucs s’ils sont artistes professionnels ? alors les Mda sont les dindons de la farce…..

  • moutet dit :

    C’est encore moi:

    Le “environ 20%” est plutôt un bon deal, ce n’est pas un poil plus, il y a, allez va, 2 euros de plus par tranche de 1000 euros déclaré, une petite taxe en sup de la déclaration mais rien de bien méchant.

    Concernant la déclaration MDA en ligne, je suis heureux d’apprendre que cela existe enfin, et qu’apparemment, c’est simple à faire, la réponse à mes demandes à l’époque était “c’est en cours”. Ca l’à été pendant quelques années….gros chantier !

    Quand à dire que la MDA est un repère…oui, c’est vrai,un repère de filous !

    Et je n’ai jamais eu besoin de la MDA pour aider les copains en galère, je le faisais avant et je le fais maintenant.

    Et c’est pas madame, j’ai de la barbe…

  • Solidarité MdA dit :

    Mais, c’est vrai, la solidarité, c’est ringard, c’est démodé.

  • Solidarité MdA dit :

    La Maison des Artistes a succédé à l’Entraide des Artistes. Ce n’est pas rien, c’est quelque chose de fort.
    La Maison des Artistes, c’est un repère, c’est l’ancrage de milliers d’artistes dans une société qui a tendance à se moquer de ces vagabonds un peu curieux.
    La Maison des Artistes, c’est une idée généreuse, c’est oeuvrer pour soutenir autant que possible les copains en galère, c’est se reconnaître comme rameurs aux côtés des camarades, c’est tout cela. Ce n’est pas un “machin” administratif”, c’est une volonté, et même un rêve.
    Et c’est tout cela qui est en jeu !

  • Solidarité MdA dit :

    Hors cela, le sujet n’est pas de pignocher le statut MdA, forcément imparfait car il y aura toujours le problème des limites, mais de soutenir l’action de l’association. Laquelle association n’est en rien responsable des dysfonctionnements administratifs !
    Ce statut permet à des milliers d’artistes de travailler, et c’est cela qui est en jeu. Pas les bisbilles entre les différentes disciplines.

  • Solidarité MdA dit :

    environ 20 % ? Un poil plus, non ? ET sur le CHIFFRE D’AFFAIRE, ! pas sur le bénéfice !

    Sauf, Madame, que ce statut “auto-entrepreneur” est temporaire. Et aussi, sauf erreur, on ne peut en profiter que pendant 3 ans. Ensuite vous devrez certainement passer “artisan” pur et dur, et là, côté paperasse, vous allez rigoler !
    La déclaration “MdA” est des plus simple : elle se fait en ligne, on fournit une première facture – ou un bon de commande – et on est inscrit. Ensuite case “impôts” (Ursaff dorénavant), et on peut exercer en tant qu’artiste. Pas plus compliqué que ça. Il n’a jamais été nécessaire d’aller rue de Flandre (Faubourg-Poissonnière) maintenant !

    Il y a plus de 50 000 artistes inscrits à La MdA, certains ont 80 ans et plus. Si cela était si mauvais, il n’y aurait plus personne. A propos, ce statut permet d’exercer même “à la retraite”. Je vous rappelle qu’en tant qu’artisan, si vous désirez toucher votre retraite, vous ne pourrez plus exercer et il vous faudra prouver que vous n’en avez plau les moyens matériels. Encore de la paperasse en perspective !

  • moutet dit :

    Je ne signerais pas, comme bon nombre de personnes apparemment. Il est amusant de constater à quel point le fait de vouloir “sauver” la MDA fait débat.
    Quand je me suis lançé dans un secteur artistique en 2006 (mosaique,secteur art plastique) j’ai cherché un statut qui pouvait convenir. Le statut MDA me semblait approprié.Mon parcours du combattant a commençé le jour ou j’ai franchi la porte du 90, rue de Flandres pour officialiser ma demande de candidature.Cela a duré 3 années, au bout desquelles j’ai moi-même demandé ma radiation de la MDA. Perte de dossier, triple demande de documents, impossible à joindre au téléphone, explications plus que nébuleuses, paperasses encore et encore, pavés de documentations confus et imbuvables…et j’en passe.
    Je n’ai jamais vu une administration et un système de fonctionnement aussi archaique, démodé et décourageant qu’à la MDA. Aucune aide ne m’a jamais été apportée, que ce soit pour la rédaction d’un dossier, des renseignements concernant les cotisations….bien au contraire, c’était plus opaque à chaque fois.
    Je suis aujourd’hui auto-entrepreneur. J’ai mis deux heures pour tout remplir correctement sur internet, et une petite semaine pour recevoir les papiers qui officialisaient mon statut. Je paye mes charges une fois par mois (environ 20% de ce que je déclare)en cliquant trois ou quatre fois sur le site internet des auto-entrepreneurs. Et ça marche… C’est d’une simplicité biblique, et agréable au possible, d’ailleurs je frétille de bonheur à chaque fois que je le fais.
    Alors deux choses: oui, je suis d’accord pour payer plus cher si c’est le prix à payer pour que je sois tranquille, tout simplement parce qu’avant je pouvais payer moins cher mais que ça n’a jamais marché.
    Et oui, il est plus que temps qu’un système aussi désuet et improbable évolue et change. Un foutoir pareil mérite tout simplement de disparaitre, et de réapparaitre sous une autre forme, plus simplifiée avec de la chance. Le changement est rarement mauvais.

    Voilà messieurs-dames ! Et je confirme une dernière fois: je ne signerais pas.

  • Solidarité MdA dit :

    @ ma : “La mda flandre [...] encore une fois le monopole de la création artistique, et plastique ne lui revient pas…
    Outre, encore une fois, que “Flandre” n’est que service administratif, La MdA, l’association, se bat pour, justement éviter qu’il y ait un quelconque “monopole” artistique ou esthétique qui puisse imposer sa doxa.
    Ne vous trompez pas de combat ou d’ennemis !

  • Solidarité MdA dit :

    Si la MDA administratif (Faubourg Poissonnière ) est regardante sur qui est artiste ou qui ne peut l’être au vu de ses revenus, et de leur chiffre , et de leur activité de création , etc…
    la mda Flandre ne peut donner l’image morale de l’artiste ou être dépositaire de cette image, et si elle le fait , elle semblerait ne pas tenir compte de toute une évolution , qui elle, change l’image morale de l’artiste , et sa façon d’être.

    et :
    il ne faut pas non plus faire croire que c’est la mda flandre qui a créé la sécu pour les artistes ! les ministères aujourd’hui peuvent aussi avoir intérêt à garder les artistes en leur donnant le système de protection sociale , au vu de leur activité !
    la MDA n’a pas le monopole de l’intérêt des artistes ! il faudrait le croire !

    Oh là là ! Que de confusions !
    1 – “Flandre” ou “Poissonnière”, c’est la même chose : la rue de Flandre n’existe plus, les services administratifs ont déménagé rue du Faubourg-Poissonnière.
    2 – qu’est-ce que vient fiche ici “l’image morale” ? Cette phrase est du pataquès sans objet !
    3 – Ce n’est pas la “mda flandre qui a créé la sécu” mais La MdA, elle seule, qui a l’agrément de cette caisse créée par l’Etat, voyons ! Les services administratifs (désormais rue du Faubourg-Poissonnière) ont été créés pour gérer confidentiellement les dossiers, c’est tout. Ce sont des services, pas plus.
    4 – dans le même ordre d’idées, ce n’est pas “mda flandre s’est battu pour cet avantage de ce pass aux musées“, mais bien l’association et ses adhérents. Et cet avantage est un acquis fragile qu’il sans cesse défendre.

  • Solidarité MdA dit :

    Cotisations sur le chiffre d’affaire

    “certains préféreraient casquer 40% de cotisations sur un chiffre d’affaire” avons-nous écrit. Préféreraient!

    Pour déterminer un bénéfice, il faut faire de la “paperasse”. Il faut choisir :
    - soit s’astreindre à de la paperasse, donc, et payer ses cotisations, en effet, sur les bénéfices ainsi déterminés (40% en “RSI”, 17% env. en “MdA”). A noter que dans ce cas, les cotisations sont déduites du bénéfice) ;
    - soit faire l’autruche, déclarer juste le chiffre d’affaire (les “encaisses”), et raquer sur ce chiffre.

  • cassebonbons dit :

    Il est effectivement étrange de constater qu’à chaque fois que l’on tente de réunir les gens sous une bannière (la mda) il y ait tant de mouvements contraires qui apparaissent pour destabiliser ce qui est déjà un tant soi peu fragile… : c’est évident qu’en partageant le “gâteau” avec les intermittents on se met en danger de couler … excusez-moi mais, dire que nous sommes excedentaires n’est pas trés intelligent, en tout cas pas un argument pour l’état, ni pour les raleurs apparemment ! n’oublions pas que nous ne sommes pas intermittents et que, si nous n’avons rien vendu du fruit de notre travail, personne ne nous donne de quoi vivre…même si nous cotisons.
    C’est la grande différence avec les intermittents : notre travail est discret et la dignité des peintres qui ne réclament rien certainement
    digne d’estime, excusez du peu.
    J’ai connu des fripouilles qui se prétendent artistes alors qu’ils ne savent que “faire avec leur caca”… ça vous rappelle quelque chose ?
    Casser et râler nest pas une solution, la délation communiste non plus que les idéaux de tante Lulu !
    Les métiers d’expression libre sont en danger, alors, s’ils vous plait : de la décence et un peu d’esprit corporatiste ne nuiront pas, bien au contraire, restons unis. Et que ceux qui veulent apporter de meilleures idées le fassent – merci.

  • Agnès dit :

    @Blot

    “Cotiser là ou ailleurs est strictement la même chose”

    Oui, tout à fait d’accord.
    Mais cotiser 17% ou 40%, je ne trouve pas…

  • ma dit :

    md reprend le

    message précédent : ” casquer 40% de cotisations sur un chiffre d’affaire…” – c’est faux- : tous les travailleurs indépendants ( sauf le choix de micro entreprise) paient leurs cotis sur le bénéfice ( chiffre d’affaire moins les charges pros ).

    Un artisan , travailleur indépendant , entreprise uni-personnelle , paie ses cotis sur le bénéfice , PAS sur le Chiffre d’affaire: payer sur le chiffre d’affaire c’est bon pour les nouvelles micro structures peut être…

    md

  • Blot dit :

    Je rejoins l’avis d’autres personnes pour qui la Maison des Artistes n’a pas lieu d’être. Premièrement, parce que ce n’est pas une maison mais une machine, deuxièmement, parce que la désignation “artiste” ne veut plus rien dire, en tout cas, ne désigne pas un métier. Affilié depuis longtemps, cotiser là ou ailleurs est strictement la même chose pour moi.

  • ma dit :

    md au message précédent : ” certains préfèreraient casquer 40% de cotisations sur un chiffre d’affaire…” c’est faux : tous les travailleurs indépendants ( sauf le choix de micro entreprise) paient leurs cotis sur le bénéfice ( chiffre d’affaire moins les charges pros ).

    Pour “la carte d’admission aux musées” (message précédent) et pour le moment il ne s’agit pas d’un avantage parce que je suis adhérent à la mda flandre , mais bien parce que je suis artiste-auteur pro; là est la confusion ,même si la mda flandre s’est battu pour cet avantage de ce pass aux musées, nationaux , plutôt centralisés sur paris reconnaissons-le !

    Par ailleurs pour ce qui est des cotisations sociales , elles sont obligatoires en france , pour la protection sociale -obligatoire-, cela est plutôt de l’ordre de l’acquis social ! par ailleurs le remboursement par la sécu est quand même assez faible , quand il frole les 20 % ! ce qui me faire dire que plus la sécu baisse son taux de remboursement aux cotisants ( nous en sommes); plus elle se contredit et apparaît comme un non-sens , contradictoire; les cotisations ( ou l’acquis social) ne sont pas là pour renflouer le trou de la sécu !, mais pour acquérir une protection sociale !

    Pour répondre au message précédent de la MDA; il ne faut pas non plus faire croire que c’est la mda flandre qui a créé la sécu pour les artistes ! les ministères aujourd’hui peuvent aussi avoir intérêt à garder les artistes en leur donnant le système de protection sociale , au vu de leur activité !
    la MDA n’a pas le monopole de l’intérêt des artistes ! il faudrait le croire !

    Si la MDA administratif (faubourg poissonnière ) est regardante sur qui est artiste ou qui ne peut l’être au vu de ses revenus, et de leur chiffre , et de leur activité de création , etc…
    la mda flandre ne peut donner l’image morale de l’artiste ou être dépositaire de cette image, et si elle le fait , elle semblerait ne pas tenir compte de toute une évolution , qui elle, change l’image morale de l’artiste , et sa façon d’être.

    La mda flandre n’est pas là pour faire une politique du chiffre ( !), elle n’est pas non plus un syndicat, qui “descend dans la rue” ! et si elle donne quelques acquis matériels aux artistes, encore une fois le monopole de la création artistique, et plastique ne lui revient pas ! l’intérêt de la question est bien politique au fond !

    @ + md ( artiste )

  • Agnès dit :

    Merci à Solidarité MdA de remettre les chiffres sous les yeux des artistes.
    Je n’en reviens pas des divisions et des critiques ci-dessus!

    Cela montre combien nous sommes vulnérables, car seuls chacun de son côté à pleurnicher.
    SAUF QUE : la MdA est la seule à nous aider!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Son plus gros défaut semble être de ne pas savoir chanter ses propres louanges.
    Le régime auquel nous avons droit EST OBJECTIVEMENT un avantage considérable. Si nous cotisions comme les artisans, un bon nombre d’entre nous n’y survivrait pas. (17% du bénéfice pour les artistes vs 40% du CA pour les artisans). Faites donc le calcul!
    C’est aussi simple que ça.

  • Agnès dit :

    Comme l’ont déjà très bien dit certains, je trouve INCROYABLE de vouloir pénaliser un fonctionnement gagnant-gagnant (comme on dirait dans le monde de l’entreprise) : le régime est avantageux pour les artistes ET pour l’Etat puisque EXCEDENTAIRE.
    Remettre en cause cela menace vraiment l’existence des artistes.
    La période est dure pour tout le monde, c’est entendu.
    Je trouverais plus intelligent de réaliser des économies sur des budgets événementiels, dont bénéficient quelques happy few (ex. Monumenta et consorts)– qui, soit dit en passant, n’en ont pas besoin pour survivre– plutôt que des mesures qui menacent l’ensemble de la création artistique à travers la totalité de ses acteurs…
    Ce serait plus logique pour un gouvernement de gauche, d’ailleurs…

  • Solidarité MdA dit :

    Tout le monde, en France, bénéficie de la “Sécu” : du clochard au PDG, tout le monde voit son tube d’aspirine remboursé par la Sécu.
    Mais, cette Sécu” aussi imparfaite soit-elle, il faut bien qu’elle ramène du pognon pour cela !
    Le PDG casque, l’OS casque, l’artiste casque (parfois), ben oui. Pas le clochard, c’est vrai. En français vernaculaire, cela s’appelle “solidarité”. Un gros mot pour certains ?

  • Solidarité MdA dit :

    Le commentaire précédent était en réponse à la proposition de “ClaireP” :
    …Pourquoi ne pas simplement déclarer son chiffre chaque année et payer les cotisations correspondantes et nous foutre la paix avec toutes les papiers que le client doit remplir !“…

    “les papiers que le client doit remplir !” : il s’agit du “précompte”, je suppose, donc de l’Agessa ?
    Ce précompte a été établi pour que le donneur d’ordre (le client) abonde le régime de Sécurité Sociale des artistes-auteurs, un peu sur le principe des cotisations patronales.
    Au fait, qui parmi les intervenants, a été amené à rédiger des feuilles de paye, de se débattre des multiples calculs et pourcentages nécessités par cette rédaction, juste pour voir ?

  • Solidarité MdA dit :

    Ma foi, il apparaît que certains préfèreraient casquer 40% de cotisations sur un chiffre d’affaire (les recettes brutes, donc) plutôt que 17% (environ) sur les bénéfices (le chiffre d’affaire MOINS les frais dont, justement, les cotisations).
    C’est un choix, d’accord. Est-il vraiment besoin d’être expert-comptable pour trouver cela un peu nigaud ?

  • Solidarité MdA dit :

    @ “ClaireP” et à d’autres :
    Mais le fait d’être répertorié “MdA”, justement, permet d’exercer légalement la profession d’artiste !
    Vous confondez “Agessa” et MdA. Ce sont deux entités chargées de confirmer auprès des autorités sociales et fiscales que Untel ou Untel répond aux critères permettant d’être répertorié “artiste” et/ou auteur et, consécutivement, d’exercer en toute légalité.
    Maintenant, la complexité apparente de l’appareil est du fait de l’administration. Changer de système n’améliorera pas votre situation. demandez donc à n’importe quel artisan ou commerçant, ou à un comptable, ce qu’il pense de la “paperasse” !
    Nous, nous avons 2 ou 3 déclarations relativement simples à fournir vers le mois d’avril, dont l’une (la 2035) permet au fisc de faire quelques recoupements et de vérifier la cohérence des chiffres. Nous ne sommes pas tenus d’avoir affaire à un comptable agréé (qu’il faudrait, de surcroît payer !).

    Et ce n’est de la faute du Fisc, ou de la MdA, ou encore de l’Agessa si l’artiste est souvent fauché, quand même !

  • ClaireP dit :

    Je ne signerais pas non plus!
    La Maison des Artistes est surtout un handicap pour exercer la profession d’artistes légalement. Le système des cotisations est nul, trop complexe, personne ne comprend rien, pas d’interlocuteur, ni de relais en région.
    Pourquoi ne pas simplement déclarer son chiffre chaque année et payer les cotisations correspondantes et nous foutre la paix avec toutes les papiers que le client doit remplir.
    Vivement la réforme pour dépoussiérer ce système archaïque!

  • chantal cazin dit :

    la maison des Artistes ne coûte rien à l’Etat et il veut en plus supprimer le peu d’avantages que nous avons la carte d’admission aux musées , et on attendait une aide pour la formation professionnelle ! Quand on compare au régime des intermittents du spectacle ,mais évidemment là c’est explosif et pourtant nous
    sommes le seul pays à avoir ce régime si avantageux et totalement déficitaire lui !!!
    Cherchez l’erreur .
    Il faudrait absolument relayer ce qui se passe dans la presse , remuer le cocotier faire témoigner des artistes connus .
    On compte sur vous . Sinon c’est désespérant .

  • kie dit :

    je ne comprend toujours pas à quoi sert la maison des artistes, à part à payer des cotisations qui ne donnent droit à rien, personne en Europe n’envie la Maison des Artistes. Elle s’accompagne systématiquement du RSA,permet de facturer, mais essayez d’obtenir quoi que ce soit comme aide de leur part aux moments ou vous en avez besoin (retraite, chomage, grossesse)et là vous connaitrez sa valeur : un répondeur téléphonique avec des choix qui ne correspondent à aucun besoin. Le portage salarial est bien plus humain. Qu’elle disparaisse et ses huissiers pour réclamer les cotisations avec elle, merci.

  • SOLVES dit :

    Créer c’est toucher une vibration chez autrui, nos sociétés dites modernes passe tous les être de la planète
    au nivellement compresseur, ce qui sauve l’humain, c’est sa relation identitaire au monde.
    l’artiste est un être non séparé de la conscience primordiale quel que soit ou non sa confession.
    Ajourd’hui, en France il y a une structure créée par et pour des artiste, c’est à dire des être conscients de la difficulté à jongler entre état “d’être” au monde et l’état qui gouverne, qui prends, qui amalgame qui défèquesur l’individu quel qu’il soit.

    La nécessité impérieuse de préserver ce rempart social est d’une évidence sans contestation possible.
    le monde du “Château” de Kafka nous y sommes depuis longtemps, chaque années voient fleurir des plateformes téléphoniques où personne ne répond ( merci l’URSSAF entre autre ), si ce n’est une personne qui n’est jamais au courant de rien, un abstraction verbalisante, qui dans peu de temps sera remplacé par un serveur vocal. LE MONSTRE EST BIEN EN PLACE, vorace et insatiable.

    la nécessité de la MDA est simple : l’humain conscient, porteur de sens est indispensable à la vie, une interactivité, qui permet d’éviter ce que sera un génocide muet, propre, maquillé par une pseudo-démocratie où tout nage dans une miroititude, où l’inculture à laisser la place à la KULTUR amalgame et touche pipi.
    sous couvert de simplification économique, c’est un réelle destruction de droit de faire et vivre l’art par choix, ( je suis créateur depuis toujours, mais “exerce” depuis 23 ans), et ce choix se paie.
    Beaucoup d’entre nous souffre terriblement de la confusion sociétale d’etre un artiste, souffre de dénie,
    de différence.

    Il est nécessaire de dire NON à la déshumanisation, au sacrifice de la MDA, qui défend une population de 20 000 personnes aux profit des méandres tactiques de nos ministres dont les émoluments sont à vie,
    je m’interroge souvent sur la constitution des droits de l’homme car les privilèges de nos gouvernant n’ont rien à envier en indignité à toute la descendance des dirigeants royaux d’avant 1789.

    Comme le disait Férré, “l’art cela sens la sueur,” l’humain, le vivant.
    ET ce qui est vivant est en interactivité avec l’ensemble du vivant qui palpite…. debout

    JM.S. 28/03/2013

  • SOLVES dit :

    Créer c’est toucher une vibration chez autrui, nos sociétés dites modernes passe tous les être de la planète
    au nivellement compresseur, ce qui sauve l’humain, c’est sa relation identitaire au monde.
    l’artiste est un être non séparé de la conscience primordiale quel que soit ou non sa confession.
    Ajourd’hui, en France il y a une structure créée par et pour des artiste, c’est à dire des être conscients de la difficulté à jongler entre état “d’être” au monde et l’état qui gouverne, qui prends, qui amalgame qui défèquesur l’individu quel qu’il soit.

    La nécessité impérieuse de préserver ce rempart social est d’une évidence sans contestation possible.
    le monde du “Château” de Kafka nous y sommes depuis longtemps, chaque années voient fleurir des plateformes téléphoniques où personne ne répond ( merci l’URSSAF entre autre ), si ce n’est une personne qui n’est jamais au courant de rien, un abstraction verbalisante, qui dans peu de temps sera remplacé par un serveur vocal. LE MONSTRE EST BIEN EN PLACE, vorace et insatiable.

    la nécessité de la MDA est simple : l’humain conscient, porteur de sens est indispensable à la vie, une interactivité, qui permet d’éviter ce que sera un génocide muet, propre, maquillé par une pseudo-démocratie où tout nage dans une miroititude, où l’inculture à laisser la place à la KULTUR amalgame et touche pipi.
    sous couvert de simplification économique, c’est un réelle destruction de droit de faire et vivre l’art par choix, ( je suis créateur depuis toujours, mais “exerce” depuis 23 ans), et ce choix se paie.
    Beaucoup d’entre nous souffre terriblement de la confusion sociétale d’etre un artiste, souffre de dénie,
    de différence.

    Il est nécessaire de dire NON à la déshumanisation, au sacrifice de la MDA, qui défend une population de 20 000 personnes aux profit des méandres tactiques de nos ministres dont les émoluments sont à vie,
    je m’interroge souvent sur la constitution des droits de l’homme car les privilèges de nos gouvernant n’ont rien à envier en indignité à toute la descendance des dirigeants royaux d’avant 1989.

    Comme le disait Férré, “l’art cela sens la sueur,” l’humain, le vivant.
    ET ce qui est vivant est en interactivité avec l’ensemble du vivant qui palpite…. debout

    JM.S. 28/03/2013

  • Blaise dit :

    les Joasses-ravis et les Furaxses-indignés s’expriment, la MdA ouvre un cahier de doléance.
    (Je fais don de mes idées aux machincrates qui commenceront par flinguer avant de récupérer, c’est la loi du genre )
    Artiste est un mot brouillard, costard à paillettes auquel on rêve d’autant plus qu’on l’est peu. Artiste n’est pas un métier, c’est une posture, une asymptote . (j’inscrirais volontiers les virtuoses au Commerce, les créatifs à la Recherche et les génies resteront à la Culture )
    L’alternative existe, c’est INSEE (code APE 9003 BA )
    +URSSAF/RSI/CIPAV (CRÉA. selon l’année de début d’activité.)
    Au RSI la couverture est plus chère , mais elle est plus grande. Quoique très amidonnée aussi.
    T’as pas l’choix pas plus qu’à la cantine. Menu dit de solidarité” obligatoire, pédagogie zéro.
    (Il y a une action sanitaire et sociale, la MdA n’a pas le monopole de la solidarité. )
    Devant les charges on est tous égaux. Mais l’égalité ( programme républicain) ce n’est pas l’équité.
    Au nom de la solidarité je me suis fait couper l’herbe sous le pied à devoir payer des charges plancher mais inéquitables. Non affilié ( jamais vu le retour de solidarité) je me suis vu fermer les portes ( à regrets car beau travail !!) exclu par des sélectionneurs de travail qui se substituent ainsi aux contrôleurs. CE N’EST PAS LEUR JOB! C’est l’URSSAF qui est compétent ( et capable ) mais la MdA subjugue.
    J’arrête , car il se pourrait qu’un diffuseur aie l’intention de participer.
    À bientôt. BBlaise. (27/03/13)

  • richard dit :

    On defendra la maison des artistes quand elle meme ne fera pas son choix en décidant, qui est un artiste et qui ne l’est pas.

    qu’on remette a plat cet organisme, peut etre qu’enfin elle ne repertoriera pas un createur de site comme artiste et un redacteur comme non affilié…

    un bon coup de pied dans la fourmiliere

  • François dit :

    @Xana
    Le doc du CNAP que vous mentionnez est publié et référencé sur le site de la MdA depuis longtemps; il est fort bien fait et visiblement pas mal d’intervenants sur ce forum ne l’ont pas lu!

    C’est la première fois que j’entends parler de cette wwwpas.org. Désolé

    Quand au texte publié par la FRAAP c’est un tissu de contrevérités affligeantes. Dommage que des responsables d’une telle organisation se livrent à cet exercice. mais on comprends bien sur la jalousie envers l’association Maison des Artistes qui a près de 19000 adhérents.

  • Xana dit :

    suite
    rectificatif pour erreur dans la dernière phrase

    Une question, pourquoi aucun des responsables de l’Assoc MdA a signé cette pétition LES ARTISTES CONTEMPORAINS PLASTICIENS SONT EN DANGER http://www.wwpas.org/petition2011.asp qui a recueillit plus de 1200 signatures. Ne sont ils pas dignes de considération!

  • Xana dit :

    suite
    L’Assoc MdA souhaite le soutien de tous , mais se refuse à mener un combat solidaire de front vers un environnement économique et culturel déliquescent ou seul l’industrie culturelle à droit à la parole. Les arts plastiques ne sont pas une expression seulement économique. L’art n’est pas seulement une marchandise. Les présences affirmées de la peinture et de la sculpture passent par une expression qui doit déborder les lignes des officiels et des auto-proclamés. Son attitude à tout réduire à un corporatisme d’élus empêche toute possibilité de faire entendre notre voix et surtout “gave” les interlocuteurs politiques adeptes de la croissance à tout va.
    Ouvrons d’autres chemins. Les artistes existerons avec ou sans assoc MdA, mais ce qui est sûr c’est qu’il nous faut devenir explicite et arrêter les amalgames implicites.
    Une question, pourquoi aucun des responsables de l’Assoc MdA s’est refusé à cette pétition LES ARTISTES CONTEMPORAINS PLASTICIENS SONT EN DANGER http://www.wwpas.org/petition2011.asp qui a recueillit plus de 1200 signatures. Ne sont il pas dignes de considération!

  • Xana dit :

    @SERVAGE
    Le problème hystérique qui est posé avec cet appel à signature n’est pas la remise en cause du statut social des artistes, mais celle de la légitimité d’une association éponyme MdA embourbée dans sa volonté hégémonique de représenter les artistes graphiques.
    Alors SVP, ne mélangeons pas tout.
    Pour plus de clarté séparons l’assoc de la sécu
    voir le doc du CNAP ( http://www.cnap.fr/sites/default/files/publication/129883_149qr.pdf )
    L’Assoc MdA souhaite le soutien de tous , mais se refuse

  • Serco dit :

    à Blaise said:

    “capitaine Aron , tes boscos m’ont jeté par dessus bord.
    ÉCONOMIQUEMENT INDÉSIRABLE ont ils tranché,dans le vif. Facile de fanfaronner quand on exclue.”

    Je confirme ces exclusions inadmissibles et totalement arbitraires. Après 22 ans de cotisations, j’ai été exclue sans préavis au motif que mon activité (coloriste) ne relevait pas de la MDA. Et durant toutes ces années durant lesquelles j’ai cotisé sans difficultés, la même activité ne semblait pas devoir poser problème ; elle n’a plus été reconnue au moment même où, économiquement, elle avait baissée ! Et que dire des recours possibles… plus d’un an et demi après avoir saisi la commission, j’attends toujours qu’elle daigne me répondre. Qui a la MDA s’est soucié de savoir ce que je pouvais devenir. Total aujourd’hui je n’existe plus, je n’ai plus de statut !
    Je suis sincèrement convaincu que le régime est très important mais qu’il nécessite d’autres règles ou modes de fonctionnement pour éviter les dérives de toutes sortes.

  • Kipkip dit :

    Avant tout il faudrait savoir quel est ce projet de loi pour lequel cet appel à signature est fait.

    Il est curieux que votre appel arrive jusqu’à moi. Les “assujettis” dont je fais partie malgré mes demandes répétées d’être affiliée, sont d’ordinaire laissés pour compte. Aujourdhui on pense a eux : on fait appel a leur bon coeur.
    La solidarité, la défense des artistes oui mais pour qui ? pour lesquels ?

    Kipkip

  • Agate dit :

    Et si la MDA disparait, que se passe-t-il?
    Les artistes n’ont plus de N° de siret à présenter aux galeries?
    Les cotisations changent? de combien?
    Ont-ils un nouveau statu, lequel?
    De toute façon, les artistes ne sont en général pas bien riches, ils détestent la paperasse et paient ce qu’on leur demande, pour se débarrasser de ladite paperasse.
    Malades? on ne l’est pas ou rarement: quand vous êtes peintre, vous pouvez toujours tenir votre pinceau avec 40 de fièvre, ou une jambe dans le plâtre.
    Quand vous préparez une expo, le travail de nuit ne fait pas peur. Les vacances? Les quoi?????
    Pas les moyens, pas le temps.
    Les peintres, en tous cas, ne doivent pas couter bien cher à la sécu. Arrêt maladie, quand? Comment?
    Bref, c’est la débrouille qui prime, et le boulot a gogo.
    ça changera quoi de ne plus être à la MDA?
    On restera passionnés et on continuera, non? Personnellement, je ne sais faire que ça…
    Les cotisations, c’est toujours trop cher au vue de ce que l’on gagne.
    Vue l’état de crise de nos sociétés, il va falloir raquer encore plus, ou faire la révolution!
    Je n’ai rien contre la MDA, au contraire, mais je me demande dans quelle mesure nos vies changeraient si ça disparaissait.
    Bon courage à tous!

  • SERVAGE dit :

    Je suis abasourdi par le nombre de critiques que suscite cette pétition. OUI, NOUS SOMMES VRAIMENT EN DANGER !… DE MORT !…
    Les statuts particuliers dérangent non seulement le pouvoir, mais aussi (surtout) le troupeau des moutons prompts à déverser leur fiel dès qu’on leur donne l’occasion de s’exprimer.
    Que les populistes aigris commencent par défendre leurs intérêts, avant de jalouser la gamelle du voisin, dans laquelle il n’y a guère à bouffer !
    Le système MDA est parfaitement adapté à la spécificité des artistes plasticiens. Il leur facilite l’administratif et confère à une profession de chiens, un statut fiscal et une couverture sociale adaptée à leurs (très) modestes revenus (pour une immense majorité). Elle nous conseille face à l’administration, nous offre une aide juridique en cas de besoin. Sommes-nous, en cela, des privilégiés ? Nous ne le devons qu’à nous ! Prenez exemple.
    J’ai bénéficié du soutien de la caisse de solidarité à mes débuts. Je ne l’oublierai jamais. C’est pourquoi j’ai signé cette pétition.
    Quant au gouvernement, ne payons-nous pas l’audace de la MDA qui a osé publié son manifeste des Arts visuels, critiquant ouvertement la politique culturelle de l’état et dénonçant sa collusion avec les spéculateurs du “business-art” international ? Cela concerne tous les citoyens (il s’agit d’aides publiques, tout de même), mais là, je n’entends aucun bêlement s’élever…

  • Xana dit :

    Publication du CNAP à mettre dans votre boite à infos que l’association MdA ferait bien de publier
    “149 QUESTIONS-RÉPONSES SUR L’ACTIVITÉ DES ARTISTES
    PLASTICIENS”
    http://www.cnap.fr/sites/default/files/publication/129883_149qr.pdf

  • jorge GALEGO dit :

    je me réfère aux rectifications-reponses de la MDA,et la soutien!
    mème s’il y a beaucoup de choses à améliorer!
    jg

  • Muriel dit :

    Je ne signerai pas.

    Une assujettie non affiliée.

  • M art'IN dit :

    Liberté !!!!!!!!!!

  • Lhippie Kichante dit :

    @ Christine Sourgins :

    Salut à toi,

    Quelle idée !
    Comme la plupart, tu te complais de la com (fausse) sur le gouffre qu’entraîne le régime des intermittents du spectacle.
    Renseigne-toi avant de colporter des trucs pareils d’autant que nombres d’intermittents (peintres, sculpteurs…) sont à La Maison des Artistes.

    Si tu commences à diviser ceux qui luttent pour sauver le peux qu’il nous reste, c’est loin d’être une bataille gagnée d’autant que les intermittents ne seront pas les derniers à signer cette pétition ni à s”engager pour défendre cette structure.

    Bien à toi…

  • parano dit :

    infos complémentaires sur http://www.fraap.org/article550.html

  • Xana dit :

    C’était il y a très longtemps,

    lorsqu’un artiste plasticien était un artiste. Aujourd’hui, la plupart des inscrits à la SS MdA sont des sous-marins opportunistes qui exercent une activité de service, de discourt, de commerce pseudo artistique en profitant illégitimement d’un régime qui n’a pas été créé pour eux.
    L’association MdA qui surfe sur cette ambiguïté représente donc des individus qui naviguent dans les eaux troubles de la création avec comme seule vocation de se soustraire à leur obligation réelle.
    Ici est la maladie qui tue et illégitime toute représentativité devant les pouvoirs publics.
    A force de ne pas vouloir voir la réalité, l’ultra libéralisme réussi , avec l’aide objective des voleurs de l’idée et du terme artiste, à crier au viol alors qu’il est le violeur!

    Oui à un régime spécifique pour les artistes peintres et sculpteurs, non à l’utilisation hypocrite et indue du terme artiste par une armée d’affairiste sans foi ni loi qui creuse la tombe à toute vocation artistique.

  • La Maison des Artistes dit :

    En réponse à plusieurs emails et commentaires reçus depuis l’envoi de cette pétition, nous souhaitons vous apporter ainsi qu’à vos destinataires, les rectifications qui s’imposent.

    1 – l’ASSOCIATION de la maison des artistes ne serait en aucun cas la même chose que la MAISON des ARTISTES
    Nous vous rappelons que c’est l’Association La Maison des Artistes, créée en 1952, qui a été agréée par l’Etat en 1964 puis en 1975 pour la gestion des assurances sociales des artistes auteurs des arts graphiques et plastiques.

    Comment cela ne pourrait-il rien à voir avec « La Maison des Artistes » puisqu’il s’agit de La Maison des Artistes !
    Contrairement à l’Agessa, il n’y a pas eu de “création d’association” pour obtenir l’agrément de l’Etat pour la gestion de la sécurité sociale des artistes auteurs des arts graphiques et plastiques, puisque l’association La Maison des Artistes exerçait déjà ses missions d’entraide, de solidarité et de défense des artistes auteurs.
    A lire cela, on pourrait croire que l’Association La Maison des Artistes s’est fondée, a posteriori de la sécurité sociale des auteurs, alors même qu’elle en est à l’origine !

    L’Association La Maison des Artistes est donc une association créée en 1952 et composée de deux établissements :
    - un établissement principal : le siège social de La Maison des Artistes situé 11 rue Berryer 75008 PARIS
    - un établissement secondaire (gestionnaire et collecteur) : les services de sécurité sociale de La Maison des Artistes situé 60 rue du Faubourg Poissonnière 75010 PARIS

    Faites-vous la distinction entre l’Hôtel des Impôts et la Trésorerie quand il s’agit d’administration fiscale ? Non, ce serait absurde ! Alors pourquoi vouloir distinguer les deux services de La Maison des Artistes et surtout nier le premier qui est essentiel pour de nombreux collègues ?

    2 – Cet appel serait une demande contre le regroupement des régimes de la MDA et de l’AGESSA.
    Tout d’abord, nous vous rappelons qu’il n’y a déjà qu’un seul régime des artistes auteurs mais 2 branches de gestion (La Maison des Artistes pour le champ d’application des arts graphiques et plastiques et l’AGESSA pour le champ d’application des activités de création littéraire, dramatique, musicale, audiovisuelle, photographique).
    Les arguments de La Maison des Artistes sont très clairs, en premier lieu quant à la perte de l’agrément et donc, de la légitimité nationale et en deuxième lieu par les risques d’un regroupement des services de La Maison des Artistes et ceux de l’AGESSA dans l’objectif de créer une caisse du régime artistes auteurs (voir http://www.lamaisondesartistes.fr/site/wp-content/uploads/2013/03/Annexe-analyse-cr%C3%A9ation-dune-caisse.pdf) .

    3 – l’ASSOCIATION de la maison des artistes n’a pas été consultée par les pouvoirs publics
    Nous vous confirmons qu’en effet le Président de La Maison des Artistes et les membres du Bureau, représentants élus de l’Association, n’ont pas été consultés par les pouvoirs publics en amont de la lettre interministérielle.
    Ce qui est un comble, et même scandaleux, alors que juridiquement La Maison des Artistes est la structure agréée par l’Etat pour la gestion d’une des branches de sécurité sociale du régime des artistes auteurs.
    Il eut été logique et respectueux des principes de fonctionnement républicain de consulter la structure que représente La Maison des Artistes en amont de la lettre interministérielle. Cela prouve encore une fois s’il en est besoin que, quel que soit le pouvoir en place, La Maison des Artistes est niée dans son existence, sa réalité et sa représentativité par les services de l’Etat.

    4 – l’ASSOCIATION de la maison des artistes n’aurait pas le droit d’utiliser l’identité de marque – le logo – de la MAISON des ARTISTES ?”
    Cette remarque prouve la méconnaissance de l’Histoire de La Maison des Artistes et l’organisation juridique de La Maison des Artistes.
    En effet, le nom La Maison des Artistes et son logo, désignent l’Association (déclarée comme telle en préfecture) agréée par l’Etat comme cela est prévu dans le code de la Sécurité Sociale, qui gère le régime des artistes auteurs de la branche des arts graphiques et plastiques, et est déposé auprès de l’INPI comme marque pour l’ensemble des missions exercées par l’Association à savoir l’entraide, le conseil, la défense et la gestion des assurances sociales.
    C’est par conséquent La Maison des Artistes en tant que structure associative qui est propriétaire du nom et du logo “La Maison des Artistes” et qui l’utilise de plein droit.

    Avant d’affirmer et de diffuser des inepties, il faut se renseigner !

  • Moustier dit :

    Sartre disait “l’homme n’est pas, il nait”.

    Cette naissance continuelle s’appelle également l’anthropogenèse. Les trois moteurs de cette anthropogenèse sont :
    - la politique comme imagination de la cité de demain.
    - la religion comme imagination de la vie après la mort.
    - l’art comme travaille de l’imagination et pour l’imagination.

    Un état qui cherche à maitriser toutes les formes d’imagination en subventionnant les arts est donc un état totalitaire, il ne veux pas que les citoyens puisse imaginer une autre forme de cité que celle qu’il a décidée.

    Dans “Le meilleur des mondes A. Huxley” qui montre l’aboutissement ultime d’un état totalitaire par la fabrication des humains par un procédé industriel écrit page 261 “Tout l’ordre social serait bouleversé si les hommes se mettaient à faire les choses de leur propre initiative”.

  • Michèle venard dit :

    “Rien à voir avec la caisse des intermittents du spectacle !”
    petite phrase assassine et qui balaie une vraie question.
    Les artistes plasticiens ne sont pas des salariés.
    Il n’est donc pas intéressant pour votre argumentation de comparer Maison des artistes et sa spécificité
    avec le régime spécial des artistes interprètes et techniciens salariés intermittents
    pour lequel employeurs et employés cotisent à l’assurance chômage.
    Cordialement Michèle Venard
    ( les indications en anglais pour s’identifier sont déplaisantes, que dis-je, très déplaisantes )

  • pasino dit :

    En effet, toutes les disciplines sont visées à terme.

    On aura remarquer que les droits d’auteurs deviennent “salaires et traitements” pour le Fisc si on ne demande pas expressément que ce ne soit pas le cas.
    Les auteurs, les illustrateurs deviennent ainsi des salariés. Demain les artistes, quels qu’ils soient, deviendront des “travailleurs indépendants”.

    Plus de méchante MdA. Ce sera à chacun de se dém… avec le fisc et l’Ursaff (40% de charges). Enfin, ceux qui pourront continuer à exercer. Les autres… poubelle

  • Balladyna dit :

    Ce que je lis, c’est révoltant. J’ai lu cette info sur la fusion de deux sur un site, mais c’était écrit dans le contexte qui n’a pas laissé de se rendre compte qu’il s’agit de ça.

    Et bien c’est bien ça: toujours la liberté dérange, la pensée dérange, l’action, et les individus qui se tiennent pas comme les autres…!

    Le gouvernement a réussi jusqu’au niveau incroyable “agentiller” les artistes en France, les apprendre d’oublier que l’artiste c’était normalement celui qui ne marchait pas avec “tous”, avec les états, le pouvoir, “l’ordonnance”…

    L’état veut les “amuseurs du public”, pas les dérangeurs…!

    Et là, La Maison des Artistes n’était, n’est, pas comme ça, pas un “ramas des fonctionnaires” ni des amuseurs, mais les artistes vrais, les individus – donc on veut effacer ça au plus vite. C’est le travail de la soumission de tout le milieu.

    Ça s’exerce partout, l’artiste devient un “servant des pouvoirs” comme les autres, au moins c’est ce que veut le gouvernement; mais bien sûr qu’il faut faire tout pour ne pas laisser faire…! Si vous êtes un peintre, un photographe, un modèle ou un musicien – peu importe, la bataille est la même, on veut nous prendre tous – signez…!

  • Catherine dit :

    Il est question de retirer à la maison des artistes

    son identité en regroupant sous un autre nom

    les AGESSA et la Maison des Artistes, décision

    dans une lettre des ministères qui s’appuie sur

    une requête des syndicats

    Or je reviens de l’assemblée générale du

    syndicat National des sculpteurs et plasticiens,

    syndicat majoritaire au sein de l’USOPAV

    (union des syndicats et des organisations

    professionnelles) et j’ai demandé publiquement

    au syndicat si il était à l’origine de cette

    demande et la réponse du secrétaire général

    a été très claire! ils ne sont pas à l’origine de

    cette demande!

    Aussi, je vois à terme une volonté de nous

    empêcher d’exister comme artistes.

    c’est la solidarité des artistes qui a créée cette

    maison et le résultat financier est excédentaire

    alors je ne comprends pas du tout cette volonté

  • pasino dit :

    Bien sûr fleurissent les arguments du type ” j’ai “déjà” la Sécu par ailleurs, je n’ai pas besoin de la MdA”.

    Mais c’est faux, totalement faux. TOUTE activité conduite professionnellement appelle des devoirs fiscaux et sociaux, y compris la commercialisation de ses oeuvres, qu’elles appartiennent à la catégorie “Oeuvres d’Art originales” (la peinture), artisanales (la fabrication de pots) ou de services (le ménage ou le jardinage).

    c’est d’ailleurs pour cela qu’a été créé le fameux statut d’auto-entrepreneur : pour permettre à tous une activité commerciale mais en versant quand même des cotisations fiscales et sociales, quel que soit son statut par ailleurs (salarié, fonctionnaire, voire artiste).

  • pasino dit :

    Il n’y a pas de corporatisme à La MdA !

    Les règles sont imposées par les Ministères de tutelle, et par eux seuls ! Sur quel ton faut-il le dire pour que cela soit compris ?
    Le Ministère de l’Education impose les programmes, Bercy édicte des règles, le Code de la route impose… un code,, et c’est comme cela pour tous les domaines, dans toute la société, dans toutes les sociétés.

    Au nom de la “Liberté”, pas de règles… et pas de droits !

  • pasino dit :

    “Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage”, ne l’oubliez pas !

    Tout d’abord, les gens qui travaillent côté Sécu sont des employés, de simples employés administratifs qui n’ont rien à voir avec le monde de l’art, qui n’ont aucun lien avec l’association. Pour d’évidentes raisons de confidentialité, l’association, si elle siège légitimement au Conseil d’Administration, ne gère pas les dossiers “Sécu” ou “maladie” des assujettis ou affiliés.
    Les dysfonctionnements rencontrés ne sont pas du fait de l’association, mais administratifs, comme il s’en produit dans toutes administrations. Une nouvelle caisse toute neuve ne changera rien au problème !

  • Xana dit :

    Attention tempête dans un verre d’eau!
    A force de secouer le fond, le liquide devient trouble d’autant plus vite que de réunion en réunion le dépôt est de plus en plus épais par l’évaporation des peintres et sculpteurs.
    A quand un véritable bocal transparent, non opaque et actif vers l’art, oû la création aura son mot à dire et oû nos représentants feront autre chose que de l’auto- proclamation arqués sur la seule défensive d’une association qui ne sert qu’eux mêmes.
    Mes sincères condoléances à cette MdA moribonde d’être ambiguë et sans espoir.

  • fraap dit :

    http://www.fraap.org/article550.html Mieux vaut faire tourner ceci!

  • Concordia dit :

    L’objet essentiel de La Maison des Artistes est depuis sa création la solidarité envers les artistes. C’est pourquoi, elle a été agréée par l’État pour gérer le régime de Sécurité Sociale des artistes auteurs d’œuvres graphiques et plastiques (arrêté interministériel du 23 septembre 1965 et du 30 mars 1978).

  • Concordia dit :

    Voici un bon résumé de la situation de la FRAAP et son cortège d’organisations politico-syndicalistes
    “À travers son dernier article, nous sommes au regret de constater que la FRAAP ne défend ni l’intérêt général des artistes, ni l’amélioration de leur régime spécifique de sécurité sociale mais exclusivement ses propres intérêt privés et politiques.
    Tromper ainsi les artistes et leurs diffuseurs est indigne. In fine, la FRAAP milite pour le maintien d’une confusion qui lui rapporte des avantages indus, ce qui n’est évidemment pas défendable. Le fait que la FRAAP lance une telle campagne de désinformation est une honte pour l’ensemble de notre secteur.”

  • bobyone dit :

    un peu d’information : http://www.fraap.org/article550.html

  • URANIE dit :

    Bonjour,
    artiste affiliée au régime de la mDA, je ne vous cache pas que d’une manière cyclique, je rencontre des problèmes liés au mauvais fonctionnement de vos services. Je ne suis pas la seule semble t’il et l’un des derniers relevés d’appel à cotisation faisait apparaître une somme forfaitaire quasi “Ubuesque” et péremptoire pour l’unique raison que … vous avez perdu mon dossier.
    De plus, trouver une solution demande des mois, voire d’avantage.
    Puis je savoir d’une manière claire la raison pour laquelle un rapprochement de la MDA et de l’AGESSA nécessite une telle opposition.
    si je ne mets pas en doute votre alerte, néanmoins j’aimerais en savoir plus.
    meilleures pensées artistiques;

  • Laurain dit :

    A Pasino, qui me répondait le 22 mars
    Qu’une association défende les intérêts de ses membres, rien de plus naturel, en effet. Mais si je parle de corporatisme, c’est sciemment (et pour rester courtois ) :une corporation prétend regrouper toutes les personnes pratiquant une même activité, et en interdire la pratique à quiconque n’en fait pas partie. C’est en cela que la Maison des Artistes est corporatiste et hégémonique ; car si je veux bien croire à la rigueur qu’elle est prête à accueillir tous les artistes, il m’importe autant sinon plus d’être libre de n’en PAS faire partie, tout comme de n’adhérer à aucun syndicat ni Parti comme vous le sous entendez me concernant, ce qui n’aurait au demeurant rien d’infâmant à mes yeux.
    Or la Maison des Artistes prétend imposer aux galeries, salons et autres lieux d’exposition de ne recevoir que des artistes dûment répertoriés et labellisés MdA, interdisant de facto aux artistes indépendants la présentation de leurs œuvres au public. De quel droit s’arroge-t-elle cette prérogative ? Alors que je trouve normal que tout artiste déclare au fisc les revenus éventuels de la vente de ses œuvres je ne vois aucune justification à ce qu’il soit affilié obligatoirement à la Maison des Artistes. La grande majorité d’entre nous a une activité salariée et bénéficie déjà de ce fait de la Sécurité Sociale pour laquelle nous cotisons.
    S’agissant de l’excédent de ja balance des comptes de la MdA, je n’y reviens pas, d’autres en ayant ici très cjairement expliqué la raison.

  • Sam dit :

    Voici un bon résumé de la situation par la FRAAP :

    “À travers sa pétition, nous sommes au regret de constater que l’association La Maison des artistes ne défend ni l’intérêt général des artistes, ni l’amélioration de leur régime spécifique de sécurité sociale mais exclusivement ses propres intérêt privés.

    En demandant aux artistes de signer une pétition pour que “la maison des artistes développe sa mission de sécurité sociale”, l’association La Maison des artistes entretient sciemment le quiproquo entre ses activités associatives et la gestion de la sécurité sociale dont elle n’a pas la charge.

    Tromper ainsi les artistes et leurs diffuseurs est indigne. In fine, l’association La Maison des artistes milite pour le maintien d’une confusion qui lui rapporte des avantages indus, ce qui n’est évidemment pas défendable. Le fait qu’une association d’artistes lance une telle campagne de désinformation est une honte pour l’ensemble de notre secteur.”

  • ma dit :

    réponse aux précédents messages :
    tous les cadres ou salariés ne cotisent pas à la ss comme caisse de recouvrement de leur cotis maladie… mais ils paient l’urssaf (union de recouvrement de sécu et d’alloc familiale) cette cotis urssaf qui représente effectivement un bon pourcentage de leur revenus.
    Lorsque j’étais artisan je ne cotisais pas à la sécu comme caisse maladie, et je crois me souvenir que le taux de mes cotis maladie dans l’autre caisse étaient de l’ordre de 16 % ( environ ).

    c’était pour faire bref et alimenter la réflexion !

    ma

  • Blaise dit :

    Enfin du dialogue.Du moins de l’échange de vécus.( la majorité silencieuse jouant son rôle)
    Et pas seulement de la pensée de bois distillée par un prêcheur inspiré, interprète officiel de textes abscons.
    Donc il y aurait une MdA par personne(?)mille facettes comme l’œil de la mouche.
    Une MdA qui encaisse y compris de cotisants non affiliés et une Sécu qui décaisse.(?)
    J’ai connu ( pas personnellement ) un mec qui appelait ça un machin.
    Et ce machin servirait donc à assurer de l’emploi à une petite cinquantaine de … Pénitents- privilégiés (?) tout en entretenant une polémique récurrente qui divise les protagonistes et dont les cotisants économiquement désirables auraient le contre-profil de l’ayant droit officiel.
    Ensuite les diffuseurs feraient en plus de leur benoit objectif de business-promotion, une bénévole et zélée besogne de basse police ( tu ne paye pas, je te fermes les portes)
    Parce qu’en plusse, d’avoir été ” selectionné” sur tes relèvés bancaires,tu portes le costard de l’amateur éclairé fraudeur,qui se tortillerait en évidence avec la bénédiction complice et aveugle de l’URSSAF + etc.
    Parce que à toi on dit que tu es viré mais en règle et pas au reste du monde de l’art.
    Puisque le pognon est le seul objectif mondial contemporain digne d’intérêt ,il ne faut surtout rien changer: la Caisse est excédentaire.( +1 est un excédent ).
    Maintenant est-on artistiquement légitime si on ne se met pas en danger? Cent fois ( mais avec conviction) sur le métier remettons la page blanche.
    La MdA est un brouillard. Dissipons le brouillard et grignotons l’excédent?.
    Changement d’herbage réjouis les veaux .
    BB ( un peu de poésie dans une tombe de brut)

  • pasino dit :

    @ “ma” :
    MdA et Agessa sont des organismes collecteurs, ce n’est pas eux qui remboursent les tubes d’aspirine.
    La MdA a également une mission d’identification (selon des critères qui lui sont IMPOSES). Une part de son boulot est de signaler à la “Sécu” que Untel remplit les conditions pour être assujettis (ou affilié) à la Maison des Artistes aux conditions avantageuses de notre régime (16% du bénéfice).
    Union ? La MdA-Sécu représente environ 40 à 45 employés, l’Agessa 30 ou 35. Une nouvelle Caisse ? Allez, 50, 60 maxi ! Sachant que déjà les employés de la MdA ONT ORDRE (au nom de l’efficacité, et non, ce n’est pas Rémy Aron qui fouette les employés) de ne passer qu’une minute trente par dossier, vous voyez les économies à venir ?
    Réductions des frais, comme vous dites : une minute, pas plus, par dossier.

    Vous dites que, comparant vos frais de santé avec le taux de remboursement par la Sécu, vous ne seriez pas remboursé plus de 25% ? J’avoue ne pas comprendre votre remarque : à la Sécu, que l’on soit manutentionnaire, cadre ou artiste, le tube d’aspirine est remboursé au même tarif !

  • pasino dit :

    @ Grandclement, et à d’autres :
    Non, on ne “profite” pas de la Sécu MdA. Il n’y a pas une “Sécu MdA”. Il n’y en a qu’une seule, la même pour tout le monde, que vous soyez clochard, artiste ou PDG. Il n’y a pas de différence de remboursement selon votre statut.
    Mais le taux de cotisation n’est pas le même. Pour les clochards, c’est gratos (CMU), pour les PDG, elles sont versées au travers de leurs feuilles de paye, pour les artistes, les cotisations sont calculées sur les bénéfices tirés de leur chevalet.
    Et l’artiste PDG (il y en a) paye sur sa feuille de paye ET sur ses revenus artistiques.

    Depuis votre naissance, vous êtes couvert par votre n° de sécu perso. Mais cette Sécu est alimentée par les cotisations dues au titre de vos activités professionnelles, cotisations dues au prorata du bénéfice tiré de chacune de ces activités, que vous soyez restaurateur de tapisseries, OS chez Renault, prof, ou manutentionnaire chez Leclerc.
    Pour mémoire, les cotises Sécu classiques (patronales et salariales) sont de l’ordre de 80% du salaire effectif. Pour la MdA, de l’ordre de 16% du bénef.

  • pasino dit :

    Curieux comme les céramistes, les laqueurs, les tapissiers et tant d’autres artisans d’art font des pieds et des mains pour être reconnus “MdA” alors que les artistes sont les premiers à cracher sur cette même MdA !
    La limite, faut-il le rappeler, est fixée par le Code Général des Impôts, et non par le méchant Rémy Aron !

  • pasino dit :

    Il ne s’agit pas ici de l’union des deux caisses, mais de leurs suppressions pour en former une nouvelle, nuance.
    Nouvelle caisse qui sera fondue dans l’ensemble dans quelques temps, ou, mieux, les artistes deviendront enfin indépendants ! Le rêve ! Juste il faudra qu’ils adhérent au système RSI. Demandez aux copains artisans ce qu’ils en pensent, pour voir
    La MdA est excédentaire ? Tant mieux, non ? Et non, ce n’est pas une question d’affiliés ou d’assujettis, mais surtout parce que les artistes ne se mettent pas “aux assurancesm” au moindre signe de rhume.
    Tout le monde cotise ? Et alors ? Quand on tire de la thune, si peu cela soit-il, on “participe”, cela s’appelle de la solidarité, c’est même sur ce principe qu’a été bâtie la Sécurité Sociale !

  • ma dit :

    et moi je ne comprends pas pourquoi , dans les discours , on ne parle pas du rapport qui date déja de 2005 ( deux mille cinq ), et qui posait déja la question de l’union des deux caisses !

    2. je m’adresse aux lecteurs: nous sommes dans un contexte brûlant de réduction des frais dans tous les ministères ; donc je demande si l’union des deux caisses est vraiment à plaindre , et si une réduction des frais plus rigoriste ne serait pas plutôt à craindre !!

    3. la mda est exédentaire ?, “les artistes sont de faibles consommateurs de frais de santé”? je peux aussi comparer mes frais de santé personnels et le taux de remboursement par la sécu : je dirais que c’est de l’ordre de 25 % pas plus ! je comprend donc mieux l’excédent …!

    4. il y a des cotisants à la mda qui ne sont pas affiliés ” ? oui des artistes plasticiens se sont transformés en maître d’école ! il semble qu’il n’y ait plus de création d’oeuvre , mais des cours de peinture et de sculpture ; alors que faut-il faire ? ils cotisent à la mda par solidarité certes, mais lorsque l’activité principale devient une activité de prof ne puis- je pas me poser des questions sur leur statut réel… ?

    @+ md (mda )

  • Grandclement dit :

    Je regrette; je ne signe pas.
    La MDA est excédentaire ? Mais c’est juste parce que la majorité des cotisants ne sont pas affiliés !
    Alors qui est Artiste ?
    Qui dit que l’on est ou pas artiste.
    Restaurer un tableau, une tapisserie, etc c’est maitriser le même art. Et pourtant, ce n’est pas la même caisse.
    Les restaurateurs d’œuvres ne sont pas pour autant des marchands ni ne roulent sur l’or que je sache.
    Pourtant si leurs principal chiffre d’affaire vient de la restauration et que leurs créations ne sont qu’une petite partie de leurs revenus effectifs,
    ils cotisent à la MDA, mais n’ont droit à rien.
    Hallucinant !
    Les gens de métiers, les “artistes” comme sont nom l’indique, non pas artisans seulement(par la force des choses, des institutions) sont bien mal lotis avec la logique de l’économiquement correcte !
    La MDA ? Bof. Non j’y crois plus. Surtout à cause d’elle .
    Alors, je suis “Auto-Entrepreneur”. Plus Intermittent ni Artiste.
    J’ai laissé ma vanité où vous la cherchez encore.
    O.G.

  • Grandclement dit :

    Je regrette; la MDA est exedentaire grace à la quantité non négligeable des cotisants non affiliés !
    C’est un pur scandale de faire cotiser en pure perte des professionnels de l’art, des artistes en leurs matières, pas forcement créateurs mais conservateurs, restaurateurs, et créatifs aussi mais pas assez pour entrer dans les cotas !
    Non je ne me reconnais pas pas à la MDA ! Je ne la soutiens donc pas non plus ! Et en ce qui concerne les intermittents, sachez que pour une heure payée, il en faut au moins dix ou vingt derrière de bossées pour la valider.
    Que les gras et les oisifs se posent les bonnes questions. Aprés on discute.
    O.G.

  • Blaise dit :

    capitaine Aron , tes boscos m’ont jeté par dessus bord.
    ÉCONOMIQUEMENT INDÉSIRABLE ont ils tranché,dans le vif. Facile de fanfaronner quand on exclue. La Sécu ne trie pas que je sache.
    Ton bateau coule. Mauvais calculs. Ça va trancher dans le gras. Et ce sera la faute du capitaine…
    Vive la tranche!
    Bernard Blaise.

  • PASINO dit :

    @ Laurain :
    Savez-vous même ce que veut dire “corporatif” ? Une corporation a à coeur de défendre les intérêts professionnels de ses membres (y compris ceux de M. Jean-Louis Laurain). Il n’y a rien d’obscène en cela, non ?

    Egémonique, en quoi ? L’hégémonie est une domination sans partage, or c’est à quoi visent justement les “organisations” qui appellent à la disparition de La MdA.
    La MdA gêne, oh oui.
    Elle gêne car en son sein TOUTES les composantes du milieu des arts plastiques y sont présentes et son bureau parle ou agit au nom des artistes, pas d’une centrale syndicale, d’un parti politique, d’un système esthétique… dont vous seriez très certainement exclu vous-même (à moins, peut-être, de posséder la carte du Parti).

  • Laurain dit :

    La Maison des Artistes est un organisme crporatiste refermé sur lui-même qui se veut égemonique et exclusif.
    Il n’est donc pas surprenant que vous fassiez tout pour rester entre vous et défendiez vos privilèges bec et ongles, mais ça sent le renfermé : ouvrez vos fenêtres, on étouffe !

  • vigny evelyne dit :

    Je ne suis pas artiste mais mère d’artiste plasticien (art contemporain) et je compatis entièrement à votre cause.

    bon courage

  • Muriel Marhic dit :

    N’oubliez pas de partager et de faire circuler!

  • PASINO dit :

    La Maison des Artistes est enviée par pratiquement tous les artistes d’Europe, sinon du monde entier.
    Elle est quasiment unique au monde, elle a été fondée par, et pour les artistes, elle est gérée PAR et POUR les artistes.
    Elle est un élément des plus essentiels à la vie des artistes.

  • sourgins dit :

    Il faut mettre en avant que le régime des artistes auteurs est excédentaire.
    C’est très important dans votre com. Car le public va confondre avec les intermittents du spectacle dont la caisse est un gouffre.
    Or le gouvernement s’apprête à punir des citoyens vertueux !

    http://sourgins.over-blog.com/pages/Grain_de_sel_5-8331472.html

    Amicalement
    Christine Sourgins

Laissez un commentaire :

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou trackback depuis votre site. Vous pouvez aussi vous abonner à ces commentaire via RSS.

Restez courtois et dans le sujet.

Vous pouvez utiliser ces tags :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>